Photoshop CC 2017 pour les photographes

Enregistrer et exporter les images

Testez gratuitement nos 1300 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Voici venu le moment d'enregistrer votre travail. Choisissez le format en fonction de la destination des images. Créez également des fichiers privilégiant la légèreté ou permettant de revenir ultérieurement sur votre travail.
07:26

Transcription

Nous abordons ici la fin du travail dans Photoshop. C'est-à-dire le fait d'enregistrer les informations du travail qu'on a réalisé mais également de le mettre à destination du client par exemple. Un fichier Photoshop va souvent être constitué de nombreux calques. Dès lors qu'il a des calques, les formats dans lesquelles on peut enregistrer le fichier pour conserver ces calques sont limités. Si je déroule le menu pour enregistrer je vais avoir comme possibilité d'enregistrer bien sûr dans le format natif .psd pour Photoshop document. Ce format sera accessible dans tous les cas de figures, sauf, limitation lorsqu'on dépassera 30 mille pixels. Je sais, tout le monde n'y est pas mais, où cas où, il existe un deuxième format qui s'appelle PSB pour Photoshop Big. Celui-ci peut aller jusqu'à 300 mille pixels de large ou de haut bien entendu. Si je reste ici sur le format Photoshop l'avantage est que je conserve toujours toutes les informations de mes calques. Un dialogue peut arriver, je vous conseille de ne plus l'afficher, bien entendu, pour ne pas se pénaliser à chaque fois, en cliquant sur OK, alors que souvent les gens ne le lisent même pas. On va regarder ce qu'il y a comme proposition : soit je coche la case maximiser la comptabilité soit je la décoche. À quoi cela correspond-il ? Tout simplement à rendre le fichier Photoshop compatible avec d'autres applications. Par exemple des versions plus anciennes de Photoshop ou également les logiciels de mise en page. Si vous travaillez dans cette condition il faut laisser cette case cochée. Si vous travaillez en vase clos et que vos fichiers Photoshop ne pourront être ouverts que dans Photoshop, vous pouvez très bien supprimer cette case qui alourdit de façon conséquente le fichier. Si je la laisse cochée éventuellement donc je sais d'avance que mes fichiers seront plus lourds mais totalement compatible avec d'autres versions. On choisit cela et si on fait ce choix ou l'autre, pour ne plus être embêté, on coche la case pour ne plus avoir de messages. Deuxième format permettant d'enregistrer l'ensemble de travail que vous avez réalisé dans Photoshop avec ces différents calques, c'est le format TIFF. Quand vous demandez d'enregistrer vous pouvez demander tout en bas de retrouver ce fameux format. Je dis fameux format puisque effectivement il est capable de mémoriser tout ce que l'on sait faire dans Photoshop et ce, même au-delà des 30 mille pixels. C'est un format qui est en réalité permet d'intégrer toutes les fonctionnalités de Photoshop. Il présente par contre un avantage éventuel, de garder bien sûr les calques, mais également de pouvoir enregistrer avec des taux de compression. Si vous enregistrez le TiFF sans compression il sera plus lourd qu'un Photoshop parce que Photoshop utilise les compressions. Par contre, vous pouvez demander aussi d'enregistrer en LZW, compression sans perte, qui sera effectivement négligeable sur certaines photos et très conséquent sur des images sur lesquelles il y aura des grandes zones d'aplats. Il y a également la compression zip, là aussi on tombe sur des problèmes de comptabilité. Attention, il faut avoir un Photoshop récent pas trop ancien pour pouvoir lire des fichiers zip. Et si vous communiquez avec quelqu'un qui n'a qu'une version ancienne d'un logiciel de mise en page aussi ou d'un Photoshop, il ne pourra pas le lire. Mais si c'est pareil pour rester en vase clos ça peut-être un format intéressant puisqu'on altère absolument par l'image mais qu'on l'a compresse de façon intéressante. Le JPEG est également possible, mais je vous le déconseille. Il va compresser en JPEG chacune des couches, chacun des calques pour les stocker. C'est donc différent du format JPEG qui, lui, n'admet pas les calques. Ça permet donc de faire un montage pas trop lourd en termes de poids, là aussi problème de comptabilité, mais si vous restez en interne c'est tout à fait envisageable. Enfin, évidemment on se préoccupe toujours de ce format qu'est incontournable le format JPEG. Bien sûr vous pouvez enregistrer en JPEG, mais si vous enregistrez en JPEG prenez la précaution de sauvegarder de votre côté un fichier au format TIFF ou au format Photoshop pour conserver des possibilités d'édition. En effet lorsque vous allez choisir ici d'enregistrer au format JPEG la case de calque se décoche. Les calques ne sont pas enregistrables dans le JPEG, on va donc récupérer une image aplatie exclusivement. Parmi les formats utiles dans ce menu, utiles pour le photographe s'entend, il va y avoir donc les formats que je vous ai cités et on pourra rajouter éventuellement le format PNG. Le PNG sera intéressant pour un photographe qui veut préparer par exemple sa signature pour l'intégrer dans un logiciel comme Lightroom. Dans ce cas il va pouvoir prendre sa signature, lui intégrer un moyen d'être valable sur un fond blanc et sur un fond noir, par exemple, en intégrant une ombre portée. Et cette ombre portée va donc être construite ici et positionnée précisément comme vous le voulez. Si vous faites cette signature qui va devenir une signature universelle, n'hésitez pas alors à demander de rogner pour ne pas garder des pixels inutiles et d'enregistrer cet élément-là au format PNG qui vous permettra justement de garder la transparence de l'ombre et de toutes les informations autour. On a fait le tour des formats qui sont a priori ceux qui sont utilisés pour les photographes. On va parler quand même des formats d'exportation. Je reviens donc en arrière sur mon travail pour réafficher l'ensemble des calques. Dans le menu Fichier vous avez bien sûr le menu enregistrer mais vous avez également un menu d'exportation. Ceci va vous permettre de faire uns exportation rapide d'un calque par exemple dans un format au choix . Ici, j'ai intégré le JPEG, par défaut c'est le PNG. Venez dans les « Préférences d'exportation » choisissez le format que vous voulez PNG ça pèsera plus lourd parce qu'il va nous faire un fichier avec la transparence et si on le met en 8 bits à ce moment-là, catastrophe pour une photo, il n'a plus 16 millions de couleur mais 256 maximum. On va donc en rester ici, sur du PNG avec de la transparence pour les cas particuliers. Mais pour de la photo pure vous pouvez rester en JPEG bien entendu. On définira l'emplacement d'enregistrement et éventuellement les métadonnées qu'on y intégrera. Par défaut vous êtes sur 100, si vous voulez intégrer vos métadonnées sous forme de copyright dans vos documents, n'hésitez pas à le demander directement à ce niveau-là Maintenant faire un JPEG est simple il suffit de se positionner sur le calque qui vous intéresse, un clic droit sur le nom et vous pouvez exporter rapidement au format JPEG. Le fichier s'enregistrera en un JPEG défini plus pour le web c'est-à-dire que le JPEG que l'on aurait en enregistrement par exemple pourrait garder une résolution haute et pourrait aussi conserver un mode par exemple comme le CMGN. Ça ne sera pas le cas du JPEG destiné aux écrans. Donc le JPEG fait en exportation sera toujours un JPEG RVB. On peut également se servir du mode enregistrer pour le web qui est le mode d'enregistrement hérité de l'ancienne version. Il vous permet d'avoir une vision de votre fichier original et du fichier après conversion dans le format que vous avez choisi. Surtout pas le GIF limité à 256 couleurs, mais bel et bien le JPEG, 16 millions de couleurs, mais par contre en utilisant bien sûr un algorithme de compression réglable. N'hésitez pas à regarder en bas à gauche et éventuellement à choisir un modem pour voir combien de temps met une image à se réceptionner en fonction de la vitesse du modem et ce n'est parce que vous vous avez une liaison haute débit que tout le monde l'aura. Donc là vous pouvez constater qu'il faudra 50 secondes pour regarder cette image. Voilà donc les différents formats essentiellement utilisés par les photographes.

Photoshop CC 2017 pour les photographes

Découvrez les fonctionnalités spécifiques à la correction d'images avec Photoshop. Utilisez Camera Raw, configurez votre espace de travail, réalisez des sélections, etc.

8h05 (101 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Spécial abonnés
Date de parution :18 janv. 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !