Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

Les fondements de l'informatique décisionnelle

Définir les utilisateurs

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Voyez que l'informatique décisionnelle doit être au service des utilisateurs. Ainsi, il existe deux types d'utilisateurs tels que les utilisateurs lambda et les utilisateurs avancés.
04:33

Transcription

Je vous l'ai dit, le système décisionnel simplifie les données pour les montrer aux utilisateurs : les décideurs de l'entreprise. Les termes techniques, le jargon, les abréviations utilisées par les informaticiens dans un système opérationnel sont à bannir dans le système décisionnel. Il est important de montrer un modèle sémantique compréhensible pour les décideurs, le plus proche possible des besoins fonctionnels de l'entreprise et le plus éloigné possible de la technique. Il faut que les utilisateurs s'approprient l'outil qui doit être plus que jamais à leur service. Les données sont soit manipulables interactivement par les utilisateurs, c'est le modèle du cube, soit pré-mâchées et préformatées pour une vision rapide, c'est le modèle du tableau de bord. Les termes utilisés couramment dans le monde de l'informatique décisionnelle affichent clairement cette volonté. Microsoft parle notamment de self service BI pour indiquer que les outils vont être manipulables très souplement par les utilisateurs. On distingue deux types d'utilisateurs, d'ailleurs. Alors les utilisateurs lambda et les utilisateurs avancés, ou power users. Les utilisateurs avancés ont une bonne connaissance fonctionnelle et une aisance technique qui leur permet de manipuler des visions multidimensionnelles à travers un outil comme Excel, par exemple, sous forme de tableau croisé dynamique. Ils peuvent naviguer à travers les données car ils comprennent comment fonctionnent les interfaces relativement claires de ces outils. Ces utilisateurs avancés ont besoin d'être autonomes et de pouvoir extraire par eux-mêmes les informations utiles à la prise de décision. Pour les utilisateurs lambda, qui ont plutôt besoin de consulter régulièrement les mêmes chiffres, on génère des rapports pour leur offrir une vision statique des données qu'il leur suffira de consulter et d'imprimer selon leurs besoins. Le choix des outils pour les utilisateurs est essentiel pour que le système décisionnel soit bien accepté dans l'entreprise, pour qu'il soit réellement utile aux utilisateurs et pour que ce soit un succès. Contrairement au système opérationnel où les interfaces varient grandement selon la nature des données et des services impactés, en général dans le système de l'informatique décisionnelle ces outils sont déjà existants et vous n'avez qu'à les mettre en place et les déployer. Ce sont des outils standard. Par exemple dans le monde Microsoft : Excel ou Power BI pour l'interrogation des données et SQL Server Reporting Services pour la création de rapports. Dans le monde IBM, IBM Cognos, cela peut être Cognos Insight pour l'analyse et IBM Cognos Business Intelligence Query and Reporting pour la création de rapports. Dans le monde libre, vous trouvez aussi la suite Pentaho. D'autres outils dédiés existent bien entendu, et le plus connu en matière de rapports est Business Objects. Le travail du concepteur et de l'informaticien est donc de préparer les données et de bâtir un système qui offre une vision claire et riche des informations analytiques pour permettre aux utilisateurs, notamment aux utilisateurs avancés de s'en emparer en toute liberté et en toute autonomie. Dans les 12 règles d'Edgar Codd pour un système OLAP, quatre règles insistent sur cet aspect. La règle n°2, règle de transparence, qui indique que les données provenant d'un système OLAP doivent être disponibles pour l'utilisateur dans l'environnement de travail qu'il connaît déjà et de façon transparente. L'utilisateur ne doit pas être exposé à la source des données mais ces données doivent être à sa disposition dans son outil de choix. C'est exactement le sens des tableaux croisés dynamiques dans Excel. La règle n°3, règle d'accessibilité, indique que le système doit être capable d'accéder à toutes les sources sous-jacentes et doit s'occuper de toutes les conversions nécessaires afin de proposer une vue de données cohérente à l'utilisateur. L'utilisateur ne doit bien entendu pas avoir à s'occuper des sources physiques de ces données. Les règles 10 et 11 insistent sur la facilité d'utilisation des données. La manipulation des dimensions doit être intuitive et facile à réaliser. Le reporting doit être flexible et montrer à l'utilisateur les données en respectant autant que possible ses souhaits. Bien entendu, cela implique plus de complexité au niveau des programmes décisionnels, mais heureusement cela ne nous concerne pas car c'est le travail des éditeurs de logiciels. Nous allons voir un peu plus en détails comment ces données doivent être préparées et quels sont les outils utilisés à cet effet.

Les fondements de l'informatique décisionnelle

Abordez les principes fondamentaux de l’informatique décisionnelle. Explorez la gestion des données et leur traitement, les méthodologies et les technologies utilisées, etc.

1h05 (16 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Spécial abonnés
Date de parution :29 sept. 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !