Linux : Les disques et le stockage

Utiliser des partitions avec le fichier /etc/fstab

Testez gratuitement nos 1300 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Configurez le système de sorte que les partitions ajoutées soient automatiquement reconnues et montées au démarrage de la machine.
07:06

Transcription

Les partitions que j'ai créées pour le moment, elles sont montées dans le système. Si je fais « df » je vois qu'elles sont montées. je ne vois que les partitions qui sont montées. Si j'ai d'autres partitions, je ne les verrai pas dans « df ». Je vois la partition qui est montée dans « partage » et je vois la partition qui est montée dans « export ». Si je redémarre la machine, ces partitions-là ne seront plus montées, elles ne seront plus visibles parce que je les ai montées à l'aide de la commande « mount » et quand la machine redémarre, refait un « boot », elle n'appelle pas la commande « mount » de cette manière-là. Elle ne fait pas référence au montage de « partage » et de « export ». Que vais-je faire ? Je vais aller voir un fichier qui est le fichier « /etc/fstab » et, dans ce fichier-là, je vais avoir la liste des partitions que je vais vouloir monter et où je veux les monter. Je peux monter ma première partition, je vais mettre le nom de la partition « /dev.sdb1 » et je vais indiquer où je veux monter ma partition. Je la monte où ? Je la monte dans le répertoire « /export » pour « sdb1». Quand je fais cela, ça veut dire que, pendant le boot, il va aller regarder la première partition du deuxième disque détecté et il va la monter dans le répertoire « /export » du système. Il va être très important que pour monter la partition « sdb1 » dans le répertoire « /export », il faudra que ce répertoire existe donc il faudra que le répertoire « / » soit déjà monté. C'est pour cela qu'il y a un ordre dans lequel les différentes entrées sont présentes dans ce fichier-là. Après avoir mis le nom du répertoire, je vais noter, ici, le type du système de fichiers concerné. « sdb1 » c'est du « ext4 » donc je vais marquer « ext4 ». La colonne suivante m'indique les options par défaut qu'on va avoir. Là, je vais mettre les options par défaut. Les options, ça veut dire quoi ? Les options, on le verra quand je vais monter la partition « partage », je vais mettre une option comme « read only », les options vont me permettre de mettre des contraintes sur l'utilisation de la partition. Par exemple, « read only » je ne pourrai que lire les données qui sont dedans même si j'ai le droit d'écrire. La partition ne permettra pas l'écriture. Il y a une option qui s'appelle « no exec » : si jamais il y avait un programme qui a des droits d'exécution et que j'ai les droits d'exécution, je ne pourrai quand même pas l'exécuter car la partition interdit toute exécution d'éléments qui sont sur cette partition-là Ensuite, j'ai le zéro qui est ici et le zéro qui est ici, on met très souvent des zéros par défaut, là, plutôt pour les raisons historiques. Il y a un premier nombre qui identifie la vérification du système de fichiers pendant le « boot ». Aujourd'hui, on a des systèmes de fichiers journalisés qui permettent qu'on ne fasse pas ce qu'on appelle une vérification du système de fichiers, un « File System Consistency Check », un « fsck » pendant le « boot ». C'est le système de fichiers qui est organisé autrement et qui permet de ne pas avoir à faire cela, l'équivalent d'un « scan disk » sous Windows et l'autre opération était utilisée par de vieux outils qui permettaient de faire des « back-ups » Ici, je vais enregistrer ça parce que je vais aller m'intéresser à une autre information. Si jamais, je laisse ça tel quel, lorsque ma machine va redémarrer, dans le répertoire « /export » la partition« sdb1 » sera montée avec le système de fichiers « ext4 » dans le répertoire « export ». Je vais avoir mon système qui va être automatiquement monté lors du « boot ». Le problème qui peut se poser c'est le problème qu'on vient de voir qui est : que se passe-t-il si jamais ma partition n'a plus le même nom ? C'est-à-dire qu'il y a un disque dur qui a été inséré entre les deux, que ce soit une clé USB ou quelle que soit la raison. Le nom du disque dur peut être différent donc, du coup, le nom de la partition peut être différent. Je vais regarder pour ma partition « xfs_admin » le « UUID » de « /dev/sdc1 » Je regarde le « UUID », c'est celui-là, je vais le copier et si je réédite mon fichier « /etc/fstab » je vais mettre une autre ligne et puis, on le voit, je vais y copier l' « UUID » qu'il y a sur les deux premières lignes où je vais dire, au lieu de marquer « /dev/sdb1 » je vais dire : la partition dont l' « UUID » est égale à la valeur que je viens de copier. Donc là, ça veut dire quoi ? Ça va lui permettre d'identifier ce qui est actuellement « sdc1» mais, si jamais son nom change, que ce ne soit plus « sdc1» il s'adaptera et trouvera la partition du système qui possède cette « UUID ». Je vais dire dans quel répertoire je vais le monter donc dans le répertoire « /partage », c'est du « xfs ». Alors, attention, si je me trompe dans cette colonne-là, si jamais je mets « ext4 » au lieu de « xfs » j'aurai un plantage pendant le « boot » parce qu'il va tenter de monter la partition en utilisant le « driver xfs » et si c'est du « ext4 », il n'y arrivera pas. Je vais mettre les options. Je vais mettre « defaults » et je vais mettre une virgule et je vais le monter en lecture seule. Puis je vais mettre mes deux options : zéro et puis zéro, je vais les laisser telles quelles. Donc là, j'enregistre, je quitte. J'ai fait « Shift + ZZ » qui, sous « vi » me permet d'enregistrer et de quitter. Maintenant, on peut vérifier : « etc/fstab » j'ai un fichier « fstab » qui fait référence à, d'un côté un numéro de partition sur un disque donné et, de l'autre côté, l' « UUID » d'une partition et qui, d'ailleurs, sera montée en lecture seule. Pour le moment, si je vais dans « /partage », je fais un « ls », j'ai cela, je peux éditer un fichier « Bonjour» et dans le fichier « Bonjour » je peux mettre « Coucou » « Echap : w » cela enregistre « : q » ça a pu enregistrer, j'ai mon fichier « Bonjour » donc j'ai le droit d'écrire sur le répertoire. Maintenant que va-t-il se passer si je redémarre la machine ? Je vais la redémarrer. Pour cela je vais faire « reboot ». Je me remets en tant que l'utilisateur « root » et maintenant je suis dans la machine qui vient de redémarrer. Ça fait zéro minutes qu'elle a redémarré donc elle vient vraiment de redémarrer et ce que je vais faire c'est regarder quelles sont les partitions qui sont montées. J'ai bien ma partition « partage » qui est montée, ma partition « export » qui est montée. Il les a bien montées. Quand je fais « df », il me donne le nom de la partition physique, il ne va pas regarder l'« UUID ». L'« UUID » sert à trouver le nom de la partition physique. Je vais aller me promener cette fois dans « /partage ». « cd /partage » Si je regarde, j'ai mon fichier « Bonjour », mon noyau Linux, etc. Que se passe-t-il si j'essaye de modifier mon fichier « Bonjour » ? « Coucou, tout le monde » « Echap », je fais « : w » pour écrire et il me dit qu'il est en « read only ». Je vais essayer de forcer en mettant le point d'exclamation derrière le « w ». Il n'arrive pas à écrire. Je suis donc obligé de quitter, avec « vi », c'est « : q ! » pour quitter sans enregistrer. Là, que se passe-t-il ? Je fais un « ls -l », j'ai pourtant les droits d'écrire dans le fichier « Bonjour » mais je n'y arrive pas. Je n'arriverai également pas à copier le fichier « Bonjour » en fichier « Toto » si je le souhaite. J'aurai un message d'erreur malgré le fait que j'ai les droits d'écriture. Pourquoi ? Parce que dans ma partition, je l'ai montée en lecture seule. Ça peut être intéressant de monter certains systèmes en lecture seule. Quels que soient les droits qu'on aura, on ne pourra pas écrire dessus.

Linux : Les disques et le stockage

Initiez-vous à la gestion des volumes de stockage sous Linux. Abordez les notions de fichier et de partitionnement de disques, découvrez les systèmes RAID, etc.

2h28 (25 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Spécial abonnés
Date de parution :25 avr. 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !