Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

Les fondements de la photographie : Photo de nuit et en basse lumière

Exposer à droite

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Si vous doublez la quantité de lumière à un instant t et que vous allumez les lampes, votre œil ne percevra pas de doublement d'éclairage. Vous verrez que nos sens ne fonctionnent pas de cette manière.
avec
03:47

Transcription

À cet instant, je suis éclairé par une certaine quantité de lumière. Si on double la quantité de lumière, en ajoutant le même nombre de lampes et qu’on les allume, notre œil ne percevra pas de doublement de l’éclairage. Nos sens ne fonctionnent pas de cette manière. Si je vous passe une boule de bowling, puis une autre, vous ne vous rendrez pas compte du doublement du poids. Nos sens ne sont pas linéaires, ils fonctionnent de manière logarithmique. Même chose pour la pellicule. Si vous doublez l’éclairage d’une scène, le film argentique ne perçoit pas l’augmentation de l’éclairage. Mais votre appareil numérique est différent, son capteur est linéaire. Dans la pratique, en basse lumière, cela vous aidera à contenir la montée du bruit. Voici comment. L’appareil peut capter un certain nombre de niveaux de luminosité. Supposons 4 000 niveaux de luminosité. La moitié de ces niveaux représente la partie la plus lumineuse de la scène. En gros, sur 4 000 niveaux de gris, 2 000 correspondent à la partie la plus lumineuse de l’exposition. Et la moitié des 2 000 niveaux restants va à l’ouverture de diaphragme suivante, puis la moitié de ce qui reste à l’ouverture suivante, et ainsi de suite. Et lorsque vous arrivez aux tons les plus sombres de l’image, ceux-ci ne sont représentés que par 4 ou 8 niveaux de gris, soit 4 à 8 niveaux de luminosité. En d’autres termes, votre appareil est très bon pour enregistrer les tons clairs, et nettement moins bon pour les tons sombres. Mais, la plupart du temps, ça n’a guère d’importance car le logiciel de développement RAW va tout égaliser. Par contre, si vous travaillez en basse lumière, ou si vous sous-exposez et captez beaucoup d’éléments sombres, vous allez caser toutes les données image dans les niveaux sombres que l’appareil n’exploite guère. Et là, vous ne profiterez pas des qualités de votre appareil. Mais souvent, si vous travaillez en basse lumière et que vous surexposez l’image, pas au point d’écrêter les hautes lumières, mais en exposant de sorte que toutes les données image soient stockées à droite dans l’histogramme, vous obtiendrez une image dont vous pourrez exploiter toute la dynamique. Et donc, en post-production, vous pourrez assombrir l’image, sans risque de vous retrouver avec autant de bruit qu’une méthode d’exposition normale. Laissez-moi vous donner un exemple. On ne verra pas beaucoup le bruit à cause de la taille de l’écran, mais voici un cas pour lequel j’ai changé ma manière d’exposer. Ceci est l’exposition initiale, reposant sur la mesure de l’appareil, et vous voyez que tous les tons sont calés à l’extrémité gauche de l’histogramme, et les tons les plus exploitables auraient dû être ici, à droite de l’histogramme. En surexposant, j’ai plus de données exploitables dans les parties les plus lumineuses de l’histogramme, jusqu’ici. Pour bien faire, j’aurai dû surexposer encore plus, histoire de caler les tons à cet endroit. Mais je dois avouer qu’il faisait froid, et je n’avais envie que d’une chose : rentrer chez moi. Certes, il y a toujours le risque de surexposer les hautes lumières, mais si je tiens compte du fait que mon logiciel de traitement RAW permet de récupérer les hautes lumières écrêtées, je peux tout caler de ce côté, quitte à avoir un pic ici et à le récupérer plus tard et, ainsi, je pourrai assombrir l’image sans amplifier le bruit. Bien sûr, cela signifie que mes images brutes auront un aspect étrange. Elles seront trop lumineuses, elles seront surexposées, les hautes lumières seront peut-être écrêtées mais, en post-traitement, je pourrai les assombrir tout en gardant les ombres propres, sans bruit. Plus tard, nous aurons l’occasion d’exposer de cette manière, histoire d’étendre notre savoir-faire, et nous pourrons comprendre comment exploiter l’histogramme pour maîtriser ce cas particulier. Et enfin nous traiterons ces images.

Les fondements de la photographie : Photo de nuit et en basse lumière

Mettez toutes les chances de votre côté pour réaliser de bonnes photos en basse lumière. Découvrez des astuces de prise de vue qui vous aideront à gérer ces conditions difficiles.

3h46 (53 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !