Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

Linux : L'architecture système

Explorer le répertoire proc

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Le répertoire proc est un répertoire virtuel qui contient des fichiers virtuels. Ces fichiers virtuels donnent des informations sur l'activité du noyau.
05:28

Transcription

Dans une autre session, j'ai lancé un programme de façon à avoir quelque chose à voir dans mes process. Donc, je peux refaire un pstree. Et je vois que j'ai quelque chose de nouveau ici : login bash vim. Donc, j'ai lancé vim vi, si vous voulez, le clone de vi, dans une autre session. Donc j'ai un process qui tourne. Je peux regarder, vous vous souvenez, le PID, avec pstree -p, et je vois que mon process est le PID 2778. OK, je garde ça en tête : 2778. Ce que je vais vous montrer maintenant, c'est ce qu'on appelle les fichiers virtuels, ou les systèmes de fichiers virtuels dans Linux, qui sont en fait des fichiers, des répertoires qui apparaissent ici dans mon espace comme si c'étaient des fichiers et des répertoires réels, mais ce ne sont pas des répertoires réels. Et on a plusieurs espaces dans l'arborescence Linux qui vont montrer des informations sur le système à travers ces fichiers virtuels. Principalement, on en a deux dans la racine. Si je fais comme ceci, je ne suis pas dans la racine, d'ailleurs. Donc je vais faire un ls de la racine. Voilà. J'ai un répertoire qui s'appelle dev, et puis, un répertoire qui s'appelle proc, qui est ici. Ces deux répertoires contiennent donc un système de fichiers virtuels qui vont me montrer, pour proc, des informations sur le noyau et les processeurs, et puis, pour dev, et bien, des informations sur les pilotes de périphériques qui sont représentés en Linux comme des fichiers. Chaque pilote de périphérique a un fichier. Et cela permet en fait, que ce soit pour dev ou pour proc, d'obtenir des informations en lisant, finalement, ces fichiers virtuels, ou bien parfois d'écrire des informations, de communiquer avec le pilote de périphérique, ou avec un process en écrivant. Si je vais dans proc, comme ceci, je vais avoir toute une série d'informations qui sont, ici, des fichiers qui n'existent pas réellement. Si je regarde d'ailleurs plus en détails, l'alias de ceci : al. Et bien, je vais voir que mes fichiers, ils n'ont pratiquement jamais de taille, vous voyez. Ils sont presque tous à root, sauf certains qui sont à moi parce que vous voyez ici des numéros. Et on va regarder si on trouve 2778. Et bien, le voilà ! À qui appartient-il ? Vous voyez. Donc, on est ici, hein ? Et on voit que 2778 est un répertoire qui appartient à Rudi. C'est parce que c'est le répertoire de mon process. Mon process, c'est un PID, et maintenant, il a un répertoire avec, à l'intérieur, des informations. Donc, principalement, ça permet au système de se renseigner sur ce qui est en train de se passer. Dans proc, vous avez des informations sur le système, sur le noyau. Et puis, ça permet également d'échanger des informations. Au lieu de passer par je ne sais quelle zone ou protocole en mémoire, il est beaucoup plus simple de le représenter dans le système de fichiers. Et donc, si je regarde à nouveau ce que j'ai ici, et bien, j'ai une combinaison de répertoires. Ce qui apparaît ici en mauve, un petit peu. Et puis, je vais avoir également des liens symboliques à l'intérieur. Et puis, je vais avoir, ici, des fichiers. Au niveau de la racine de proc, je vais avoir des informations sur le système. Vous voyez, par exemple, la version du noyau, ou des informations sur les CPU, ou des informations sur la mémoire, ou des informations sur les espaces de swap, ou des informations sur... là, j'ai uptime, depuis combien de temps le système est démarré, ou bien les modules. Je vous parlais des modules du noyau. Donc, vous avez plein d'informations. Et bien entendu, vous les visualisez avec une commande comme cat. Si je fais un cat de cpuinfo, je vais avoir, dans un format qu'il va falloir un peu interpréter, par exemple, processor, le numéro du processeur. Là, je n'en ai qu'un. Donc, processor : 0. Mais j'aurais plusieurs fois ces blocs si j'avais plusieurs processeurs. Et en fait, on peut les manipuler. Donc, soit les programmes lisent à l'intérieur pour voir quelles sont les informations. Soit, je peux aussi les manipuler avec des choses comme grep ou awk pour, dans mes scripts, récupérer des informations à ce sujet. De même, je vous le disais, on peut regarder dans meminfo pour avoir des informations sur la mémoire, l'utilisation de la mémoire. Combien est-ce qu'on a alloué en total de VM, donc de Virtual Memory. Vous voyez, vous avez toutes les informations : mémoire totale, mémoire libre, mémoire disponible, nombre de buffers, qu'est-ce qui a été caché, qu'est-ce qui a été swappé. Bref, certains sont tout à fait lisibles comme ça, à l'oeil nu. Et puis d'autres sont un peu plus cryptiques et qui sont plutôt faits pour être décomposés par des applications ou des scripts. Donc, des informations du kernel sur la mémoire, sur les processus, sur le disque, vous avez aussi MDSTAT pour des statistiques sur le disque, le raid, et puis, les interruptions, les systèmes de fichiers, donc tout ce qui nous intéresse au niveau du noyau, et puis, comme vous l'avez vu ici, et bien, des répertoires qui vont corresponde à des PID, donc à des process ID, dans lesquels on va avoir aussi des informations sous forme de fichiers et de répertoires pour les process eux-mêmes.

Linux : L'architecture système

Prenez en main les principes généraux de l’architecture système de Linux. Comprenez le fonctionnement du noyau (kernel), de la gestion de la mémoire, des processus, etc.

2h01 (20 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Thématiques :
IT
Systèmes d'exploitation
Spécial abonnés
Date de parution :15 sept. 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !