Visio 2016 : La modélisation de processus

Utiliser le Value Stream Mapping

Testez gratuitement nos 1304 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Explorez un diagramme ou processus VSM (Value Stream Mapping) avec quelques formes de base. Découvrez son utilité.
08:52

Transcription

Nous allons voir un type de représentative que certaines personnes, dont je fais partie, ne considèrent pas comme un processus. Il s'agit du « Value stream mapping » dont le but est de pouvoir représenter, analyser et identifier des goulets d'étranglement dans un procédé ou une méthode industrielle de production et de livraison et également de changement d'outil « Machine ». Il s'agit du « Value stream mapping », c'est la représentative et on va dire un processus le moins utilisé parmi tout ce que l'on a vu. Pourquoi ? Parce que c'est considéré comme une représentative très technique. Contrairement à tout ce qu'on a vu jusqu'à maintenant qui ne nécessitait pas explicitement des calculs, c'est-à-dire qu'on peut y mettre des calculs mais c'est caché. Avec le « Value stream mapping », vous êtes obligé de faire des calculs pour afficher ne serait-ce que les bases des informations. J'ai longuement hésité à mettre le « Value stream mapping » dans cette formation parce que c'est un sujet qui fait souvent l'objet d'une formation de un à deux jours non pas pour la méthode mais rien que pour dessiner correctement ce type de représentative. On va voir comment faire ça, du moins le début, parce qu'on n'aura jamais le temps d'en faire un en entier. Sachez que les « Value stream mapping » sont souvent faits sur des pages en paysage. Donc on va aller prendre notre modèle de page en paysage et on va le dupliquer. On ne va pas l'appeler « Processus VSM » mais simplement « VSM ». Une fois ceci fait, on va dans « Autres formes ». On va dans « Professionnel », parce qu'effectivement c'est technique. On va ensuite dans « Processus de gestion » et nous avons ici les « Formes VSM ». On clique dessus, nous avons donc ici toutes les formes nécessaires à faire du « Value stream mapping ». On peut voir qu'il y a déjà la forme de « Processus », d'« Inventaire », de « Flux poussé », de « Client / Fournisseur », de « Camion d'expédition ». C'est là que ça commence à devenir un peu technique pour ceux qui n'ont pas une formation d’ingénierie, c'est qu'il y a les « Kanban de production », les « Kanban de retrait », les «Kanban à lot » les « Signal kanban», les «Poste kanban» et on a également l'« Approche kaizen». Ces notions sont supposées connues. Maintenant, allons-y ! Commençons à faire un semblant de début de diagramme « VSL ». On insert d'abord une géométrie de contrôle de la production : comme vous pouvez le voir, on l'insert. On va mettre une légende : « Contrôle de la production », comme ceci. Une fois ceci fait, on va aller cliquer dessus, faire un clic droit pour insérer des options particulières, dynamiques, on voit que ce n'est pas le cas. Dans « Données », « Données de formes », on voit qu'il n'y a aucune donnée de forme particulière. Sachez que, de toute façon, au niveau des « Données de forme » quoique vous preniez dans le cas des diagrammes « VSM », il n'y en a pas. Donc, ça sert à rien d'en chercher. Une fois ceci fait, ce « Contrôle de production » va être lié directement à deux éléments, qui vont être ici, à gauche, le « Fournisseur ». Sur la même horizontale, un peu plus à droite, le « Client ». Ensuite, il faut lier ces deux éléments, c'est-à-dire « Contrôle de la production » et « Fournisseur et Client » par une information électronique. On prend cette géométrie et on la lie à « Fournisseur ». Voilà, typiquement comme ceci. Et on va dire que c'est pareil, entre « Client » et « Contrôle de la production ». Après, on peut centrer cela pour que ça soit un peu plus correct. Une fois ceci fait, il est évident qu'il va y avoir une « Livraison ». Donc là, la « Livraison » c'est hebdomadaire pour le fournisseur et pour le côté client, on va dire que c'est du journalier. Pour l'instant c'est simple, il n'y a pas de partie de calcul. D'ailleurs, on va voir si on aura le temps d'arriver à la partie « Calcul ». Ensuite, et cela commence à être intéressant, c'est qu'il y a une partie « Contrôle ». Ici, effectivement, c'est le « Contrôle de la production », qu'on met normalement aussi au centre. Ici, ça va être le responsable de la production, qui va monitorer tout le procédé de fabrication. Alors, là, on y va. D'abord, on a besoin, au niveau des géométries, de ce qu'on appelle la « Flèche d'expédition », que l'on va tourner, qui part du fournisseur puis, à ce niveau-là, pour que ça arrive dans l'atelier de production, on va avoir un « Inventaire » qui va se mettre en place parce qu'il y a une « Entrée ». Pour cet « Inventaire », on va utiliser un sous-ensemble de l'« Approche kaizen», le « 5S » comme ceci, et puis on le met dans l'« Inventaire », puisque le « 5S » est une sous-partie de la gestion de l'« Inventaire » puisque c'est la partie « Organisation, rangement des pièces » qui arrive. Maintenant, une fois que l'on a ça, vient la partie où on va définir les différentes « machines » par lesquelles va passer le procédé. Si on regarde ce qu'on a à disposition, on a là, un élément, qui s'appelle le « Tableau de données ». On va mettre ici un « Tableau de données », mais le problème du « Tableau de données » c'est que ce sont les données de la « Machine » et on n'a pas vraiment le titre de la « Machine ». C'est pour ça que l'idée c'est d'aller chercher, ici, le symbole de processus et puis on va mettre qu'il s'agit du processus « CLC », on réduit ici cette boîte, on agrandit un petit peu. Donc là, au niveau des « Dimensions », je suis complètement foutu, je vous le dis déjà d'avance, parce que normalement en bas, on va mettre les temps de changements de pièces, et tout ce qui concerne l'analyse d'optimisation du temps, comme les délais de production et les temps de traitement et autres. Là, je n'ai plus assez de place, je suis donc sensé tout remonter... Je vais essayer de le faire. On remonte un peu le tout, comme ça, c'est beaucoup mieux. Maintenant, on zoome ici, sur le premier tableau. Comme vous pouvez le voir, il nous dit qu'avec la petite bulle jaune, on peut agrandir la ligne donc maintenant on peut y aller pour saisir du texte. Par exemple, ici, on a le « CT », on va dire qu'il vaut 45 secondes. Le « CT », en fait c'est le temps de cycle à la pièce, donc on met « CT égal 45 secondes ». Ensuite, on va à la ligne, on va mettre qu'on a un « CO de 60 minutes ». « CO », c'est le cycle d'opération, c'est-à-dire le temps de changement de série pour régler la machine, pour le traitement d'un nouveau type de pièce. Ensuite, on a le « Disp » ici, que l'on va mettre à 27.600 secondes. Le « Disp », c'est la « Disponibilité de la machine » en secondes par jour. Ensuite on a le « Taux de disponibilité » que l'on va mettre comme égal à 87%. Le « Taux de disponibilité », c'est la disponibilité réelle de la machine et également de la ressource qui traite la machine, parce qu'elle n'est jamais à 100%. Bref, on saisit des infos, parce que là, en réalité, ce n'est pas terminé et, une fois, qu'on a fait ça, on a des « Flux » entre différentes machines, puisqu'une ligne de production industrielle est une séquence de machine. Là, malheureusement, ça va prendre trop de temps de tout faire et même d'insérer ce qu'on appelle les « Segments de période » donc les temps nécessaires pour passer d'une étape à l'autre avec les calculs. Mais voilà pour l'idée. Après, peut-être qu'à l'avenir, on consacrera une formation au « VSM », le jour où il y aura des formations d'ingénierie. Voilà, en tout cas pour une introduction très sommaire et partielle au diagramme « VSM ».

Visio 2016 : La modélisation de processus

Acquérez les outils et les méthodes pour dessiner des processus rapidement et efficacement avec Visio. Optimisez ensuite leur communication au format électronique.

2h58 (26 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Visio Visio 2016
Spécial abonnés
Date de parution :14 nov. 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !