Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

Découvrir Capture One Pro 9

Préparer des paramètres d'exportation

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Avant d'exporter, prenez le temps de préparer vos paramètres d'exportation en fonction des demandes les plus courantes. Définissez le format de fichier, ses dimensions, un filigrane et choisissez l'endroit pour l'export.
07:54

Transcription

Quand vos images ont été traitées, qu'elles vous conviennent et que vous êtes prêts maintenant à les diffuser, il va falloir commencer à préparer les paramètres d'exportation. Pour cela on se rendre sur le bouton qui est positionné ici à droite et qui s'appelle sortie. Certes vous n'êtes pas obligé de passer par ce bouton, vous pouvez tout à fait sélectionner une ou plusieurs images, et par un clic droit, vous aller pouvoir proposer éventuellement de les exporter soit sous la forme d'originaux, soit sous la forme de variantes. Les originaux exportent l'image sans son traitement, ou avec son traitement, en annexe pouvant être lus par Capture One. Mais ils ne sont pas directement exploitables. Les variantes elles, sont des fichiers finaux directement exploitables. On peut également le faire par le menu fichier, puis tout en bas, on va demander de les traiter ou d'exporter les images sous la forme de variantes. Si vous demandez de les traiter ça veut dire que vous avez déjà préparé les réglages. Quand vous demandez simplement d'exporter l'image, vous allez arriver à chaque fois sur un panneau qui vous permet de choisir l'emplacement, le nommage,et les options. Ici, j'ai demandé d'exporter en tant qu'original, si je demande maintenant d'exporter en tant que variante, je vais avoir bien sur la possibilité d'accéder aux différents paramètres pour choisir le format du fichier, et puis bien sûr les différents réglages qui y sont intégrés. Mais pour aller plus loin, je vous suggère de préparer à l'avance les préréglages correspondants grâce à ce bouton. Tout d'abord, les paramètres de traitement. A titre d'exemple, il vous en est fourni plusieurs. au format JPEG,PNG, PSD pour Photoshop ou TIFF. Pour chacun d'entre eux, vous pouvez regarder comment ils sont construits et souvent le nom est assez évocateur pour comprendre ce qu'il se passe. Ces réglages, sont crées ou supprimés à partir de ce bouton. Le - permet de supprimer un réglage, le + permet d'en rajouter. N'ayez crainte de supprimer après avoir pris le temps de regarder comment sont construits ces différents réglages puisqu'en cliquant sur le + vous pouvez toujours les réintégrer. Les réglages par défaut sont toujours disponibles. Par contre, vous pouvez demander aussi de créer une nouvelle requête. Et à ce moment là vous aller apprendre à paramètrer les réglages en allant dans le paramètre de traitement. Tout d'abord on va choisir le format de fichier. Est-ce que l'on souhaite du JPEG, du TIFF du PNG, du DNG du Photoshop? Et bien on va pouvoir directement le demander ici et dans ce cas vous choisirez pour le TIFF du 8 ou 16 bits, alors que dans un format JPEG on sera contraint au 8 bits. En revanche, on retrouvera un curseur nous permettant de jouer sur le critère qualité et compression pour faire un choix d'image adapté aux besoins. Si vous êtes sur du TIFF vous allez également trouver la possibilité de gérer une compression zip par exemple. Notez également la possibilité d'intégrer le profil colorimétrique dans l'image et de déterminer sa résolution. Ici 300 pixels par inch ou par pouces si vous préférez. La dimension de l'image, les images vont êtes positionnées à une dimension, ici, qui est une valeur fixe. On peut lui demander également d'imposer une largeur en inch ou dans une autre mesure, comme par exemple des millimètres, une largeur ou une hauteur, ou directement des dimensions largeur hauteur éventuellement et puis enfin côté court ou côté long. Côté court ou côté long peut être pratique dans certains cas. Par exemple cette image qui fait un rapport 2/3, correspondra assez bien à un tirage 20-30. Par contre si je veux faire un tirage 18 24 je ne serai plus dans le même rapport. Alors il me faudra prévoir avec mon outil de recadrage de recadrer avec la contrainte, c'est à dire la contrainte du rapport qui m'intéresse, que je peux d'ailleurs créer si elle n'existe pas et de m'assurer que quand je sorte l'image elle apparaisse bien à la bonne dimension. mais le cas échéant, il peut être intéressant d'utiliser le côté long ou court. Le côté court sera plus adapté en l’occurrence Puisque je sais que si je veux faire du 18-24, je vais m'arranger pour que ma largeur fasse 18 et les 24 centimètres seront largement dépassés par ce format qui est plus long. On aura donc plus du 18-24 mais du 18-27, qu'on pourra toujours massicoter, ultérieurement. Le côté court me permet ici d'influencer sur la largeur qui sera la largeur pour les images verticales, mais qui sera la hauteur pour les images horizontales. C'est bien le côté le plus court que je vais demander de mettre à 18 centimètres. On peut demander qu'à l'issue de l'exportation un processus se lance, comme une application par exemple, pour ouvrir les fichiers. Cela n'est pas une obligation bien entendu. Si je clique sur fichier je vais définir l'endroit où je vais positionner mes fichiers un dossier racine un sous-nom et un sous-dossier me permettront de pouvoir visualiser rapidement une arborescence d'exportation. Dans le menu réglage, je pourrais éventuellement désactiver l'accentuation qui pourtant ne peux que renforcer une image qui ré-échantillonnée vers le bas aura tendance à se ramollir et enfin je peux jouer sur les métadonnées. Les métadonnées, les données exif qui accompagnent votre appareil-photo, ce sont les métadonnées du boîtier. Vous pouvez toujours les désactiver si vous ne souhaitez pas que l'utilisateur de l'image finale connaisse la marque ou l'optique de votre boîtier par exemple. Vous pouvez également supprimer les informations GPS si toutefois il y en a sur votre appareil-photo par contre je vous suggère de toujours conserver le copyright dans l'image. Les notes et tags couleurs sont également considérées comme des métadonnées, on les retrouvera donc si on choisi de cocher cette cas. Enfin toute autre donnée, c'est à dire les données que vous allez pouvoir renseigner, ce que l'on appelle les données IPTC dont les mots clés pourront être intégrés ou au contraire conservées pour votre propre usage. L'onglet filigrane, le dernier onglet va nous permettre de mettre un filigrane sur nos images pour les protéger si nécessaire, il suffirait alors de saisir un texte, et de demander d'en choisir la taille, on pourra donc jouer sur son opacité plus ou moins marquée, sur sa mise à l'échelle sur un décalage horizontal ou vertical, et même à l'aide de ce petit bouton, vous allez pouvoir le positionner où vous voulez dans l'image. Le filigrane permettra donc de faire un marquage pour empêcher le piratage de l'image mais également, pourquoi pas une solution pour intégrer votre signature en bas à droite de l'image avec à ce moment là la possibilité de la décaler pour être sur qu'elle ne touche pas les bords. Cela peut être intéressant, mais votre signature est rarement du texte, vous pourrez donc remplacer ce texte par une image. Il suffit de la déposer ici ou d'aller la chercher en cliquant sur le bouton pour le lien du fichier. Je vais donc chercher ici directement comme un logo qui peut être enregistré sous la forme d'un JPEG ou d'un PNG. Si c'est une signature, je vous la suggère en PNG pour conserver la transparence. en effet le blanc lui apparaîtra toujours dans un JPEG qui ne sait pas gérer la transparence. Si en revanche vous allez chercher le fichier en PNG il est transparent et vous pouvez donc le localiser où vous voulez bien entendu à l'échelle que vous allez choisir et vous assurer qu'il sera présent sur toutes les images, qu'elles soient verticales ou horizontales. Ces éléments étant crées, vous allez pouvoir définir l'emplacement de traitement en disant par exemple, je vais les mettre sur le bureau ou dans le dossier document, ou ailleurs encore et plutôt que de le laisser en vrac dans le dossier document, je peux demander ici de créer un sous-dossier. On retrouve bien le chemin d'accès, on pourra potentiellement renommer le fichier, et éventuellement lancer le traitement. A ce stade on va demander de mémoriser le paramètre en lui donnant le nom qui nous intéresse. J'ai demandé 18-24, je vais donc demander de mettre ici 18 par 24, J'ai choisi comme format au niveau des paramètres de traitement un format de fichier qui est du TIFF, je vais donc définir ici que c'est du TIFF et que c'est du TIFF en 16 bits. En étant logique et en positionnant des noms qui soient cohérents par rapport à ce qu'on, fait on va retrouver facilement la possibilité de choisir les fichiers qu'on veut en cochant les cases qui nous intéressent. Votre travail préparatoire pour l'exportation est terminé.

Découvrir Capture One Pro 9

Prenez en main Capture One Pro et effectuez un traitement haut de gamme de vos images numériques. Explorez l’interface, importez vos images, utilisez le catalogue, etc.

4h10 (52 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !