Apprendre de ses échecs

Différencier les bons et les mauvais échecs

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
L'échec est trop souvent stigmatisé et cela ne devrait pas être le cas. Ainsi, il y a différents types d'échecs et il y en a des bons et des mauvais.
04:05

Transcription

Il est vraiment dommage que l’échec soit systématiquement mal perçu. Il est trop souvent stigmatisé et ça ne devrait pas être le cas. De fait, il y a différents types d’échecs, il y en a des bons et des mauvais. Personnellement, je distingue trois types : les erreurs personnelles, les facteurs externes et les tentatives infructueuses. Commençons par les erreurs personnelles. Ces fautes sont liées à des lacunes, à une mauvaise concentration ou à une inadéquation entre les objectifs et les ressources. C’est à cause de cela que l’échec est mal perçu. Les entreprises peuvent éviter ce type d’échec en ajustant leurs processus de gestion des talents (recrutement, analyse des postes et programmes de formation et de développement) pour que les postes et les ressources soient adaptés. La catégorie suivante est celle des facteurs contextuels. Il s’agit d’éléments que vous ne pouvez pas contrôler. Tout projet implique une part d’incertitude ; tous les processus sont imparfaits et génèrent des pertes de temps, des coûts excessifs ou des problèmes de qualité. Vous ne pouvez pas tout prévoir. Il y aura toujours des démissions et des arrêts maladie, des retards de fournisseur ou des aléas économiques. Ces éléments ne sont clairement pas maîtrisables. Cependant, vous pouvez essayer de limiter les effets négatifs des échecs inattendus. Premièrement, pour une tâche importante, établissez un plan, puis un plan de secours ou d’urgence. Ce dernier est essentiel à tout projet. Deuxièmement, vous pouvez auditer de temps en temps votre équipe et votre entreprise pour veiller à ce que vos stratégies soient exécutées à l’aide des meilleures méthodologies et technologies, comme un logiciel spécifique ou des pratiques sectorielles lean. Qui sait ? Effectuez une analyse concurrentielle pour vous assurer que vous utilisez toujours les meilleurs outils et pratiques. Enfin, le troisième type d’échec est le plus intéressant. Il s’agit des tentatives infructueuses. Ces échecs contribuent au changement, à l’amélioration et à l’innovation. Je pense à deux cas particuliers. Les précurseurs qui tentent quelque chose qui n’a jamais été fait et qui pour prouver leurs hypothèses sortent des sentiers battus. C’est essentiel pour apprendre, mais ça peut être douloureux. Que vous développiez vos compétences, ajustiez un processus ou soumettiez une nouvelle idée de service, la nouveauté est synonyme de risques. Ensuite, il y a ceux qui repoussent leurs limites, par exemple, une équipe qui accepte une charge de travail inédite. Plus de clients ou de plus gros projets. Généralement, le type de travail ne change pas. Il s’agit plus d'une tentative pour augmenter les capacités. Ces tentatives infructueuses, qu'elles impliquent d’être novateur ou de repousser ses limites, sont essentielles pour apprendre et innover. Comme vous le savez, il peut être difficile de se lancer. De fait, le système est fait pour éviter les prises de risques inutiles. Prenons l’exemple des évaluations de performances classiques. Elles se concentrent sur les succès à court terme, et pénalisent les erreurs à court terme qui ouvrent de nouvelles possibilités à long terme. Comment gérer cette réalité ? Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse ici. Demandez-vous si vous évitez souvent les risques ou si au contraire, vous êtes prêt à prendre des risques et à échouer pour apprendre. Si vous choisissez la seconde option, veillez à vous aligner au fil du temps sur d’autres équipes, managers ou entreprises orientés apprentissage. Au final, il faut un peu de courage pour essayer, rater, apprendre et réussir. N'oubliez pas que l’union fait la force. Si vous travaillez avec d’autres personnes qui croient au processus, vous limitez les risques et accélérez l’apprentissage.

Apprendre de ses échecs

Repensez la façon dont vous gérez et envisagez l’échec. Tirez parti de vos erreurs pour les transformer en atouts, et servez-vous-en pour progresser constamment.

27 min (9 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
Spécial abonnés
Date de parution :9 nov. 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !