Les fondements de la photographie : Photo de nuit et en basse lumière

Faire le point sur l'horizon en basse lumière

Testez gratuitement nos 1249 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Abordez la meilleure méthode pour faire le point sur l'horizon en basse lumière. Il est important de faire plusieurs mises au point et de vérifier à chaque fois avec un nouveau cliché.
avec
03:57

Transcription

Une photo de paysage, comme celui que je vois d’ici, doit être assimilé à une grande fenêtre, dans laquelle tout doit être net. Vous ne voyez pas l’horizon car il fait trop sombre pour la caméra vidéo. Je vais vite prendre un cliché pour vous montrer. Je règle la sensibilité à 12800 ISO. Je prends un instantané de l’horizon, pour vous montrer ce que je vois à l’œil nu. La réalité n’est pas aussi lumineuse que la photo mais, pourtant, à l’œil nu, je perçois l’horizon et un flanc de montagne. Si la photo de paysage est quelque chose de nouveau pour vous, vous pensez qu’il suffit de faire le point à l’infini, sur l’horizon. Mais ce n’est pas la bonne méthode. Rappelez-vous des principes de la profondeur de champ. Elle est répartie de chaque côté d’un point observé. Par exemple, si j’ai une profondeur de champ de 15 cm, elle ne démarre pas de la lentille frontale de l’objectif pour s’étaler sur 15 cm. Elle est centrée là où je fais le point, une partie devant, l’autre derrière. Dans le cas d’un paysage, elle se répartit sur 1/3 devant l’endroit où je fais le point, et 2/3 derrière. Si je fais le point sur l’horizon, 2/3 de la profondeur de champ sera derrière, ce qui n’a aucun intérêt puisque je ne vois rien au-delà de l’horizon. De jour, je fais la mise au point à un tiers de la distance entre moi et l’horizon. Je fais le point, avec une ouverture qui me donne une profondeur de champ suffisante, puis je tire parti des deux tiers situés en arrière du point pour que tout soit net jusqu’à la ligne d’horizon. Le problème, en basse lumière, c’est qu’on ne voit pas où se trouve le premier tiers, l’autofocus ne peut pas fonctionner, et je ne dispose pas de graduations pour faire le point à la main. Et donc, je vais faire le point à l’infini, et revenir un peu en arrière. Près du repère infini gravé sur l’objectif, le moindre mouvement de la bague de mise au point change tout. Bref, si je pouvais faire le point à l’infini et revenir un peu en arrière, ça permettrait de placer le point le plus judicieusement possible dans la scène et de récupérer plus de profondeur de champ. Mais il y a un problème avec l’infini. Peut-être croyez-vous que pour faire le point sur l’infini, il suffit de tourner la bague de mise au point jusqu’à la graduation correspondante. Sur certains objectifs, notamment Canon et Sigma, le symbole de l’infini est suivi d’un petit marqueur en « L ». En fait, sur l’objectif en question, l’infini se trouve quelque part entre les deux, et cela dépend de la température. Alors faut-il un thermomètre ? Non, et, honnêtement, je détermine l’infini au pif, et je fais plusieurs mises au point. Je prends une série de photos avec différents réglages de mise au point. Et là, je serai à peu près certain d’être à l’infini. Mais si je veux revenir un peu en arrière avec la bague de mise au point, je prends une photo, je l’examine en zoomant, je vérifie la profondeur de champ et, si ce n’est pas bon, je refais le point et je reprends une photo. Ça semble un peu hasardeux et coûteux en temps, mais ce n’est pas si difficile. En vous habituant à l’objectif, vous saurez comment le régler. Mais il y a aussi la technique de la vieille école, plus précise, qui consiste à déterminer l’hyperfocale et à faire le point en conséquence. Malheureusement, on ne trouve plus beaucoup d’objectifs pourvus des graduations nécessaires. Et donc, je dois utiliser l’autre méthode. S’il y a des lumières à l’horizon, comme ici, je pourrais utiliser l’autofocus. Je pourrais également faire le point sur la ville et, avec cette référence, affiner la mise au point. Si je suis dans la nature et qu’il fait noir, je n’aurai pas d’autre choix que de faire le point à l’infini et revenir en arrière, comme je l’ai expliqué juste avant. Donc, je le répète, faire plusieurs mises au point et vérifier à chaque fois avec un nouveau cliché est la meilleure méthode.

Les fondements de la photographie : Photo de nuit et en basse lumière

Mettez toutes les chances de votre côté pour réaliser de bonnes photos en basse lumière. Découvrez des astuces de prise de vue qui vous aideront à gérer ces conditions difficiles.

3h46 (53 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Spécial abonnés
Votre/vos formateur(s) :
Date de parution :15 déc. 2016
Durée :3h46 (53 vidéos)

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !