Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

Les fondements de la gestion de projet : Les acteurs

Se poser les bonnes questions

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Avec Jean-Marc Pairraud, vous aborderez les questions de gouvernance, de prise de risque et de flux de la richesse.

Transcription

Afin de bien cerner la dynamique d'un projet, nous devons avant toute chose le définir. Albert Einstein disait : « Si j'avais une heure pour résoudre un problème, je passerais 55 minutes à définir le problème et seulement 5 minutes à trouver la solution ». De manière générale, un projet mal défini a beaucoup plus de chances d'échouer. Et pour définir un projet et comprendre le rôle de chaque acteur, il faut se poser les bonnes questions. Trois questions me semblent essentielles. Qui gouverne ? Qui prend les risques ? Et où va la richesse ? Ces trois questions sont intimement liées. Qui gouverne ? La gouvernance dans l'environnement projet représente l'ensemble des mécanismes qui permettent de gérer, de réguler et donc de maîtriser le comportement des différents acteurs. Selon les sociologues Richard Cyert et James March, la firme ou l'entreprise n'est pas une simple unité de production dont le but se limite uniquement à la maximisation du profit. Au contraire, l'entreprise est un ensemble de coalitions aux intérêts contradictoires se livrant à des luttes d'influence et des relations de pouvoir. En d'autres termes, seuls les individus, les acteurs, ont des objectifs. Les organisations n'en ont pas. Les acteurs établissent des stratégies individuelles ou collectives pour remplir leurs objectifs. De fait, des procédures et des routines sont appliquées au sein des entreprises afin d'assurer une certaine stabilité. En cas de problème, l'organisation met en place des solutions plus ou moins adaptées. Au final, le processus de décision est un compromis, un arbitrage entre les intérêts divergents des différents acteurs. De nombreux référentiels existent à ce sujet, comme le PMBOK du Project Management Institute, le COBIT pour la gouvernance des systèmes d'information, l'ITIL pour les bonnes pratiques de management ou encore le SMI pour le système de management intégré. Pour la gouvernance d'un projet, il faudra donc réunir trois paramètres. Définir le périmètre général du projet, introduire le chef de projet et son niveau d'autorité et définir l'autorité qui approuve le projet. Qui prend les risques ? Aujourd'hui, la logique de gouvernance de l'entreprise se traduit la plupart du temps par le système d'actionnariat. Les actionnaires prennent des risques financiers en investissant dans le capital des entreprise et ont ainsi des exigences en termes de rémunération. Tout cela impacte directement les projets de l'entreprise. Au sein des projets, la gouvernance diffère quelque peu. Elle est généralement orchestrée par un chef de projet qui attend que chaque acteur remplisse sa mission. Les différents risques sont répartis entre les acteurs en fonction de leur rôle. Un projet contient par défaut des risques et la réussite d'un projet dépend souvent de la pertinence de l'analyse des risques et de l'efficacité des stratégies adoptées. Pour nous permettre comme nous allons le voir plus tard d'identifier les acteurs nous devons établir les risques inhérents à chaque acteur. À titre d'exemple, les cinq risques les plus redondants en gestion des acteurs sont l'implication des acteurs, la maturité émotionnelle, le cadre d'agilité, la qualification des acteurs et le respect des délais. Où va la richesse ? Nous avons vu qu'une partie de la richesse financière générée par le projet remonte vers les actionnaires pour valoriser leurs investissements. Mais la richesse est-elle seulement liée à la monnaie ? L'aspect matériel reste le facteur principal d'intérêt des acteurs, il ne faut pas se mentir. En proposant une rémunération importante, nous aurons probablement une meilleure qualité et une meilleure implication de nos acteurs. Toutefois, les comportements évoluent et la rétribution financière n'est plus le seul attrait et facteur d'implication, notamment chez les jeunes générations. La richesse se note aussi pour un acteur en termes d'apprentissage, de développement personnel, de réussite, de perspectives d'évolution, de challenges, de conditions ou d'ambiance de travail. Tous ces critères sont à prendre en compte. En clair, posez-vous la question : quelles sont les motivations de cet acteur ? Alors, vous êtes-vous posé les bonnes questions avant de commencer ? Avez-vous défini clairement qui gouvernait ? Qui prenait les risques et où allait la richesse ?

Les fondements de la gestion de projet : Les acteurs

Comprenez la dynamique et la motivation des acteurs d'un projet. Impliquez durablement les acteurs à un projet grâce à votre management efficace et respectueux.

1h13 (18 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Spécial abonnés
Date de parution :20 juil. 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !