Écrire des e-mails professionnels

Éviter les pièges de la langue

Testez gratuitement nos 1297 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Soyez conscient du danger des incorrections de langage. Évitez les pléonasmes et les barbarismes dans les e-mails professionnels.
04:48

Transcription

Il n'est pas facile de maîtriser parfaitement la langue française. On tolère des écarts syntaxiques à l'oral, mais on demande à nos écrits, surtout professionnels, d'être quasiment irréprochables. Il faut faire particulièrement attention quand on écrit des e-mails car la spontanéité avec laquelle on les rédige parfois fait qu'on s'autorise un langage davantage parlé qu'écrit. Soyez donc vigilant à ce que les erreurs que vous commettez à l'oral ne se reproduisent pas à l'intérieur de vos e-mails. En premier lieu, l'une des erreurs les plus flagrantes et plus pénalisantes, c'est de laisser passer un barbarisme. Alors un barbarisme, qu'est-ce que c'est ? C'est un mot ou une expression qui a été déformée. Soit ce mot incorrect a été inspiré d'un mot correct phonétiquement proche, et dans ce cas il faut de retrouver et l'appliquer, soit ce mot a été inventé et il faudrait en trouver un synonyme dans la langue française. L'un des barbarismes les plus fréquents à l'oral, c'est le fameux « aréoport » à la place d'« aéroport ». Dans les écrits professionnels, on peut lire assez souvent le mot « rénumérer » pour « rémunérer ». Il faut voir sans doute l'influence de « numéro ». L'expression « au temps pour moi » s'écrit avec le nom « temps » et non l'adverbe « autant ». On n'écrit pas « en définitif » mais « en définitive » avec -ve. « Un magasin » s'écrit avec un s et non un z, comme « magazine ». Quand on dit qu'il est préférable, on dit « il vaut mieux » et non « il faut mieux » avec un f. Certains confondent les adjectifs « compréhensif » dans le sens d'indulgent et « compréhensible » intelligible, simple, concevable. Ce sont des exemples parmi d'autres, « parmi » sans s pas comme « permis ». En deuxième lieu, il y a le pléonasme. Peut-être un peu moins décelable mais pas moins pardonnable. Il alourdit considérablement votre écrit qui, je le rappelle, doit être aussi concis possible. Un pléonasme, c'est une succession de mots, en général deux, qui se répètent inutilement. Vous savez, le fameux « je monte en haut » ou encore le « tri sélectif ». Le second terme est redondant. Dans les écrits pro en général, et dans les e-mails en particulier, on lit encore trop souvent des « s'avérer vrai », des « faux prétextes », « se réunir ensemble », « s'entraider mutuellement », « prévoir à l'avance », « au grand maximum », « seul et unique », « sûr et certain », un « fait concret », « assez satisfaisant », un « monopole exclusif », une « erreur involontaire » et encore bien d'autres. Réfléchissez bien à la pertinence de chaque terme dans ce genre d'expressions. Sachez à ce sujet qu'une alternative est déjà un choix entre deux choses, on ne doit donc pas écrire « deux alternatives » mais « deux possibilités ». On retrouve assez souvent les pléonasmes dans les mots de liaison, les connecteurs logiques. N'écrivez pas « car en effet », « en effet » suffit. N'écrivez pas non plus « puis ensuite » ou « mais toutefois », sélectionnez à chaque fois l'un des deux termes. En troisième lieu, il y a les fautes de syntaxe, celles qui passent à peu près inaperçues quand vous parlez mais qui, couchées sur le papier ou sur l'écran, vont donner de vous l'image de quelqu'un de pas très sérieux. Ce sont des erreurs grammaticales. Souvent, il y a une rupture dans la construction de la phrase. Cela peut venir du fait que vous avez oublié un mot essentiel à la compréhension, vous avez utilisé le mauvais auxiliaire, vous n'avez pas bien considéré la transitivité d'un verbe, dans notre cas vous l'avez accordé abusivement avec un COI, un complément d'objet indirect, vous avez omis une partie de la négation, c'est un cas très fréquent, vous n'avez pas utilisé la bonne préposition après un certain verbe, vous n'avez pas mis le pronom relatif adéquat, ici on dit « je parle d'un livre » et non « je parle un livre », vous avez utilisé une conjonction là où il fallait voir une construction à la voix passive, vous avez utilisé un mauvais temps ou un mauvais mode, c'est le cas du fameux « si j'aurais su », vous vous êtes trompé dans le pronom personnel qui reprend un groupe nominal, vous avez coordonné des éléments qui n'ont pas la même nature grammaticale, vous avez mal coordonné deux verbes qui ont un même complément mais pas la même construction à la base, et enfin, le sujet d'une proposition principale n'est pas le même que celui sous-entendu dans la subordonnée participiale alors qu'il devrait l'être. Voilà les principales erreurs syntaxiques qu'on trouve dans les e-mails et autres écrits professionnels. Je ne saurais trop vous encourager à bien examiner chacune de vos phrases immédiatement après l'avoir rédigée pour vous assurer qu'elle est irréprochable.

Écrire des e-mails professionnels

Comment commencer un e-mail ? Qui mettre en copie ? Est-ce qu’il faut « répondre à tous » ? Apprenez tout ce qu’il faut savoir sur la rédaction et l’envoi d’e-mails professionnels.

2h25 (37 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Spécial abonnés
Date de parution :21 déc. 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !