Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

Linux : Les services système

Synchroniser l'heure

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Découvrez les outils de synchronisation NTP (Network Time Protocol, protocole d'heure réseau) chrony et ntpdate. Ainsi, vous pourrez configurer et synchroniser l'heure et la date de vos machines.
04:14

Transcription

Alors maintenant qu’on comprend ce que c’est que l’heure, qu’on comprend l’importance d’avoir plusieurs machines qui vont être à la même heure, on va synchroniser l’horloge de nos machines. Pour ça, on va utiliser un client du protocole « Network Time Protocol ». Alors si je regarde sur ma machine, j’ai un serveur et un client qui sont présents et il va tout simplement suffire que je démarre le client. Pour ça, je peux faire « systemctl status ntpd ». Là, je vais avoir quoi ? C’est le service « Network Time Service », c’est le serveur de temps qui est là. Donc là, c’est un serveur de temps, actuellement il est arrêté mais que j’ai installé sur la machine. Et j’ai également un client qui s’appelle « chronyd », voilà, mais qui n’est pas démarré. « Chronyd », c’est la machine qui va mettre à l’heure mon horloge. Alors même si « Chronyd » est assez intéressant à utiliser puisqu’il est capable de mettre à l’heure la machine même si elle a un gros décalage temporel, avant, je vais utiliser la commande « ntpdate ». Alors, cette commande « ntpdate », elle, avant que je lance « chronyd » qui va essayer de garder la synchronisation, je vais m’assurer que ma machine est bien à l’heure parce que le problème qu’on a avec certains clients de temps, c’est que si le décalage entre l’heure officielle et l’heure locale de la machine est trop important, il n’appliquera pas de lui-même la différence pour remettre la machine à l’heure. Il va se dire : « le décalage est trop important, c’est peut-être quelque chose de volontaire. » Donc il ne fera pas cette synchronisation alors que la commande « ntpdate » va faire cette synchronisation. Pour ça, je vais appeler la commande « ntpdate » et derrière la commande « ntpdate », je vais pouvoir lui donner le nom d’un serveur sur lequel je vais me synchroniser et typiquement, si on fait « pool.ntp.org », il va synchroniser sur un serveur de temps qui a cette adresse IP là. Il y en a pleins, ceux-là sont disponibles pour qu’on puisse les utiliser et pour qu’on puisse se mettre à l’heure, voilà. Là, qu’est-ce qu’il a fait ? Il a dit : « je me suis ajusté au serveur qui a l’adresse IP 45.79.1.70. » C’est une des adresses IP de ce serveur-là. Et le décalage que j’avais, il était de quelques millièmes de secondes. En fait, ma machine était déjà à l’heure. Une fois que j’ai fait ça, ma machine est à l’heure. Maintenant, le boulot suivant, c’est de la garder à l’heure parce que, que ce soit au niveau des quartz qui sont dans les machines, il y a des dérives qui ont lieu, ils ne sont pas totalement précis, surtout si on laisse marcher les machines pendant des semaines et des mois. Petit à petit, le décalage de l’horloge qui est dans la machine et la machine elle-même, ça va se décaler. C’est le premier décalage qu’on va avoir. Le deuxième décalage qu’on va avoir, c’est que là en plus, je suis avec une machine virtuelle et les machines virtuelles ne voient pas passer le temps de la même manière qu'une machine physique, c'est-à-dire que l’hyper-viseur va de temps en temps ne pas envoyer d’information à la machine virtuelle pour ne pas consommer de ressources et elle ne voit pas passer le temps normalement. Il y a d’autres mécanismes qui rentrent en ligne de compte pour les machines virtuelles, pour éviter trop de décalage mais un ordinateur va se décaler dans le temps. Qu’est-ce que je vais faire ? Je vais appeler la commande « systemctl start chronyd ». Je vais démarrer mon client que j’avais vu tout à l’heure. Donc là, voilà, il est démarré. Si j’appelle le « status » pour voir s’il a bien démarré, là voilà, il a démarré et lui, pour le moment il a démarré, il a fait une mesure. Et la fréquence est de 499,909 à plus ou moins 158 parties pour mille lues de la part d’un fichier qui va régulièrement enregistrer les décalages qu’on a. Il fait des statistiques et essaie de s’adapter avec ça en vérifiant l’horloge sur un serveur de référence. Donc une fois qu’on a mis ça en place, notre machine-là, cette machine-là, à partir de maintenant, elle va en permanence garder l’heure correcte. Et donc je pourrais, du coup, être sûr que cette machine-là est à l’heure. Si je fais la même chose sur une autre machine, les deux machines, non seulement seront à la même heure mais en plus seront synchrones entre elles puisqu’elles se synchronisent sur la même horloge ou sur la même famille d’horloge. Et on aura une synchronisation correcte entre les deux, ce qui va me permettre quand je modifie un fichier sur l’un, la date de modification sera la même sur les deux machines si jamais j’ai un partage de fichiers entre les deux. C’est ce qu’il faut mettre en place. C’est vraiment un point qui est super-important à mettre en place. Mettez en place des synchronisations temporelles, mettez en place vos clients NTP pour que vos machines soient à l’heure. C’est un point très important. Quand vous commencez à creuser dans les logs et que vous faites des corrélations entre ce qui se passe sur deux machines, je peux vous garantir que si les machines ne sont pas à l’heure, c’est un véritable cauchemar de pouvoir voir ces différentes corrélations. Voilà, on a mis notre machine à l’heure. On est tranquille de ce côté-là.

Linux : Les services système

Découvrez les services qui tournent en permanence sur votre système et adaptez-les en fonction de vos besoins. Abordez la gestion des logs, la synchronisation horaire, etc.

2h16 (22 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Thématiques :
IT
Systèmes d'exploitation
Spécial abonnés
Votre/vos formateur(s) :
Date de parution :25 avr. 2017
Durée :2h16 (22 vidéos)

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !