Photoshop CC 2017 pour les photographes

Exploiter les masques vectoriels

Testez gratuitement nos 1270 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Il est possible de positionner deux masques sur un même calque, l'un créé à partir d'une sélection et composé de pixels, l'autre un masque tranchant de type vectoriel. Découvrez les nombreuses possibilités permises par ce cumul.
07:09

Transcription

Une image peut être masquée deux fois. En effet, lorsqu'on a une image comme c'est le cas ici, une image faite avec des pixels et qu'on souhaite la masquer, il suffit de faire une sélection Et en cliquant sur ce bouton, on obtient bien un masque associé qui cache la partie de l'image qui la masque. Je vais supprimer ce masque et prendre directement un masque adapté en demandant tout simplement d'aller dans mes « Couches ». Avec la touche « Ctrl » ou « Commande » sur un Mac, je clique sur la sélection de détourage que j'avais préparé. Je reviens sur les « Calques », et je demande d'en faire un masque de fusion. Le masque de fusion est donc un masque réalisé avec des pixels, qui permet, selon la couleur des pixels, de laisser apparaître l'image ou de la faire disparaître. En faisant « Alt+Clic » sur le masque, je peux constater que certains endroits sont blancs laissant apparaître l'image, d'autres noirs la laissant disparaître ; mais également, qu'il y a des valeurs intermédiaires avec des gris permettant de laisser apparaître une portion de l'image uniquement. « Alt+Clic » me permet de revoir l'image dans son contexte. Maintenant, nous allons voir qu'il est possible de faire d'autres masques. Les outils vectoriels que l'on retrouve avec la plume, la fameuse courbe de Bézier, pour ceux qui connaissent, permettra de dessiner et tracer. Si ça n'est pas le cas, vous apprendrez à le faire en faisant tout simplement des clics successifs pour faire des lignes droites ou cliquer et glisser pour réaliser des courbures. Les courbures vont donc permettre de déterminer le contour du sujet. Je vais effacer ces tracés, et réaliser également la possibilité de travailler avec des outils vectoriels de façon libre. La « Plume libre » vous permettrait de dessiner à la main le contour que vous voulez. Et lorsque vous relâchez, des points d'ancrage de positionnement précis se sont positionnés. On va avoir également des outils de forme vectorielle en cliquant sur ce point et en allant chercher les outils cachés comme l'« Ellipse », le « Rectangle », ou encore des formes libres, personnalisées que l'on retrouvera à travers ce menu, et dans lequel on pourra, si on la demandait d'afficher toutes les formes à choisir dans celles qui vous seront proposées. Ici, je vais m'arrêter à une forme simple, je vais prendre une forme géométrique sous la forme d'une « Ellipse ». Je clique et glisse pour réaliser une ellipse. Si je mets la touche MAJ, ce sera un cercle parfait. Je le positionne. Si elle est mal positionnée, je peux toujours, avec la barre d'espace, la déplacer en cours de travail. Je l'agrandis un peu et la positionne donc sur mon image. Ce que je viens de réaliser crée une forme. Si j'avais voulu créer une ellipse vectorielle sans créer la forme il aurait fallu que je passe par ce menu pour demander de créer un « Tracé ». Peu importe, je vais demander que la forme vectorielle qui est là soit coupée pour être mise dans mon presse-papier. Si je demande de la couper, j'ai donc retiré le calque qui avait été généré, et je vais pouvoir maintenant demander de coller à nouveau et le collage ne va bien se repositionner que le vecteur. Mais comme vous pouvez le constater, le calque étant sélectionné, il l'a positionné comme étant un second masque sur mon image. J'aurai pu le faire autrement, je vais donc annuler cette opération. Si j'avais pris la précaution de demander de ne pas créer une forme et de créer un tracé vectoriel. En créant le tracé vectoriel que je positionne maintenant comme je veux, j'ai bien créé ici un tracé vectoriel, c'est tout. Eh bien, en cliquant sur l'icône qui est située en bas, je vais demander maintenant de créer un masque vectoriel. L'image est ainsi pourvue de deux types de masque : un masque de fusion fait de pixels permettant de garder toutes les notions de transparence, avec l'intermédiaire des gris entre le noir et le blanc ; et un masque vectoriel qui, lui, découpe précisément comme avec une lame une image. Ce masque a un rôle immédiat dans le cadre de l'image ici pour cumuler deux fonctionnalités. On retrouvera la possibilité du masque vectoriel également sur des images comme celle-ci. Là, c'est un sujet qui doit être bien net ; il est plus facile de le travailler avec un masque vectoriel. Alors, je vais préparer ce masque vectoriel soit en prenant la plume et en prenant le temps de le réaliser, soit ici en m'aidant d'un outil comme la zone de sélection basée sur la « mise au point », et en venant compléter avec l'outil en demandant d'ajouter cette zone à l'image, et en supprimant les zones qui ne m'intéressent pas en appuyant sur la touche « Alt ». Cette zone verte ne fait pas partie des zones que je considère comme étant des mises au point intéressantes. Il les retire donc. Et je peux lui demander évidemment de retravailler chacune de ces zones qu'il va être capable de retirer. En revanche, il va me manquer des zones ici, et je vais demander de rajouter ces zones-là en cliquant dessus. C'est bien le rouge qui est là qui m'intéresse. Par contre, le vert ne m'intéresse pas. Je rajoute encore, en adaptant bien sûr la taille de mon outil, la branche de la fleur. Et avec la touche « Alt », je lui demande de retrancher ce qui ne m'intéresse pas comme couleur. Bien sûr, tout ce que je réalise là va nécessiter un peu de temps. On pourrait le faire également avec l'outil adéquat, qui serait l'outil, tout simplement, de tracé à la plume manuellement. Mais, c'est un autre travail. On va donc essayer de s'appuyer sur le travail réalisé par cet outil pour retransformer cette zone en zone vectorielle. « Alt » pour retrancher. Je détermine bien les zones que je veux retrancher à la sélection. Et le logiciel recalcule à nouveau. Bien ! On va dire qu'on est arrivé à un résultat qu'on peut encore améliorer, avec évidemment, le menu « Sélectionner et masquer », ce qui me permettra d'aller chercher les détails sur le retour, en allant chercher vraiment les valeurs de l'image qui sont celles qui m'intéressent. Une fois qu'on aura fait quelque chose de convenable, je cliquerai sur « OK » pour récupérer la sélection. Je vais reprendre la sélection rapide ici et demander d'ajouter cette zone. La sélection ainsi fait pourra être transformée en tracé. Pour ça, le panneau « Tracés » nous permettra de le faire en cliquant sur ce bouton. Il vous crée donc des points d'ancrage positionnés. J'annule l'opération et vous montre qu'il est possible, en appuyant sur la touche « Alt », de demander d'avoir une précision plus ou moins forte. Si vous mettez une tolérance 10, en travaillant, vous allez avoir beaucoup moins de points, mais évidemment, moins de précision. En revanche, si vous mettez une précision très fine, par exemple 0.5, vous allez générer un nombre de points très conséquents pour vous approcher au plus près de votre sélection. Le chiffre de 2 par départ est souvent une bonne approche. Ici, je vais le laisser sur cette valeur. Le tracé vectoriel tel qu'il est fait ici ne sert pas de masque. Mais si je viens dans le panneau « Calques », je peux toujours lui demander en cliquant sur ce bouton. Dans ce cas, quand je clique sur le bouton, j'ai construit d'abord un masque de fusion. Et n'ayant pas de sélection, il est resté blanc. J'annule l'opération et je vais demander d'appuyer sur ce bouton en appuyant sur la touche « Ctrl » ou la touche « Commande » sur Mac. Ainsi, je peux créer un masque vectoriel même sans avoir de masque de fusion. Si vous avez créé un masque de fusion, ce qui est toujours possible bien entendu, avec une sélection, eh bien, il est possible de l'ajouter en cliquant sur ce bouton. À ce moment-là, il ajoute bien ce masque entre eux deux. J'annule l'opération, puisqu'en l'occurrence, seul le masque de vecteur m'intéresse. Nous avons donc vu comment cumuler deux masques sur une même image : un masque de fusion, et un masque vectoriel.

Photoshop CC 2017 pour les photographes

Découvrez les fonctionnalités spécifiques à la correction d'images avec Photoshop. Utilisez Camera Raw, configurez votre espace de travail, réalisez des sélections, etc.

8h05 (101 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Spécial abonnés
Votre/vos formateur(s) :
Date de parution :18 janv. 2017
Durée :8h05 (101 vidéos)

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !