Exchange Server 2016 : Le dépannage

Résoudre des problèmes de bases de données

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Découvrez comment résoudre les problèmes éventuels de fonctionnement des bases de données d'Exchange Server.
06:40

Transcription

Alors, il est temps maintenant, de parler des outils de réparation des bases de données. Et notamment d'un outil qui est très connu, qui s'appelle Eseutil. Il est très connu parce qu'il est très ancien, et aussi il est livré, toujours, avec Exchange Serveur 2016. Alors, on va lancer comme ça directement dans une invit de commande en tant qu'administrateur bien sûr. On lance ESEUTIL, sans commutateur, et là, il râle un petit peu parce que justement il n'a a pas de commutateur, vous voyez les différentes options. Vous pouvez défragmenter, vous pouvez restaurer. En tout cas, on va passer en revue les principaux opérateurs. Et le premier opérateur à voir, c'est la vérification du contrôle de parité, le Checksum. Donc pour ça, on va faire un Checksum sur une base démontée. Et, en réalité, ESEUTIL, on va travailler uniquement sur des bases de données qui sont démontées, on ne peut pas faire autrement. Donc, je vais Démonter, par exemple, cette base. Voilà, disons l'interface graphique par exemple. OK, donc, parfait, on est bien démonté, tout va bien. Alors, ici ce que vous allez faire, c'est que vous prenez la première option, qui est intéressante, c'est vérifier le Checksum mais, voilà, il faut quand même le faire directement sur, donc là on est sur BDD01, c'est ça, sur le nom du fichier EDB. Donc, vous copiez voilà, et là vous tapez : ESEUTIL/, donc là, on va vérifier le Checksum donc c'est K, je le mets en majuscules pour qu'on le voie bien, mais la casse n'a pas d'importance, et vous indiquez le chemin. Vous faites Entrer. Alors, c'est extrêmement rapide bien sûr, ça a été fait en un quart de seconde, ici, si vous regardez, vous avez une base de données temporaire qui a été créée, donc c'est tout à fait normal, et il a fait une vérification de la base de données et, bah là, évidemment, il n'a trouvé aucun problème de Checksum, il en a corrigé donc aucun, il n'y a pas de numéro de page qui soit erroné, bref, pour l'instant, tout va bien. Vous avez ici les temps pris par l'opération. Donc, le temps global, un quart de seconde. Maintenant, ce qui est normal vu qu'elle doit faire 240 ou 250, oui c'est ça 250 enfin, 240 méga-octets, donc la taille de la base est très limitée. Deuxième opération à faire, c'est, on va reprendre ESEUTIL, c'est le contrôle d'intégrité avec l'option /g. Donc là, on y va, allons-y. Alors, on va prendre la même commande, toujours sur le fichier EDB bien sûr, /G Ah ! là il y a eu un petit peu plus de temps. On est passés d'un quart de seconde, à presque une seconde. Là aussi, vous avez la création d'une base de donnée temporaire, et évidemment, aucun souci, tout va bien, c'est parfait. Maintenant, imaginons que vous ayez un problème, votre base de données soit corrompue et que vous devez la corriger. Alors, vous avez un processus qui permet de corriger, à l'intérieur d'ESEUTIL, les bases de données qui sont corrompues. Mais, attention, on va le faire avec une option qui est un commutateur, le /P, qui va éliminer, effectivement, tous les pointeurs invalides. Donc, ce commutateur, le fameux /P, il soigne, mais en supprimant. Autrement dit, vous risquez de perdre potentiellement des données Donc, c'est à faire en dernier secours, j'ai envie de dire. Alors, on y va quand même, on va utiliser le /P, toujours sur le fichier physique, évidemment. Voilà, vous allez voir, de toute façon, il y a un message d'avertissement, voilà, voilà, c'est normal. On vous dit : « Attention, vous ne devez faire cette opération que sur une base de données qui est corrompue ou endommagée », puisqu'effectivement, en fait, l'opération de réparation n'applique pas les fichiers journaux de transaction sur la base de données EDB. Autrement dit, c'est comme ça que vous risquez de perdre des données. Bon là je vais le faire quand même. Là, ça prend un petit peu plus de temps. Alors c'est vrai qu'il a tenu compte aussi du fait, que je vous parlais, mais ça prend quand même un petit peu plus de temps. Je vais ouvrir en grand. Voilà Microsoft conseille de ne pas dépasser de base de 200 giga-octets. Si vous suivez les recommandations de Microsoft, pour limiter la taille de vos bases à 200 giga-octets, une réparation se déroule durant une vingtaine d'heures environ. Donc, ça dépend bien sûr de la performance de votre sous-système disque, mais ça prend quand même du temps. Donc, cette opération est complète, elle est efficace, le /P effectivement, généralement, résout des problèmes, mais encore une fois, vous risquez de perdre des données. D'ailleurs, vous avez une note qui vous dit que vous devez absolument faire une sauvegarde de cette base de données. Pourquoi ? Et bien, parce que si vous faites une restauration d'une ancienne sauvegarde, et bien, vous allez retomber sur des problèmes, certainement, d'incohérences. Alors, l'idée aussi, c'est de créer une nouvelle base de données, une fois que la réparation est faite qui va héberger, donc, les boîtes aux lettres. Alors, vous pourriez évidemment le faire avec une méthode classique de créer une base de données, vous faites une copie des boîtes aux lettres et vous supprimer l'ancienne base. Mais on va utiliser, là aussi, ESEUTIL. En effet, vous avez un commutateur, qui est en réalité utilisé pour faire une défragmentation. Alors, on va revenir sur les paramètres par défaut, c'est le /D. Voilà. Défragmentation. Mais, en fait, l'intérêt de ce commutateur aussi, c'est que non seulement, il fait une défragmentation de la base, mais il va le faire sur une copie de votre base. Et donc du coup, ça signifie qu'une fois que la copie sera défragmentée, c'est elle qui va devenir la nouvelle vraie base. Donc, c'est aussi une astuce que vous pouvez utiliser. Bon attendez, je vais juste effacer l'écran quand même. Voilà, et là je vais lancer le /D, après le /P, Ça va prendre un petit peu de temps aussi, il copie la base, il la défragmente, et là, bon, on est sur deux secondes, ça va assez vite. Et du coup, on voit qu'effectivement, il a bien recopié la base temporaire qu'il a créée sur la nouvelle base. Et donc, effectivement, vous avez en réalité, un nouveau fichier physique qui a été, d'ailleurs on voit que c'est plutôt impressionnant. Puisque si on regarde les propriétés, voilà, on est passées d'environ 250 méga-octets, à 100 méga-octets, c'est lié à la défragmentation. Voilà. Ca c'est une raison pour laquelle, la défragmentation est une opération que vous pouvez faire sans danger, surtout sur un environnement dans lequel vous avez des DAG

Exchange Server 2016 : Le dépannage

Apprenez les techniques, outils et méthodes pour dépanner Exchange Server 2016. Évitez de perdre du temps et de l'énergie durant des phases de tension parfois très vives.

3h32 (41 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Spécial abonnés
Date de parution :11 août 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !