L'essentiel de Photoshop CC 2015

Définir un objet dynamique

Testez gratuitement nos 1271 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Un objet pixel ou vectoriel vous permet toute manipulation, sans jamais dégrader l'original inclus dans le calque. Celui-ci peut être édité par double-clic, modifié et repositionné dans le montage.
07:33

Transcription

Un objet dynamique est un élément incorporé dans un calque. Lorsqu'on ouvre une image provenant d'un appareil photo numérique, on retrouve un arrière-plan, dans le panneau Calques. Cet arrière-plan est constitué tout simplement de la mosaïque de pixels qui représente l'image. Si je demande, maintenant, avec un clic droit, de convertir ce fichier en un objet dynamique, l'image d'arrière-plan va se retrouver incorporée dans un calque. Je peux, sur ce document, dupliquer l'élément, en faisant clic droit et en demandant de le dupliquer, clic droit sur le nom, et je vais obtenir un deuxième objet dynamique. Il est toujours possible de faire en sorte qu'un objet dynamique redevienne un objet pixel. Pour cela, avec un clic droit sur le nom, également, vous pouvez toujours demander de pixeliser le calque. Ces deux éléments sont du même ordre. Si je prends l'outil de déplacement et que je déplace cette image jusqu'à l'amener sur la gauche, jusqu'à ce qu'un repère me montre qu'on est arrivé exactement au bout de l'image, dont je vais me déplacer. Je vais demander maintenant, dans le menu Image, de faire tout apparaître. J'ai donc bien deux images, l'une à côté de l'autre. L'une est une image complète, l'autre est un objet dynamique. A ce stade, il est impossible de voir la différence. Si je sélectionne les deux calques, en appuyant sur Maj pour sélectionner les deux et que je demande, dans le menu Édition de transformer cette image manuellement, je vais donc récupérer, ici, les poignées extérieures, pour cliquer et glisser et réduire les éléments. Attention de mettre la Maj, pour s'assurer de ne pas déformer les originaux. Et si vous mettez la touche Alt, vous le faites à partir du centre. Je réduis donc cette élément jusqu'à une dimension plus petite, je peux même lui demander directement après avoir pris le soin de cocher ce maillon pour s'assurer que largeur et hauteur jouent simultanément, donc pour ne pas déformer. Et je peux demander de jouer, soit en cliquer glisser, ici sur la valeur, soit en saisissant dans le champs, la valeur qui m'intéresse. Par exemple, 5%. Si je valide cette opération, j'ai bien transformé mon image en la réduisant à 5% de sa taille initiale. Dans un cas, ce sont des pixels qui représentent un image, qui correspond à ce qui est nécessaire pour l'affichage, à la taille à laquelle je suis. J'ai zoomé ici, de façon importante et je vois donc, bien sûr, les pixels. Mais en faisant deux clics sur la loupe, je me mets à la taille réelle et les deux images sont de tout à fait bonne qualité. La différent qu'il y a entre les deux, c'est qu'ici, je ne conserve que les pixels que j'ai créé maintenant, à partir du calcul, pour supprimer tout ce qui était en trop, alors que dans le deuxième cas, sur ce calque, situé à droite, eh bien, l'intégralité de l'image d'origine, est stockée dans le calque. Ce qui fait que si vous revenez sur vos idées, vous pouvez toujours reprendre et retravailler une image. Si je lui demande de la rééditer, en transformation manuelle, et que je vais la remettre beaucoup plus grande, ici, voire même, pourquoi pas, exactement à 2000%, pour revenir à la valeur d'origine, eh bien, avec le lien coché, si je valide cette opération, on peut voir qu'effectivement les pixels d'ici, sont complètement calculés, là où ils ont été, au contraire, détruits. Si je clique dessus, évidemment, on va améliorer l'image, en calculant ce qu'on peut en faire de mieux. Mais comme vous pouvez le constater à taille réelle des pixels, d'un côté j'ai une image qui est tout à fait exceptionnelle au niveau de la qualité et de l'autre, qui n'est plus du tout comparable, bien entendu. L'objet dynamique nous permet, donc, de traiter nos images, de les manipuler, sans perte de qualité par rapport à l'original. Il est possible de créer un objet dynamique, comme on l'a fait tout à l'heure, clic droit sur le nom de l'image, et vous demandez de le convertir en objet dynamique. Vous pouvez également créer un objet dynamique contenant plusieurs calques. C'est ce que nous allons voir, dans cet exemple. Ici, j'ai différents types d'objets dynamiques. On va trouver l'objet dynamique qui représente l'image du milieu. Un montage fait avec deux images. Si je fais un double clic sur cette icône, automatiquement le contenu de ce calque s'ouvre dans une nouvelle fenêtre. Et, j'y retrouve bien un calque avec un masque de fusion positionné devant un autre. Ces éléments, si je les modifie, en créant par exemple, autre chose, je vais demander de créer un petit cercle rouge, ici, sur le bout du nez, eh bien, cet élément que je vais créer va être ajouté au calque de l'objet dynamique. Si je referme cet objet dynamique, en l'enregistrant, il se reporte immédiatement dans le document sur lequel je veux travailler. Les objets dynamiques peuvent être faits de différentes façons. Ils peuvent être faits, comme pour ce lion, par une importation faite d'un fichier externe. Ce fichier a donc créé un objet dynamique, et si je fais un double clic dessus, je m'aperçois que j'ai bien un arrière-plan. Dans ce cas, si je viens créer quelque chose avec un nouveau calque, lorsque je vais refermer l'objet dynamique, il va me proposer de l'enregistrer, mais de l'enregistrer ailleurs, parce que je ne peux pas l'enregistrer sur un fichier qui n'avait pas de calques. Il faudra donc, dans ce cas, que je m'assure avant de quitter cet élément, qu'il n'y ait plus de calques dans le fichier. Auquel cas, je pourrai sans problèmes le refermer et l'enregistrer au format JPEG. Si votre fichier a été transformé en objet dynamique après coup, en faisant un clic droit sur l'objet, qui était par exemple un fichier d'origine pixel, à ce moment-là, il va quand même laisser la possibilité de le rééditer et d'ajouter des calques, puisque le format intermédiaire de l'objet dynamique devient, tout simplement, un .psb. Ce qu'on va voir, non pas avec celui que je viens de faire, mais avec celui qui était là précédemment, le montage. Double clic, le fichier s'appelle bien, ici .jpg, qui était le nom d'origine de l'image, mais .psb, pour Photoshop Big document, et donc qui permet effectivement, de potentiellement conserver des calques. Autre objet dynamique, celui situé à gauche. Celui-ci a été fait avec un import à partir d'un fichier d'un appareil photo numérique, au format RAW. Si je fais un double clic dessus, je retourne directement dans l'éditeur Caméra RAW, réalisé pour le développement des fichiers RAW. Je peux y retravailler ce que je veux. Par exemple, le recadrage, le redressement de l'image, si je choisis de la redresser autrement, si j'insiste, par exemple, pour que cette zone soit la zone considérée comme horizontale, le cadrage change. Si je demande également de changer la température de couleur en demandant de modifier cette image, dans un sens ou dans l'autre, ou encore, si je joue sur l'exposition, ce que je vais faire, ici, va automatiquement affecter l'image originale, mais sans destruction, puisque que je pars du fichier RAW. Lorsque je valide, ici, je vois que l'image se recalcule, et se repositionne simultanément dans mon fichier d'origine. Les différents éléments dynamiques sont représentés, tous, par une page avec un petit élément écorné. on retrouvera ici un objet dynamique vectoriel, celui-ci a un rôle particulier, il est réalisé dans Illustrator. Si je fais un double clic dessus, je le rouvre dans le logiciel Illustrator. On y retrouve, bien entendu, les éléments graphiques, modifiables à volonté. Ainsi, si je voulais changer le texte, ou éventuellement, modifier quoique ce soit dedans, par exemple, ici, je vais demander de vectoriser le texte et de supprimer le rond du i, que je peux visualiser ici, et le transformer par l'Afrique, à la place, et si je veux changer quoique ce soit dans les éléments, par exemple, rallonger la zone du a, ce qui n'est pas des plus élégant. Eh bien, quand je vais demander d'enregistrer ce fichier, après l'avoir refermé, ce fichier était en fait conservé à l'intérieur du calque, ce qui fait qu'il a été re-modifié, dans mon original. Voilà ce que sont les objets dynamiques, et en quoi ils peuvent nous rendre le service de pouvoir être modifiés à volonté, sans perte de qualité.

L'essentiel de Photoshop CC 2015

Abordez les principes de l’image numérique pour comprendre son usage dans Photoshop. Parcourez ensuite l’interface, les panneaux, les outils, les calques, les masques, etc.

7h18 (93 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !