Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

L'essentiel d'Illustrator CC 2017

Maîtriser le panneau Contours

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Le panneau Contours vous permet d'agir sur l'épaisseur des tracés, y compris les pointillés, les angles et les extrémités.
05:52

Transcription

Lorsqu’on dessine dans Illustrator, un objet commence par avoir une couleur. Par exemple celui-ci est blanc, avec un contour noir d’un point. L’épaisseur peut être modifiée bien sûr, en déroulant ce menu je peux choisir une autre valeur. Notez que par rapport au tracé initial, l’épaisseur se met à cheval sur le tracé. On va pouvoir régler cela et bien d’autres choses encore, avec le panneau Contour. On l’obtiendra temporairement en cliquant sur le bouton dans la palette de Contrôle, où on retrouvera l’ensemble des fonctionnalités disponibles. Sinon, un panneau qui est actuellement positionné sur le côté sous ce bouton, me permet de le déployer et de le conserver. On le retrouvera bien sûr toujours dans le menu Fenêtre. Ici on ne voit qu’une seule chose, l’épaisseur. Mais les deux triangles me montrent qu’il y a des options. Je vais donc cliquer dessus pour les ouvrir. Si l’on joue sur la graisse et qu’on voit que le tracé se met à cheval, ça n’est pas une obligation. En effet, comme vous pouvez le regarder ici, l’alignement peut être sur le centre, mais également à l’intérieur de la forme, ou au contraire à l’extérieur. Notez que sur un tracé ouvert comme un simple trait comme celui-ci, seule l’option à cheval sera possible. Lorsqu’un objet représente des angles brutaux comme on le voit ici, et je veux me repositionner sur l’axe central, on peut voir que les pointes se prolongent jusqu’au bout. Il est possible de les tronquer avec ce bouton. Ou encore, de les arrondir. Dans ce cas on voit bien que toute pointe est arrondie sur son côté. Même si le cœur du tracé vous montre bien quelque chose de pointu. Ce sont bien les attributs qui sont arrondis et non pas le tracé lui-même. Si je mets une épaisseur plus forte sur ce tracé, dans le même esprit que tout à l’heure, les pointes peuvent aller chercher très loin, bien au-delà du tracé initial. Si on l’arrondit évidemment tout cela est restreint, si on la tronque aussi. Si vous êtes sur la notion d’angles, en sommet, pointus, la pointe peut, en fonction de l’ouverture de l’angle que l’on a là, aller chercher extrêmement loin. Par exemple si je prends la flèche blanche ici, et que je monte ce point au-delà, l’angle est toujours plus fermé, et à ce moment-là je m’aperçois que la pointe n’existe plus. En effet elle serait portée à une distance trop importante qui dépasserait largement du document. En fait tout est possible à travers la notion de la limite. Si j’augmente la limite à un certain niveau, la pointe va bien se construire, quitte, barre d’espace pour aller déplacer mon point, quitte à aller chercher beaucoup plus loin. Je reviens donc l’augmenter, et voir qu’effectivement la pointe se construit bien si je passe à une valeur plus élevée. À l’inverse, si je demandais de réduire la valeur sur cet objet, de la pointe, à un moment donné, cette pointe se coupe, puis les autres arriveront également à se couper à partir d'une certaine valeur de pointe. Tout est donc une question uniquement d’angles. Parce que si par exemple, je ferme cet angle plus, la pointe aura bien lieu. Sur un tracé ouvert, nous avons donc deux extrémités. Ces extrémités peuvent être pourvues de flèches. En cliquant sur ce point, on peut choisir parmi les différentes possibilités, la flèche qu’on veut positionner. Par exemple ici je clique et positionne une flèche. La flèche est très large. On va pouvoir donc en changer son échelle, par le biais de ce petit curseur. Soit vous mettez le curseur dans le champ et jouez sur vos touches fléchées, hautes ou basses, éventuellement avec la touche Majuscule pour aller plus vite. Là on voit bien que je réduis la pointe de flèche, à 40% de sa valeur initiale. Le lien permet de faire en sorte que l’on réduise la valeur de la flèche d’une extrémité et de l’autre simultanément. On pourra également de la même façon, positionner sur l’autre point, un autre élément. Par exemple, je vais positionner ici un point de départ. Le point me parait gros par rapport à la flèche, je vais donc demander de retirer le lien et réduire le point lui-même, indépendamment de la flèche. Notez que la flèche vient bien en butée sur le point d’ancrage. Mais si vous le souhaitez, vous pouvez demander à ce qu’elle soit au-delà du point d’ancrage. C’est donc un choix qui va nous permettre soit d’allonger la flèche, soit de la limiter au tracé exécuté, au tracé réalisé. Si vous avez utilisé l’outil Largeur, qui vous permet de cliquer et glisser sur un tracé et d’en modifier le comportement intermédiaire, il est toujours possible d’enregistrer des formes. C’est ce qu’on retrouvera sous la forme de profils. Ces profils sont disponibles et peuvent être appelés à tout moment pour changer la forme de votre flèche. Cette icône permettra simplement de changer l’orientation du profil, sur le tracé que vous avez réalisé. Enfin, les pointillés vont nous permettre de personnaliser les tracés comme celui-ci. Je reprends donc mon outil de sélection, j’encadre ce rectangle et je demande de réaliser des pointillés. D’emblée vous pouvez voir que les points se répartissent. On peut travailler de façon extrêmement précise, cette icône permet de le faire très précisément. Mais bien sûr les angles ne sont pas à ce moment-là très élégants, puisqu’on respecte précisément de faire un tiret de 12 points, et un espace entre les tirets de la même valeur. Dans ce cas précis on ne tombera pas forcément à l’angle, ce bouton permet d’étirer et d’assurer un réglage moins précis dans les valeurs, mais plus agréable à l’œil puisqu’on va avoir un carré sur chaque angle par exemple. Pour le pointillé, vous pouvez toujours jouer sur la valeur. Ici elle est exprimée en points, on peut la mettre en millimètres, et on peut définir également une valeur d’espace différente. Par exemple, si je mets 24, je vais bien avoir un pointillé avec un blanc deux fois plus large que le point lui-même. Et vous pouvez également cumuler différents espaces, six valeurs d’espaces et de tirets pour faire des tirets complétement différents les uns des autres. C’est ainsi que vous pourrez faire toutes sortes de hachures par exemple. Je vais cliquer et glisser ici, et ce trait je vais lui demander d’avoir un tiret plus long, 24 Un espace entre eux de 12, puis un tiret ici qui va représenter-lui 48. Et à nouveau un espace dont je vais pouvoir donner ici une valeur différente, 12 par exemple. Comme vous pouvez le constater, j’ai fait un trait qui a une régularité et une récurrence par rapport à ces valeurs. Vous savez tout sur les tirets, les pointillés, les ajustements de contour, et les possibilités de positionner les pointes de flèches.

L'essentiel d'Illustrator CC 2017

Prenez en main les fonctionnalités principales du logiciel de dessin vectoriel de référence. Créez un document, gérez vos espaces de travail, effectuez des sélections, etc.

7h42 (85 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Spécial abonnés
Date de parution :26 avr. 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !