Déjouer les principaux pièges de la langue française

Faire un quiz des idées reçues

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Un petit quiz pour finir. Il s'agit, pour chaque expression, de trouver la bonne formulation parmi deux possibilités.
08:04

Transcription

Maintenant, j'aimerais vous faire participer à un petit quiz. A chaque phrase que je vous donnerai, il faudra trouver le mot ou l'expression qui convient, correctement orthographié. Pour cela, je vous laisserai le choix entre deux options. Si vous avez besoin de temps pour réfléchir, n'hésitez pas à marquer une pause dans la lecture de votre vidéo. Une fois la solution dévoilée, je vous expliquerai la raison d'une telle orthographe. Vous êtes prêt ? Alors allons-y ! Première série. "Par acquit/acquis de conscience" : avec un T ou avec un S ? L'expression "Acquit de conscience" signifie : pour ne pas avoir quelque chose à se reprocher. Ici, le nom "acquit" vient du verbe acquitter, c'est-à-dire libérer, en l'occurrence sa conscience, et non acquérir, donc c'est un T et non un S qu'il faut mettre à la fin. "Aux grands maux/mots les grands remèdes" : maux ou mots ? Les maux dont on parle sont les maladies, le mal au pluriel, donc "maux". "Ils ont tout mis sans/sens dessus dessous" : Ici, il s'agit du nom "le sens" c'est-à-dire la direction, et nous de la préposition "sans" qui exprime l'absence. L'image est pourtant claire. Imaginez les éléments qui s'enchevêtrent comme dans le tambour d'un lave-linge. Attention à ne pas mettre de trait d'union entre dessus et dessous ! "Autant/Au temps pour moi" : on dit cela quand on admet son erreur. Et bien oui, il s'agit du "temps". Cette expression tire son origine du langage militaire ou "au temps" se dit pour commander la reprise d'un mouvement depuis le début. Je suis conscient de mon erreur, je souhaiterais recommencer pour ne pas la commettre de nouveau. C'est un peu ça l'idée. "Pour ce/se faire, il a fait appel à ses collègues" : alors "ce" ou "se" ? Ici, cela signifie "pour faire cela", donc c'est un pronom démonstratif qu'il faut utiliser. On n'a pas affaire au verbe pronominal "se faire" avec un S. Deuxième série. "En mon fort/for intérieur" : c'est la seule occasion que l'on a de voir "for" écrit ainsi, FOR sans T ni E ni S. Un for en vieux français c'est la place publique, le tribunal. Cela veut dire en fait en mon âme et conscience, au fond de moi-même. "Je suis sûr/sur qu'il ment" : évidemment ici c'est le "sûr" avec accent, le synonyme de "certain" qu'il faut utiliser et non la préposition homophone. "Aux dépends/dépens de quelqu'un" : "dépends" ou "dépens" ? Ce nom ne prend qu'un S car il ne vient pas du verbe dépendre mais de dépenser, dans le sens, on pourrait traduire cela par en faisant payer, en faisant supporter la dépense par quelqu'un. "Je vous saurais gré de" ou "Je vous serais gré de" ? Beaucoup de gens font l'erreur ! On dit "je vous serais reconnaissant" mais "je vous saurais gré" avec le verbe savoir. Au présent d'ailleurs, cela donne "je vous sais gré". "Il faut pallier ces défauts" ou "Il faut pallier à ces défauts" ? Un cas de figure typique des problèmes de construction que l'on peut rencontrer, et tellement de gens font l'erreur que c'est la formule erronée qui est la plus courante. En fait, pallier est un verbe transitif direct, il n'appelle pas de préposition. Troisième série. "On va devoir repartir à zéro" ou "On va devoir repartir de zéro" ? On peut hésiter entre les deux prépositions. L'expression correcte est "repartir de zéro". "Elle a l'air sérieux comme un pape" ou "Elle a l'air sérieuse comme un pape" ? Le problème revient à se demander si on accorde l'adjectif avec le nom "air" juste avant ou si on l'accorde directement avec le sujet "elle". Là, c'est l'air qui est sérieux, donc masculin singulier. "Il a des pièces pleins/plein les poches" : plein avec un S ou sans S ? Placé juste devant un article défini comme ça, le mot "plein" est préposition et en tant que tel il demeure invariable, donc "plein" sans S. "Un espèce de grand tableau" ou "Une espèce de grand tableau" ? Curieusement, nombreux sont ceux pour qui le nom "espèce" peut avoir les deux genres et s'accorder différemment au gré du nom qui suit. Et bien non ! Il faudra toujours dire et écrire "une espèce de" quel que soit le genre du nom qui suit. "Peu importent/importe les problèmes" : "importent" se terminant par ENT ou se terminant par E ? Logiquement, il vaudrait mieux accorder "importer" avec le nom qui suit, mais l'invariabilité n'est pas considérée comme une faute. Les deux options sont donc possibles. Quatrième et dernière série. "Ces produits coûtent cher/chers" : Alors "cher" avec un S ou sans S ? Ici "cher" n'est pas adjectif associé à "produits" mais un adverbe associé à "coûter", donc il est invariable. "Cela ne vous demandera aucun/aucuns frais" : est-ce qu'on met "aucun" au singulier ou au pluriel ? "Aucun" équivalant à zéro, on a tendance à le mettre systématiquement au singulier. Or il faut savoir que la marque du pluriel existe pour cet adjectif, mais uniquement quand le nom qui suit n'a pas de singulier ou a un sens différent au pluriel. On écrira donc "aucuns" avec un S dans les expressions : aucunes représailles, aucunes funérailles, aucunes lunettes, etc. "Madame n'a d'égal/égale que son mari" : "égale" au masculin ou au féminin ? "Égale" se rapporte à "madame" et non à "mari", c'est le féminin qu'il faut mettre. "En définitive, il a décroché le contrat" ou "En définitif, il a décroché le contrat" ? Au XVIème et au XVIIème siècle, les deux formes existaient. Elles étaient les raccourcis d'expressions juridiques : "en jugement définitif" et "en sentence définitive". Il ne reste plus que la forme au féminin qui signifie de nos jours "tout bien considéré" ou "en dernière analyse". Enfin, dernière phrase. "Veuillez agréer mes salutations distinguées" ou "Veuillez agréer l'expression de mes salutations distinguées" ? Agréer veut dire accueillir, recevoir. On ne reçoit pas une expression, on reçoit directement les salutations. Donc "Veuillez agréer mes salutations distinguées". Voilà donc quelques expressions usuelles que, j'espère, vous saurez écrire correctement à l'avenir.

Déjouer les principaux pièges de la langue française

Découvrez les principaux pièges de la langue française les plus couramment rencontrés et déjouez-les grâce aux astuces et conseils proposés dans cette formation.

1h18 (39 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !