L'essentiel d'Illustrator CC 2017

Gérer ses nuances

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Gardez vos couleurs favorites à portée de main en les mémorisant dans un nuancier. Ainsi, vous pourrez les réutiliser dans d'autres projets.
05:44

Transcription

Lorsque l’on va créer des couleurs avec notre panneau de couleurs, on peut bien sûr les stocker dans le nuancier. Si par exemple, je choisis ici une couleur, d'un vert assez sombre. Je vais pouvoir, à travers le bouton Nuancier, choisir de les stocker. Pour cela je vais dans le menu du panneau et demander de créer une nouvelle nuance. La nuance est basée sur le mode colorimétrique du document qui est ouvert. Je retrouve donc son nom, mais je peux le changer si je veux. Couleur de la feuille, par exemple. Et cette couleur peut être de type Quadri, ou Ton direct. La notion de Quadri intéresse évidemment pour l’impression. Pour l’instant nous sommes sur un mode rouge vert bleu. La couleur que je vais créer va s’intégrer dans mon nuancier. Mais je peux demander dans le même temps, de l’ajouter également à la bibliothèque Creative Cloud, qui la laissera disponible à ce moment-là à tous les documents que j’ouvrirai ultérieurement. Il faudra bien faire attention de choisir évidemment la bibliothèque dans laquelle je souhaite les positionner. En l’occurrence je ne vais pas le faire. Je vais cliquer sur OK pour voir apparaitre un petit carré qui est vert. Sans le triangle blanc. Si je sélectionne cette feuille, je peux demander de lui attribuer la couleur. on voit qu’elle est attribuée différemment de celle-ci, qui elle, est positionnée sur ce vert. En cliquant à nouveau, je vois qu’elle est bien référencée. Je vais demander de sélectionner tous les éléments. Je les sélectionne donc tous par encadrement, et je demande d’y appliquer ce vert. L’inconvénient du mode que j’ai positionné ici, c’est que j’ai bien pu faire toutes les feuilles de la même couleur, mais si je souhaitais changer la couleur, en faisant un double-clic sur cette couleur, si je la change, je peux me rentre compte en cochant la case d'Aperçu, que je n’influe aucunement sur le document. Pour influer sur le document, il faudra faire en sorte que la couleur créée, soit une couleur dite globale. Je vais donc refaire un double-clic sur ce patch, et demander de cocher la case Globale, qui va permettre d’intégrer un petit triangle blanc. Si je clique sur cette feuille, je vois qu’elle n’est pas dépendante de cette nuance. Il va donc falloir les récupérer, et lui demander d’y appliquer maintenant ce patch. Si ça ne change rien visuellement, ça change tout sur les possibilités de modification. En effet, même en ayant tout désélectionné, le fait de changer ma couleur, me permet de globalement passer à des couleurs d’automne, en demandant la case d’Aperçu. Vous pourrez alors changer évidemment à tout moment, la nuance comme vous le souhaiterez. Dans le même temps, le tronc d’arbre est pour l’instant verrouillé, je vais demander dans le menu Objet de le dissocier, de le déverrouiller. Je m’aperçois qu’il dépend lui, d’une nuance traitée globalement, et donc que je vais pouvoir, si j'avais plusieurs arbres, modifier la couleur des troncs en un clic. Maintenant, ces couleurs étant réalisées, je vais demander de les regrouper. En effet, je sais que dans l’arbre, je vais désélectionner en cliquant à côté, j’utilise le marron d’une part, j'appuie sur la touche Majuscule pour dire que j'utilise également le vert. Voilà les deux couleurs qui correspondent à mon arbre. En cliquant sur ce bouton, je peux les regrouper. Je vais donc le créer ici, les couleurs correspondants à l’arbre. Lorsqu’on est sous forme de patch, on peut retrouver évidemment l’ensemble des visualisations, mais le dossier me montre bien l’appartenance à un groupe. Sous la forme de liste, ce qui est intéressant c’est pouvoir à tout moment fermer les groupes qui ne nous intéressent pas et travailler uniquement sur les groupes qui nous intéressent. Les couleurs qui ne sont pas regroupées, se trouvent toujours en haut de la liste. Je vais resélectionner une feuille, et lui demander, grâce à ce bouton, d’aller chercher tous les éléments similaires. Similaires sur quel point ? En cliquant sur le petit triangle, on peut le définir. Même couleur de fond, même couleur de contour, même épaisseur de contour, ou tout, tout simplement. Je vais donc cliquer sur le bouton Tout pour récupérer tous d’un seul coup. Et je vais en profiter pour demander à ce que le contour soit mis à une valeur d’inexistence, le trait rouge. Je désélectionne et j’ai bien mes feuilles qui sont toutes de couleur verte. L’intérêt comme on l’a vu tout à l’heure de créer la couleur de façon globale, c’est qu’elle peut être modifiée après coup. Un autre intérêt est que cette couleur, a un vert assez dense. Mais à travers le panneau Couleur, je peux maintenant trouver la possibilité de jouer sur son pourcentage en valeur. Ainsi je vais faire un vert plus clair sur cette image. Et je vais pouvoir sans problème, lui demander de positionner ce vert sur une autre feuille, ou sur une autre encore. Pour ça je vais utiliser la pipette, qui me permet de prélever les attributs de l’objet, et en appuyant sur la touche ALT, de les redéposer ici, ici, ici et ainsi de suite. Vous pouvez voir le résultat sur le nuancier numéro 3, qui me montre bien la possibilité d’avoir des nuances, qui sont les nuances de l’arbre, en vert feuille et en marron arbre. Et qui me permet à tout moment de changer la couleur du vert, par une couleur d’automne, mais en conservant les différences de teintes que l’on a à ce niveau. Si je fais deux clics sur cette nuance, je viens changer sa nuance en couleur d’automne, je coche la case d’Aperçu, vous pouvez voir que toutes les teintes sont respectées, puisqu’elles font appel à une unique référence, qui est le vert des feuilles. Pour les gens qui travailleront dans le domaine de l’imprimerie, on pourra également, en faisant un double-clic sur cette icône, demander de ne pas traiter la feuille en Quadri chromie, mais de la traiter en Ton direct. Le Ton direct permettra ultérieurement, à l’impression, de choisir de travailler non pas sur la Quadri, cyan, magenta, jaune et noir, qui sont les pigments de base de l’imprimeur, mais sur des pigments complémentaires, un verni, un or, ou des pigments très spécifiques qu’on ne pourra pas obtenir avec le mélange des quatre encres. Dans ce cas-là, vous aurez les mêmes possibilités de modification, la seule différence sera la présence dans le petit patch, d’un point sur le triangle blanc. Voyez comme il est important de bien construire son nuancier, pour pouvoir travailler de façon régulière, avec des nuances qui sont bien définies de façon précise, et directement accessibles.

L'essentiel d'Illustrator CC 2017

Prenez en main les fonctionnalités principales du logiciel de dessin vectoriel de référence. Créez un document, gérez vos espaces de travail, effectuez des sélections, etc.

7h42 (85 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
Spécial abonnés
Votre/vos formateur(s) :
Date de parution :26 avr. 2017
Durée :7h42 (85 vidéos)

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !