Découvrir IPv6

S'initier aux points forts d'IPv6

Testez gratuitement nos 1309 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Explorez les points forts d'IPv6 comme l'autoconfiguration et la taille fixe de l'en-tête. Ainsi, vous constaterez que le temps du NAT (Network Address Translation, traduction d'adresse réseau) est enfin révolu.
04:44

Transcription

Quelles sont les forces d'IPv6 ? Qu'est-ce qu'on a ajouté dans ce protocole ? Beaucoup de choses, mais spécifiquement, à part bien sûr l'adressage dont on vient de parler, on a une configuration automatique, une autoconfiguration qu'on appelle SLAAC S L A A C qui est un mécanisme d'autoconfiguration de l'adressage et le premier S est là pour Stateless, sans état, Stateless Address Autoconfiguration. Lorsqu'une machine boote simplement, elle demande à un routeur IPv6 quel est son réseau, le préfixe du réseau, et ensuite la machine utilise cette information de préfixe pour autoconfigurer son adresse ou ses adresses IP en utilisant l'identifiant, son adresse MAC ou bien un numéro aléatoire qui va construire une adresse IP unique. Ce n'est pas vraiment du DHCP, ce n'est pas le même mécanisme. C'est une adresse unique IPv6 qui va être liée à la machine. Dans le monde du DHCP, l'adresse n'est pas liée à la machine, et une machine peut changer d'adresse en cours de route en renouvelant son bail DHCP. Ici, il s'agit d'une adresse fixe, mais pas une adresse qui a été manuellement ajoutée sur la machine, une adresse fixe qui a été déterminée par une communication avec un routeur IPv6. Donc, aucune configuration à faire au niveau de la machine, il suffit de la booter, et elle prend elle-même son adresse IP. Au niveau de l'en-tête, du paquet IP, il est beaucoup plus simple que le paquet IPv4. D'abord, on n'a pas une taille variable, mais une taille fixe de 40 octets. Dans 40 octets, il y a deux fois 16 octets pour la source et la destination. Vous vous souvenez que l'adressage est sur 16 octets puisque c'est en 128 bits, donc, on a besoin de 32 octets pour l'adresse de la source et l'adresse de la destination quand on envoie un paquet, et puis il reste 8 octets pour des informations générales sur l'en-tête. Et la taille fixe de 40 octets permet au routeur IPv6 de décoder le paquet beaucoup plus rapidement que sur les systèmes qui manipulent de l'IPv4. Vous allez me dire : « oui, mais, 8 octets pour le reste de l'en-tête, ça ne fait pas beaucoup de choses pour les fonctionnalités d'IP. » Eh bien, c'est là où on change par rapport à IPv4. On a un premier en-tête qui définit les choses essentielles, et ensuite on a des en-têtes d'extension qui sont insérés dans le paquet au besoin. On a un certain nombre d'extensions primaires, on pourrait dire, qui sont définies dans les spécifications d'IPv6 à la base qui sont des extensions pour le routage, pour le QoS, la Quality of Service, pour la sécurité, etc. Mais on a séparé l'en-tête primaire des en-têtes d'extension pour des raisons simples de performances. Et c'est intéressant puisqu'on n'aura plus besoin de faire du NAT, vous vous souvenez, la traduction d'adresses, le Network Address Translation. Le NAT fonctionne comme ceci. Vous voulez à partir d'une machine de votre réseau accéder à un service sur Internet, et vous avez une adresse interne parce qu'il n'y a pas assez d'adresses disponibles pour que toutes les machines aient des adresses visibles de l'extérieur. Donc, à l'intérieur de ce réseau, on définit toute une plage d'adresses de façon à pouvoir insérer un nombre important de machines dans le réseau local, et ensuite on a un routeur qui fait la traduction. Par exemple, cette machine veut appeler un serveur, par exemple, Google. Donc, il envoie un paquet qui est routé sur le routeur puisque Google va être à l'extérieur du réseau interne de l'entreprise, à l'extérieur du LAN. Le routeur qui est sur le même adressage que la machine reçoit le paquet, va écrire à l'intérieur du paquet que ce paquet vient de cette machine en interne, et puis il va envoyer l'information à Google, par exemple. Google renvoie un paquet sur cette adresse qui est l'adresse du routeur. Le routeur réécrit le paquet pour l'envoyer ici, et donc ici nous avons un routeur qui fait beaucoup de boulot et on a des machines qui sont invisibles de l'extérieur, ce qui pose un certain nombre de problèmes pour un certain nombre de services, et puis le routeur travaille beaucoup. On n'a plus du tout besoin de ce mécanisme qui devient complètement inutile en IPv6 puisqu'on a assez d'adresses directes pour toutes les machines, pour toutes les interfaces réseau dont on peut rêver.

Découvrir IPv6

Comprenez le protocole IPv6, indispensable à la croissance d'Internet. Abordez l’écriture des adresses IPv6, les types d’adressage ainsi que les adresses spécifiques.

50 min (12 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Thématiques :
IT
Administration réseau
Spécial abonnés
Date de parution :6 févr. 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !