Linux : Les commandes du terminal

Manipuler les permissions et propriétaires

Testez gratuitement nos 1324 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Deux commandes vous permettent de modifier les permissions sur les fichiers et sur les répertoires. Ils vous permettent aussi de changer leurs propriétaires.
06:19

Transcription

Je me suis repositionné dans mon répertoire personnel pour vous montrer les commandes de manipulation de permission et de propriétaire de fichiers. Donc, ici, j'ai toujours mes dossiers, dossier2, plouf, etc. et je vais faire une copie de « var/log/syslog » ici. dans mon répertoire personnel. je vais regarder ensuite avec un « ls -l », quelles sont les différents propriétaires, donc, tout est à rudi qui est le compte Linux de cette machine dans lequel je suis connecté; et ça c'est l'indication du groupe. Donc il y a un groupe qui s'appelle rudi aussi lorsque l'utilisateur a été créé, il y eu un groupe qui s'est créé avec le même nom automatiquement. Et donc mon syslog, maintenant, qui, avant, si je fais un « ls -l » de « var/log/syslog » appartenait à un compte qui s'appelle « syslog » et un groupe qui s'appelle « adm », ou administrateur. Vous voyez que la copie a pris le fichier, gardé les mêmes permissions, qui sont exprimées ici, ce sont les mêmes, mais par contre, eh bien puisque la copie a recréé une copie du fichier, cette copie a comme propriétaire, la personne qui a fait la copie. Mais on va se concentrer une seconde sur ces persissions. Donc, les permissions c'est : read, write, execute, rwx 3 fois. Première fois, le propriétaire, deuxième fois, le groupe propriétaire, troisième fois, tout le monde. Si je veux changer les permissions de ce fichier, je vais utiliser la commande « chmod » et je vais dire quelles sont les différentes permissions que je veux ajouter ou enlever. Je peux le faire de plusieurs façons, soit je peux utiliser, ce qu'on appelle un « umask », et je l'ai écrit là, non pas parce que ça fait parti de la commande, mais c'est pour vous montrer le terme lui-même. Alors si vous cherchez « umask » sur google, par exemple, bon, je l'ai fais comme ça, cherchez et prenez les images, vous aurez quelques tableaux à disposition, qui vous expliquent les positions octales, en fait, du umask. Ca veut dire que c'est un nombre de quatre chiffres, alors si je regarde ici par exemple, qui vont vous indiquer les différentes permissions qui sont posées simplement parce que chaque chiffre, alors ici c'est à trois chiffres, mais il peut y'en avoir un quatrième avant pour des permissions spéciales, c'est à dire, est-ce que c'est un répertoire ou pas etc. Chaque chiffre correspond à un trio de permission. Par rapport à une position de bit en octal. Donc c'est un petit peu difficile à maîtriser au départ, mais il y a certains umasks traditionnels comme par exemple, 666 que vous venez de voir ici, qui correspondent à des permissions de lecture et d'écriture aux trois positions. Donc le 6 c'est lecture écriture, le 7 c'est lecture, écriture et exécution. Si vous utilisez souvent le changement de permission ça peut valoir la peine de mémoriser ces masks. Autrement, vous pouvez faire quelque chose d'un peu plus humain, en disant, ici je vais ajouter les permissions de lecture, par exemple à tout le monde. Donc je vais dire « a » pour all, « + » pour ajout et « r » pour read. Et je vais dire donc : A qui est-ce qu'on fait un « + » ou un « - » pour ajouter ou enlever, et ensuite quelle est la permission, ou quelles sont les permissions. Je peux dire « rw », et le « du » fichier. Voyons ce que ça donne, donc, vous voyez, j'ai ajouté permission de lecture et écriture à tous le monde. « a » pour all veut dire les trois positions. Il est plus lisible de mettre « a », mais « a » étant la valeur par défaut, vous pourriez faire ça et c'est la même chose. Qu'est-ce qu'on peut mettre ici? On peut mettre « u », pour l'utilisateur, donc propriétaire. « g » pour le groupe propriétaire, donc « u » c'est ça, « g » c'est ça, et « o » pour les autres. Pour others, ici. Donc par exemple, si je veux enlever ça, exactement ça, je vais dire « o-rw » et voilà qui a été enlevé. Donc c'est quand même plus facile à manipuler de cette façon. Une note, si vous voulez changer des permissions sur tout un répertoire et les sous répertoires, vous pouvez indiquer ici, un répertoire. Si vous lancez cette commande telle quelle, ça veut dire les permissions juste du répertoire, de l'objet répertoire. mais pas des fichiers qui sont à l'intérieur. Par contre, vous pouvez ajouter l'option « R » majuscule, attention, on sait que Linux est sensible à la case, donc c'est bien un R majuscule, il n'y a pas d'option « r » minuscule dans « chmod ». Donc, vous faîtes un R majuscule pour dire : je vais changer toutes les permissions de ce dossier et de tous les sous dossiers, tous les fichiers qui sont partout à l'intérieur de cette arborescence. Comme ceci. Et enfin, alors je reviens sur ma vision, ici, mon syslog appartient à rudi, rudi, admettons que je veuille changer le propriétaire, eh bien j'utilise la commande « chown », pour change owner. je peux éventuellement utiliser aussi l'option récursive pour changer le propriétaire d'un répertoire et de tous les fichiers, tous les sous-répertoires etc. Je vais ensuite en premier paramètre indiquer quel est le propriétaire nouveau donc par exemple je vais mettre « root » et quel est son groupe, après un point, et je vais dire quel est le fichier. et donc là, en l'occurence j'ai pas le droit de le faire parce que je peux pas donner à root quelque chose sans être root moi-même, donc, je vais utiliser vite fait un « sudo » je vais vous en reparlez dans une seconde pour faire cette opération. Et voilà qui est fait, j'ai changé le propriétaire de fichier.

Linux : Les commandes du terminal

Découvrez l’utilisation de nombreuses commandes et options qui vous faciliteront la vie lors de l’administration de Linux. Franchissez ainsi une étape dans votre expertise.

1h59 (25 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Spécial abonnés
Date de parution :29 févr. 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !