Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

Les fondements de la photographie : Photo de nuit et en basse lumière

Évaluer les capacités à haute sensibilité de l'appareil

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Pousser la sensibilité augmente le bruit dans l'image. Il faudra parfois renoncer à augmenter la sensibilité pour accroître la vitesse.
avec
04:53

Transcription

Vous le savez désormais : pousser la sensibilité augmente le bruit dans l’image. Ce qui veut dire qu’il faudra parfois renoncer à augmenter la sensibilité pour accroître la vitesse, au risque de se retrouver avec une image parasitée par le bruit. Fort heureusement, les appareils actuels maîtrisent bien le bruit. Sur mon réflex, par exemple, je peux monter à 400 ISO sans montée perceptible du bruit, et je passe fréquemment à 3200 ISO sans avoir à m’inquiéter de niveaux inacceptables de bruit dans mes images. Au-delà, les images deviennent excessivement granuleuses, et je ne me sers de sensibilités supérieures à 3200 ISO que si je n’ai pas d’autre choix, tout en sachant que les photos seront altérées par le bruit. S’il s’agit de produire un simple document, pas de problèmes, mais si j’envisage un tirage d’art, je sais que je risque d’être déçu au-delà de 3200 ISO. Mais avant même de vous lancer dans la prise de vue, il est peut-être bon de savoir jusqu’où vous pouvez pousser la sensibilité ISO de votre appareil, et déterminer à partir de quand le bruit devient inacceptable, grâce à quelques tests simples à réaliser. Vous pouvez faire ça chez vous. J’ai reçu quelques fleurs, et je les dispose ici, dans une pièce à l’éclairage modéré. Je vais tout simplement photographier ces fleurs avec différentes sensibilités ISO. Je prendrai la même photo, mais en changeant la sensibilité à chaque fois. Et donc, je commence à 100 ISO. Mon appareil est en mode Priorité diaphragme, à f/9, car je souhaite beaucoup de profondeur de champ. Avec cette lumière, la vitesse d’obturation est plutôt basse. Allons-y, je vais déclencher. Le temps de pose est de 3 secondes. Je règle la sensibilité à 200 ISO, la valeur suivante, et je prends le même cliché. Rien de spécial avec mon installation. Mon appareil est sur trépied, j’ai un sujet, les fleurs ne sont pas une obligation, mais elles sont jolies. Je vais prendre une photo à chaque sensibilité, pour voir la progression du bruit. Me voici à 400 ISO, le temps de pose est 1/2s. Lorsque j’aurai terminé la série, je baisserai la lumière dans la pièce. En effet, il faudra prendre des photos avec plusieurs niveaux de luminosité. Si votre vision s’adapte aisément, c’est un peu plus compliqué pour l’appareil ; à l’inverse, dès qu’il commence à faire trop sombre pour vous, l’appareil sera encore capable d’enregistrer quelque chose. Bref, après cette première série, diminuez l’éclairage ambiant et recommencez. Mêmes images, mêmes réglages, et mêmes combinaisons. Ensuite, il faudra passer à l’évaluation des résultats. C’est très simple, il suffit de transférer les images sur votre ordinateur et de les regarder. Pour cela, il faut une visionneuse ou un logiciel de traitement d’images capable de les afficher à 100 %. Il faut aussi voir les données EXIF qui permettront d’indiquer la sensibilité ISO de chaque cliché. Vous pouvez également les imprimer, notamment si vous souhaitez évaluer le niveau de bruit perceptible dans les tirages. Cependant, l’image étant composée de millions de pixels, si on pouvait imprimer un seul pixel, il serait invisible. Ils sont si petits que cela n’a guère de sens. Bref, je ne vois guère d’intérêt à zoomer à 100 % à l’écran pour vérifier chaque pixel. Ce que je veux, c’est évaluer mes images selon leur destination. S’il s’agit de tirages, je les imprimerai à la taille que je dois livrer. Si je dois les publier sur le web à une certaine taille, je les vérifierai de la même manière. Bref, évaluer le bruit en fonction de la destination des images me paraît la meilleure méthode. Et donc, j’ouvre mes images, je les imprime ou je les redimensionne à la bonne taille, puis je les inspecte une à une, à chaque sensibilité. Le bruit est plutôt subjectif. Ce qui est acceptable pour vous ne conviendra pas à quelqu’un d’autre. C’est à vous de décider si une image a trop de bruit ou pas. Observez le bruit de luminance, ce grain uniforme, puis le bruit de chrominance, qui s’apparente à des pixels colorés, et les points blancs caractéristiques du bruit de pose longue. Si, pour une sensibilité ISO donnée, vous estimez qu’il y a trop de bruit, vous saurez qu’il faudra éviter cette valeur à la prise de vue. Et donc, déterminez la sensibilité maximale à utiliser.

Les fondements de la photographie : Photo de nuit et en basse lumière

Mettez toutes les chances de votre côté pour réaliser de bonnes photos en basse lumière. Découvrez des astuces de prise de vue qui vous aideront à gérer ces conditions difficiles.

3h46 (53 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !