InDesign CC : La mise en page multilingue

Gérer les polices

Testez gratuitement nos 1224 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Apprenez à choisir une police de caractères en fonction des langues cibles. Parcourez les outils et répertoires existants ainsi que les caractères nécessaires à chaque langue.
09:19

Transcription

Nous allons parler du vaste problème de la gestion des polices, on va commencer par le jeu des caractères c'est à dire les caractères sept. Comment ça fonctionne ? Et bien à priori une police contient un ou plusieurs jeux de caractères. Les plus simples, ce que nous avons vu ensemble, ce sont les 4 premiers en rouge ensuite vous voyez que ça rejoint l'ensemble des langages existant. Une référence ici ci-dessous. En réalité, il faut s'assurer pour pouvoir utiliser une police de caractères pour la composition dans les caractères latins c'est sur quoi cette formation se base, il y a un certain nombre de conditions Et là je reprends les 4 conditions dont parlait Olivier Cabon la police de concernant les polices de caractères. C'est un égyptologue très calé en police de caractères. Ici on voit les conditions, ce sont que la police utilisée doit posséder évidemment tous les caractères spéciaux et on se réfère par exemple à la palette de glyphe d'InDesign. Elle doit également correspondre aux standards de codage Unicode Alors Unicode, même si c'est né en, c'est quand même relativement récent dans son implémentation. Ça signifie simplement déjà au départ qu'une police peut être codée sur 16 bits ou plus, plus que 256 caractères, jusqu'à 6000 par exemple donc ça veut dire que ça doit aussi correspondre à une structure existante et donc pour traduire ça concrètement, ce n'est pas une bonne idée d'utiliser des anciennes polices de caractères que vous avez retrouvées parce qu'elle fonctionne par exemple une vieille police de caractères roumaine qui tourne toujours alors qu'on a des polices de caractères existantes comme le Mignon, le Times New Roman qui sont parfaitement compatibles et tout à fait universelles. Donc, il faut faire attention également à ça. Alors il faut tester la gestion typographique d'OpenType, elle doit être adaptée à la langue traitée je vais prendre un petit exemple si on travaille avec une police de caractères donnée, elle doit pouvoir gérer par exemple en fonction du dictionnaire de langue utilisé le fait de faire une ligature propre au français ou pas, appliquer une mise en majuscule correcte ou pas et donc c'est ça qui va vous servir à analyser la capacité de la police de caractères à être utilisée pour une langue. Prenons un exemple concret maintenant. Le i sans point du turc doit être mis en majuscule sans point. Le i avec point du turc doit être mis en majuscule avec un point. Donc ça par exemple, c'est un point de repère très sûr pour l'utilisation d'une police de caractères. Dernier point, il est un peu évident, la fonte utilisée doit être au standard post-script. Ça rejoint ce que j'ai dit par rapport au standard de codage unique. Il faut vraiment utiliser une police de caractères relativement récente une OpenType pro par exemple. On va maintenant examiner le marché. Qu'est-ce qu'on a face à nous ? On va commencer par TypeKit puisqu'on est en train de travailler avec des outils Adobe. Qu'est-ce que Typekit fait ? Il nous parle de prise en charge linguistique en nous montrant les langues que les polices de caractères proposent ou assurent. Ici, donc c'est source-serif-pro qui assure donc une série de langue. Chez fontshop, voici comment ça se présente la police Leitura News qui supporte 113 langages mais rassurez-vous en même temps, ce ne sont que 113 langages qui sont latins, romans si on préfère. Impossible de visualiser ça sur le site de fontshop. Il est maintenant important de comprendre comment il est possible de repérer au sein d'une police ce dont on a besoin. Alors typiquement les polices OpenType d’Adobe et de Microsoft qui prennent en charge les langues d'Europe centrale Central Europe contiennent le mot pro alors que certaines d'entre elles comportent également le cyrillique ou le grec et que celles qui ne le comprennent pas, sont dites standards. On voit ça en fait au sein d'InDesign la petite référence ici sur le site. Mais au sein d'InDesign, comment ça fonctionne ? Et bien, on les voit dans les menus des polices. Ici vous voyez le petit O qui précède la visualisation de la police. Le petit O signifie une police OpenType Le double T, c'est une police TrueType. Le Petit A, c'est une ancienne police Post Script. Il y a parmi les polices OpenType ici des police pro qui sont donc compatibles Central Europe et les polices OpenType simples comme le Poli ici comme, Goudy en bas. Vous voyez un peu comment cela se présente. Maintenant il est intéressant de savoir pour vraiment peaufiner la chose. Quels sont les caractères nécessaires pour chaque langue. Alors, il se trouve qu'il y a un document qui a été publié sur le fils de publication des communautés européennes qui s'appelle les informations utiles à l'intégration de nouvelles langues européennes il n'y a pas beaucoup de ce genre de documents qui existent. Ici si vous allez voir le document, vous verrez que les glyphes utilisées par les différentes langues sont toutes représentées de façon exhaustive et si vous examinez par exemple le Dutch c'est à dire le néerlandais ij, vous voyez ij est une seule lettre. Si vous repérez bien il y a 4 lettres là. Donc, ij est bien un digraphe, une lettre qui comporte deux caractères ou un caractère qui comporte deux lettres. Nous allons maintenant voir sur le site de TypeKit quelle est la correspondante à ce document-ci. On a effectivement dans le centre de l’Adobe Typekit une petite page qui concerne la prise en charge linguistique c'est assez intéressant parce que voilà les langues telles qu'elles sont reprises ici. Si je prends le hongrois par exemple je vois l'ensemble des lettres que le hongrois utilise donc ça correspond relativement bien au document dont je vous avais parlé ici, le fameux document de la Communauté européenne alors il me reste à montrer deux choses. La première c'est un document de Wikipédia qui est la liste des polices de caractères inclues dans le système X. Alors ça s'arrête juste avant Yosemite 10.7. Ce qui est intéressant ici, c'est qu'on peut les trier par sous-type c'est-à-dire prendre les caractères qui sont non latins et repérer par exemple quelle est la police de caractères qui est compatible avec le coréen donc c'est comme ça qu'on apprend que le Myungjo c'est du coréen, que l'hebreu c'est de l'hébreu évidement, que le Ayutthaya c'est du Thaï etc. C'est pas très complet en même temps parce qu'on aurait aimé savoir que la police de caractères de Times New Roman est extraordinairement complète que l'Arial est extrêmement complet, mais ça nous permet quand même un repérage de base au sein des polices de caractères présentes pour le système 10 du Mac. Vous verrez qu'il y a des polices qui sont livrées parce qu'ils travaillent de paire en temps du côté Windows et du coté MAC. Alors il me reste encore une dernière chose à vous montrer, c'est la gestion des polices de caractères et les fonctions liées à l’Unicode dans Font Explorer Pro qui est donc un logiciel de gestion de police qui permet de charger une police de caractères. Alors comment ça se présente ? Vous voyez que là, j'ai les polices qui sont installées, les polices système, les polices que j'ai chargées etc. Je vais directement les trier en cliquant sur le mot format, je me retrouve avec les OpenType en haut du classement, si je double-clique sur une police de caractères j'ai ici les options Unicode qui sont présentes. Je peux visualiser par exemple les caractères cyrilliques, les caractères grecs étendus etc qui sont repris dans chacune de ces polices. Donc c'est déjà un outil assez puissant vous voyez que la police de caractères Fira Sans reprends 13126 caractères. Alors je vais prendre quelque chose de différent, je vais aller chercher l'Arial Unicode et ici, on voit qu'on a 50000 caractères et donc cette police de caractères-ci, l'Arial Unicode est probablement l'une des plus complètes qui soit avec le Times New Roman. Vous voyez qu'elle gère des caractères extrêmement complexes et donc repris très peu souvent. Donc voilà, c'est quelque chose d'intéressant à savoir, je ne vous cache pas que ça devient évidemment extrêmement technique et qu'il y a pas mal de choses qui me laissent un peu sans voix que j'ignore tout à fait. Ça vous montre en tout cas un outil réellement puissant concernant la gestion des polices de caractères et la gestion unicode. Je vais encore une fois vous montrer une police qui est le Times New Roman. Ici, j'ai 3500 caractères alors que c'est déjà une police de caractères très très complète comme vous voyez. Je pense maintenant vous avoir montré un ensemble d'outils très intéressant par rapport au problème qui se pose dans la traduction au sein d'InDesign.

InDesign CC : La mise en page multilingue

Apprenez à gérer les particularités de la mise en page multilingue avec InDesign. Optimisez vos processus de production en intégrant les problématiques liées à ce type de projet.

1h27 (27 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Spécial abonnés
Date de parution :13 avr. 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !