Les fondements de la photographie : Photo de nuit et en basse lumière

Éclaircir les ombres

Testez gratuitement nos 1271 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
En travaillant en basse lumière, vous aurez à traiter des images très sombres. Voyez comment gérer vos calculs d'exposition pour que vos images soient suffisamment lumineuses.
avec
08:48

Transcription

En travaillant en basse lumière, vous aurez à traiter des images beaucoup trop sombres, c’est inévitable. Même si vous faites très attention, vous pouvez vous tromper dans vos calculs d’exposition, et vos images ne seront pas suffisamment lumineuses. Ici, par exemple, le temps de pose était de 1/30s. La sensibiltié était de 16, pardon, 1600 ISO. Et je ne voulais pas aller plus haut. L’ouverture maximale de l’objectif était f/4, et je n’avais pas de trépied. Je ne pouvais pas faire autrement que prendre une image trop sombre. J’aimerais vous présenter rapidement quelques outils de correction d’exposition. Il y en a pas mal, aussi bien dans Camera Raw que Photoshop. Chacun a un rôle particulier et vous serez amené à les combiner. On va donc passer en revue une partie des outils permettant d’agir sur la luminosité d’images comme celle-ci. Dans Camera Raw, la méthode la plus efficace pour éclaircir les zones sombres consiste à utiliser le curseur Noirs. Par défaut, le curseur Noirs est réglé à 0, et, dans l’histogramme, vous pouvez voir que les noirs sont légèrement écrêtés. Si je mets le curseur à 25, j’élimine l’écrêtage et je récupère des informations image dans les noirs. Si on compare avant et après, on voit qu’il y a une différence, même si c’est subtil. Ça se voit nettement mieux si on zoome pour agrandir l’image, voyez, avant correction des noirs, puis après. Certes, dans Camera Raw, l’outil principal pour régler la luminosité est le curseur Exposition, qui agit essentiellement sur les tons moyens, et il s’exprime en valeurs de diaphragme. Là, je viens d’éclaircir l’image d’environ 1 diaphragme. Bien sûr, dans l’autre sens, je vais assombrir l’image. Le curseur Exposition agit aussi sur les hautes lumières. Si je le tire vers la gauche, les halos et les reflets lumineux s’assombrissent. Mais le problème, c’est que ça assombrit toute l’image, presque au point de la rendre inexploitable. Et donc, pour l’instant, je règle le curseur un peu plus à droite, pour éclaircir l’image sans chercher à récupérer les hautes lumières. Et pour ces dernières, je vais utiliser le curseur Tons clairs. Là, on n’agit pas sur toute l’image, le curseur assombrit uniquement les hautes lumières. Regardez ici, je pense que les hautes lumières sont écrêtées. Ce que me confirme l’indicateur d’écrêtage de l’histogramme, et aussi le masque rouge dans l’image, là où on s’y attend : les lampadaires. Il y a aussi ce halo lumineux, très présent. Mais ça ce n’est pas réellement gênant dans ce genre d’image. Par contre, j’aimerais voir ce qui se passe si j’essaye d’assombrir les halos : voyez, ils s’estompent et je récupère des détails. Voilà, je crois que je vais laisser ça comme ça, et je vais éclaircir d’autres parties de l’image. En effet, j’ai assez de latitude de correction pour l’éclaircir sans exagération. Voilà, c’est pas mal. Le curseur Tons foncés agit comme une source d’éclairage additionnelle, et il permet de déboucher les ombres et les zones les plus denses de l’image. Si je déplace le curseur vers la droite, les zones sombres s’éclaircissent. Il y a d’ailleurs une distinction intéressante à faire entre Tons foncés et Noirs. Il n’y a pas de dérive du point noir, vous remarquerez que cette flaque noire ne s’éclaircit pas quand j’agis sur le curseur Tons foncés. Sauf peut-être sur les bords de la flaque mais, globalement, il distingue bien les zones sombres des noirs, il les éclaircit et permet d’en extraire les détails. C’est un outil vraiment très performant. Il y a aussi le curseur Blancs, qui agit sur le point blanc. Il permet de récupérer les tons clairs écrêtés, mais dans cet exemple, il est inutile de chercher à récupérer du détail dans une ampoule. Bon là je pousse un peu les réglages, au-delà de ce qui est acceptable à l’œil nu, parce que j’imprime, et les tirages ont toujours tendance à être plus sombres d’un demi ou d’un diaphragme, selon le papier que j’utilise. Mais là, je trouve que l’image manque malgré tout de densité, que je vais compenser avec le curseur Contraste, en faisant bien attention de ne pas exagérer, car il suffit d’une pichenette pour aller trop loin. Voilà, ça présente bien. Vous remarquerez que je ne me suis pas occupé de la balance des blancs, tout simplement parce qu’il faisait trop sombre, et parce que j’envisage de convertir cette image en noir et blanc. Et donc, dans ce cas, faut-il s’occuper de la balance des blancs ? Je pense que oui, pour avoir les résultats les plus précis possible, avec des couleurs plus justes avant de passer en noir et blanc. Mais, en basse lumière, c’est difficile d’avoir une balance des blancs correcte, car elle est tellement à la rue dans les rouges, que tout ce qui est rouge et orange dans l’image va subir de la postérisation. Il va y avoir une perte de détails. En corrigeant la balance des blancs comme il se doit, vous récupérerez pas mal de détails dans les rouges et les oranges, notamment les détails écrêtés, et ce sont peut-être ces détails qui seront essentiels lors de la conversion en noir et blanc. Voilà donc pour les outils de correction tonale de Camera Raw. Cette fois, on continue avec Photoshop, qui propose aussi un certain nombre d’outils. Et, d’ailleurs, j’y ferai la conversion en noir et blanc. Pour le moment, je suis étonné de la justesse de la balance des blancs et des couleurs obtenues. J’ai même récupéré du vert dans les arbres. Je ne me souviens même pas avoir remarqué ce vert en étant sur place. Bref, je continue avec la conversion en noir et blanc. Et voici mon noir et blanc de base, et maintenant, j’aimerais utiliser d’autres méthodes pour éclaircir. Je suis un accro du débouchage. Je vais d’abord dupliquer le calque d’arrière-plan, car la correction suivante sera destructive, et j’aimerais revenir en arrière si nécessaire. Et là, je vais dans Image > Réglages > Tons foncés/Tons clairs. La boîte de dialogue modifie instantanément l’image. Mais ne vous inquiétez pas, ça se produit à chaque fois. C’est parce que le réglage par défaut du curseur Tons foncés est exagéré. Je le ramène à 0. Ce curseur agit comme celui qu’on trouve dans Camera Raw. Il détecte les ombres dans l’image et il les éclaircit. Mais, l’avantage, c’est que je dispose d’un certain nombre d’options. Je décide de ce qui est une ombre et de son niveau de luminosité. Vous trouverez des infos sur tous ces outils dans l’aide de Photoshop. Pour l’instant, je désactive Afficher plus d’options, car ce qui m’intéresse, c’est le curseur Tons clairs. J’aimerais voir comment il va agir sur ces hautes lumières, sachant qu’il permet plus de contrôle sur les tons clairs et, d’ailleurs, vous pouvez voir qu’il a bien atténué ces halos de lumière. Mais j’aime bien les halos dans cette image, et je veux les garder tels quels. Voilà pour Tons foncés/Tons clairs. Bon, les autres outils sont des classiques, notamment Niveaux et Courbes. Je supprime ce calque car je ne vais pas l’éclaircir et, donc, je n’en ai plus besoin. Par contre je vais corriger les niveaux. Mon point blanc est réglé ici, au niveau de ce pic, et c’est pas mal car je veux être certain de ne rien surexposer. Il faut également vérifier l’histogramme, et déterminer les parties les plus importantes de l’image. Et oui, il y a de l’info ici. Je vois un mince alignement de pixels ici. Il s’agit des halos des lampadaires, et ils ne me posent aucun problème. Je continue et je déplace mon point blanc jusque-là, car je pars du principe que ces tons très lumineux sont des hautes lumières spéculaires, des halos et autres, et ce qui m’intéresse, c’est de corriger correctement les tons moyens. Bref, je pense que les informations les plus importantes commencent ici. J’ajuste un peu le point noir et également les tons moyens. On va comparer. Ça c’est avant et là, après. Vous constatez que j’ai atténué le voile des tons moyens et j’ai renforcé le contraste au centre de l’image. Mais les lampadaires sont surexposés. C’est facile à rattraper grâce à ce masque de fusion, ici. Je sélectionne du noir et un pinceau de très grand diamètre. Je vais corriger ça facilement. je peins en noir ici et là, ce qui permet de réduire la luminosité des lampadaires et d’en retrouver l’éclat de départ. La correction a également surexposé le reflet, ici, que je rattrape en peignant dans cette partie du masque, et voilà. Bref, les niveaux et les courbes seront vos principaux outils de correction tonale et de luminosité dans Photoshop. Et, avec Camera Raw, vous disposez là d’outils puissants pour corriger vos tons moyens, les noirs, les blancs, et de faire en sorte que tout soit cohérent. Si vous ne savez pas comment faire une correction particulière, pensez aux masques de fusion. Ils permettent d’éclaircir ou d’assombrir certaines portions de l’image avec beaucoup de finesse.

Les fondements de la photographie : Photo de nuit et en basse lumière

Mettez toutes les chances de votre côté pour réaliser de bonnes photos en basse lumière. Découvrez des astuces de prise de vue qui vous aideront à gérer ces conditions difficiles.

3h46 (53 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !