Les fondements du dessin : Les erreurs courantes

Travailler avec l'ordinateur

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Le numérique a des avantages et des inconvénients. Tout dépend de la manière dont vous comptez l'utiliser. Passez en revue quelques écueils à éviter et des outils à privilégier.
08:50

Transcription

Je vais évoquer maintenant quelques précautions à prendre si vous utilisez des logiciels pour travailler en particulier si vous débutez dans l'illustration. Prenons un logiciel bitmap comme Photoshop. La première erreur à éviter va être de se comporter avec ce logiciel comme si vous étiez en train de coloriser une image manuellement. C'est-à-dire que vous allez faire un calque noir et blanc sur lequel vous allez rajouter la couleur. Ça veut dire qu'à partir du moment où vous allez sur ce calque vouloir modifier quelque chose vous effacez le noir à chaque fois. Cela veut dire aussi que si vous avez fait une mise en couleur complexe et que vous vouliez récupérer juste le trait noir pour changer la mise en couleur tout est devenu lié. Donc systématiquement si vous travaillez avec un logiciel et que votre base de travail est en noir et blanc, il faut faire un calque avec les couleurs uniquement sur ce calque, voire plusieurs calques de couleur. Vous trouverez de très bonnes formations sur Photoshop à n'en pas douter. La deuxième erreur va être d'utiliser les effets de dégradé de Photoshop de façon régulière. C'est-à-dire qu'ici j'ai utilisé l'aérographe pour donner du volume aux muscles, c'est vrai que ce personnage semble assez musclé, pour faire briller les lunettes, le crâne, même le t-shirt. On a un effet Bibendum, on a l'impression que tout est en plastique. A la limite utilisez ces effets de dégradé pour les lunettes, pour des éléments qui brillent. Vous pouvez le faire un petit peu, mais pour l'ensemble d'une illustration ou d'une page de bande dessinée cela va donner un effet complètement cotonneux, tout-à-fait artificiel qui ne va vraiment pas fonctionner. Donc si vous décidez de travailler en couleur il va falloir faire de la peinture numérique. Là aussi vous avez des très bons exemples dans nos formations. Et le résultat final même si on sent, pour quelqu'un qui s'y connait qu'il a été réalisé dans un logiciel, présente ce que l'on pourrait appeler une pâte comme si on l'avait travaillée avec de l'acrylique, de la gouache, voire même de l'huile. Donc il faut travailler dans ce sens. Une chose qui peut être un petit peu bloquante aussi sur ce type de logiciel va être la palette de couleur. Vous êtes tout le temps face à des couleurs extrêmement vives, les couleurs de l'arc-en-ciel et c'est ici que vous avez les nuances. Donc ce n'est pas tout-à-fait comme ça que vous travailleriez avec une palette et avec des tubes. Vous n'auriez pas une seule couleur extrêmement présente et toutes les autres à côté de façon extrêmement intense, mais en tout petit. Donc n'hésitez pas à travailler à vous faire un propre nuancier, vous pouvez réduire sous forme après. Je vais afficher le nuancier Vous pouvez aussi dans les options choisir les grandes vignettes qui ne resteront pas très grandes. Mais même ça ce n'est pas obligatoirement complètement pratique, vous avez toutes les couleurs rangées par gamme, les carrés restent petits. Vous avez le droit aussi de faire votre propre palette avec des couleurs comme ça un peu plus grandes. Et c'est vrai que personnellement quand je choisis mes couleurs à l'ordinateur j'ai au départ une espèce de frustration par rapport à quand je travaille avec une technique comme l'aquarelle où les couleurs directement me parlent un peu plus. Dernière chose aussi à ne pas faire avec ce genre de logiciel cela va être d'utiliser des effets. Vous avez des effets de ce type qui sont les styles. Evidemment c'est très pratique, ça brille, mais c'est absolument hors de propos pour un dessinateur. C'est fait artificiel, cela fait effet, cela fait « je découvre Photoshop ». Donc ce type de style est à éviter. Enfin, méfiez-vous également de tout ce qui est filtre. Ça ne veut pas dire qu'on ne doit pas s'en servir, mais en particulier pour essayer de trouver des effets artistiques vous risquez d'avoir des choses beaucoup trop artificielles. Si ici je choisis l'aquarelle, cela fait une aquarelle qui ne ressemble pas vraiment à de l'aquarelle. Et de toute manière mon expérience en tant que pédagogue c'est que de commencer par ce genre de choses lorsque l'on fait de la couleur vous fait passer à côté d'un apprentissage qui est nécessaire. Après un apprentissage avec des méthodes traditionnelles vous serez à même d'utiliser les logiciels pour vraiment contrôler vos effets et vous pourrez alors utiliser ce type de filtre d'une façon vraiment personnelle. Parce qu'en plus comme ce genre d'effet est préprogrammé il y a beaucoup d'amateurs qui s'en servent. Si vous utilisez un logiciel de type vectoriel comme Illustrator il y a là aussi quelques écueils sur lesquels il faut porter votre attention. Tout d'abord Illustrator va vous permettre de faire des filets parfaits avec des épaisseurs régulières. Ça peut être très bien pour un certain type d'illustrations, mais premièrement ça ne va pas vous apprendre à éduquer votre main pour créer des mouvements comme ça qui soit réellement réguliers. Et puis c'est tellement régulier que ça peut donner une impression de dessin technique, d'un dessin un peu froid. Evidemment il y a de grands illustrateurs numériques, je ne dis pas qu'il ne faut pas utiliser Illustrator. Si vous avez des problèmes en dessin traditionnel, si vous voulez vous améliorer, foncez sur une solution comme Illustrator qui vous permet de faire des courbes plus facilement qu'à la main. C'est un raccourci qui ne va rien apprendre à votre main. D'autre part c'est un peu comme dans Photoshop nous avons des effets comme celui-ci qui symbolisent un petit peu un pinceau abîmé ou une craie, du fusain. Le problème c'est que c'est numérique donc on arrive à des choses un peu bizarres. Ce n'est pas vraiment complètement contrôlé et malgré tous les accidents il reste une certaine régularité. C'est-à-dire pour arriver à un résultat équivalent à la main il faudra paramétrer beaucoup de choses. Evitez aussi tout ce qui est de type motif répétitif pour remplir plus rapidement votre dessin. Evidemment c'est très facile à faire. Ces petites tasses vont plus bouger au fur et à mesure que je vais modifier mon tracé, mais ça ne va pas non plus vous apprendre beaucoup de choses. Dans Illustrator on à la possibilité de faire un certain type de dégradé plus complexe peut-être que dans Photoshop en tordant des points particuliers. Mais là aussi nous arrivons à des résultats qui risquent de donner un côté complètement plastique. Enfin, pour les deux logiciels et pour tous les logiciels numériques il y a quelque chose qui est un petit peu problématique pour quelqu'un qui commence à travailler. Premièrement, c'est la capacité à revenir en arrière. En aquarelle, si vous vous êtes trompé et que vous avez mis une couleur trop forte vous pouvez éponger tout de suite mais la couleur restera quand même et vous n'avez plus qu'à recommencer. Dans Illustrator ou Photoshop on peut revenir en arrière indéfiniment, recommencer les modifications, revenir en arrière. Tout ça peut être chronophage et puis ne pas vous apprendre à vous arrêter ni même à prendre de risque. un autre point dont on peut parler, c'est celui-ci : nous allons examiner la pointe de ce trait. Vous voyez que la pointe de ce trait c'est un petit visage. Nous ne sommes qu'à 1073%. Le logiciel permet d'aller beaucoup plus loin. Les deux difficultés liées à ce problème-ci sont tout d'abord le fait de faire des détails parce que vous pouvez les faire, mais qui une fois imprimés ou une fois sur un site web ne se verront absolument pas. D'autre part, vous perdez la notion de votre dessin par rapport à sa réalité physique. C'est-à-dire que si vous dessinez sur un petit format, un format A5 le format A5 produit un certain effet. Si vous mettez votre format A5 au milieu d'un grand cadre dans votre salon, ce sera trop petit. Inversement, si vous avez travaillé sur des formats grande aigle qui sont des très grands formats, quelqu'un qui voit votre dessin par exemple dans une exposition, un tableau va trouver ce dessin impressionnant aussi à cause du format et évidemment à condition qu'il soit réussi. Dans Illustrator ou Photoshop nous passons notre temps à changer d'échelle en permanence. Donc finalement quand je dis que ce trait a une certaine épaisseur d'un minimètre ça ne veut plus dire grand-chose tant que je ne l'aurais pas imprimé puisque les un minimètre peuvent devenir un centimètre, comme ils peuvent devenir quelque chose d'extrêmement fin. C'était quelques points dont je voulais vous parler si vous désirez aborder l'illustration de façon numérique dès le départ de votre travail illustratif.

Les fondements du dessin : Les erreurs courantes

Abordez les mécanismes du dessin qui sont à l'origine d'erreurs diverses lorsque l'on commence à pratiquer cette discipline artistique. Trouvez des solutions pour les éviter.

1h59 (27 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Thématiques :
Design & Illustration
Dessin
Spécial abonnés
Date de parution :26 janv. 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !