Les fondements de l'architecture : Le croquis de conception

Définir les ombres

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Abordez le principe des ombres en dessin et comprenez-en le fonctionnement. Définissez les différentes formes d'ombres existantes.
09:32

Transcription

On va regarder un sujet qui est classique en architecture, c'est celui du tracé des ombres, même si en fait, en perspective et surtout en perspective intérieure, on s'en sert pas énormément, parce que c'est parfois un peu trop compliqué, mais c'est bon de connaître quand même le principe. Donc, là, vous avez un dessin qui vous résume la totalité des choses à comprendre. C'est une boîte avec une ombre. Alors, vous voyez qu'on a une lumière qui est supposée venir, grosso modo, de la gauche que j'ai figuré ici. On reviendra sur ce petit triangle ici qui permet de repérer, d'une manière précise, la direction de la lumière. Vous voyez ici ce que l'on appelle l'ombre propre, c'est-à-dire la partie de l'objet qui n'est pas éclairée directement. Et ici, sur le sol, l'ombre portée. Donc déjà... Et si on veut faire les ombres, j'ai fait figuré ceci c'est éclairé mais c'est... Vous voyez l'éclairage maximal, il est ici donc j'ai figuré quand même une teinte ici mais qui n'est pas censée être de l'ombre. Ça c'est dans l'ombre. Et il y a deux niveaux à comprendre dans les ombres, disons. C'est la géométrie de l'ombre, savoir exactement son tracé, son contour. Et puis après ça, le rendu des valeurs qui est une chose plus délicate et qui est d'ailleurs plutôt plus présente où la lumière est assez diffuse. On a plus des nuances de valeur que des ombres à proprement parler. Donc, on a l'ombre propre, l'ombre portée et il y a une petite chose à connaître, c'est que le contour, vous voyez, de l'ombre portée, correspond, en fait, à la limite entre la partie éclairée et la partie à l'ombre. C'est ce qu'on appelle la séparatrice, c'est-à-dire, vous voyez, si on monte comme ça, comme ça, comme ça et qu'on redescend derrière, et bien, ces quatre lignes projettent sur le sol et nous donne le contour de l'ombre propre. Donc, on va regarder ça un petit peu plus en détail avec une construction qu'on va refaire. Alors, la première chose avant de faire un volume, c'est de prendre la question de la direction de la lumière. parce que si on fait, voyez, un trait comme ça en disant : voilà la direction du rayon lumineux. Je prend une valeur un peu plus forte. En fait, on n'a rien déterminé parce qu'on ne sait pas à quel endroit l'ombre touche le sol En fait, quand on dessine ça, on ne détermine pas l'orientation de ce petit vecteur, comme ça, qui représente la lumière. Pour le déterminer vraiment, il faut imaginer une hauteur. Alors, imaginez ici, un petit poteau, par exemple et dire : la lumière... Ça, c'est la pointe de la lumière sur le sol. Donc, on a dans ce cas-là, une ombre comme ça. Mais on aurait très bien pu, sur la même direction, avoir un rayon qui s'arrête là-bas et l'ombre, à ce moment-là, était comme ça. Donc, il faut pour pouvoir préciser un éclairage, définir une hauteur, une inclinaison comme ça, une inclinaison comme ça, autrement dit, un petit triangle. qui va être le déterminant, si on veut de l'éclairage et à partir duquel on peut construire d'une manière précise. Donc, si je fais de nouveau le volume qu'on avait tout à l'heure, je vais montrer comment on construit ses ombres. Imaginons que le volume soit comme ceci. Alors, on a intérêt en général à ne pas faire des ombres trop longues parce que ça déforme un peu le dessin. Et donc, si c'est ceci qui nous sert de base, et bien, on prend cette hauteur et là, on trace, vous voyez, un vecteur, une ligne parallèle à ça, et puis, là, une ligne parallèle à ça, alors, je vais éviter parce qu'elles se trouvent exactement parallèle à l'objet, donc, on va faire une direction un peu différente, vous voyez. Et mettons qu'ici, c'est l'endroit où le rayon du milieu touche le sol. Donc, on fait ça pour une verticale ici. Alors, après ça va être un jeu de parallèle, d'ailleurs la tracé des ombres, c'est très proche des perspectives. Si notre perspective est parallèle, ça va faire des parallèles. Donc, voyez, on a la même figure ici que ici. On va avoir le contour comme ça et puis derrière, alors il faut imaginer à l'avance quelle va être la séparatrice. Ça, c'est simplement une question de bon sens. Si la lumière vient comme ça, on peut dire : ça, c'est éclairé, ça, c'est à l'ombre, ça, c'est éclairé, ça, c'est éclairé. Le côté qui est là-bas, derrière va être à l'ombre. Donc, la séparatrice, elle fait ça, elle monte, elle vient ici et puis elle redescend comme ça. Donc, à chaque verticale, on aura une petite ombre. Ça, ça fait ça et le tracé de l'ombre, c'est ça puisque c'est l'ombre de cette ligne là-bas. L'ombre de celle-ci, ici. mais qui va être englobée dans le contour . Ça : première ligne, c'est l'ombre de ça. Ensuite, cette ligne ici, c'est l'ombre de cette partie-ci et puis, après, ça fait le tour comme ça. Donc ça, ce sont les ombres de deux lignes horizontales et ça, ce sont les ombres de deux lignes verticales. Alors, il y a, bien sûr, des zones plus compliquées : sur des escaliers. Alors, on verra sur le cylindre, c'est un peu différent. Sur le cylindre, un cylindre vertical devant nous, qui est comme ceci, sur le principe, c'est assez facile à déterminer. Alors, en fait, on peut imaginer la direction de la lumière qui passerait par le centre. Et là-bas, reportez exactement une ellipse qui est la même que celle-ci. Si on est en perspective parallèle, donc on va avoir ça. Et après, on aura plus que les contours. Donc, l'ombre va être comme ceci sur le sol. Ça, c'est l'ombre portée donc. Et sur le cylindre, on aura une limite ici. Ça va pas être une limite nette comme on a ici. Ça va être une limite en dégradé. Donc, si j'exprime un peu l'éclairage de ça, on va rentrer aussi dans la convention, disons, d'expression des valeurs. Mais pour l'instant, je fais simplement, de manière un peu sèche, les parties à l'ombre ou les parties en lumière. Donc, ça, on va dire que c'est dans l'ombre propre. Donc, comme c'est un peu lumineux comme couleur, je vais mettre un petit peu de gris pour qu'on comprenne clairement que c'est une ombre. Et l'ombre portée, assez classique, on la fait plus forte. Donc, si j'emploie un marqueur, c'est pas très évident. Après, il y a pas mal de petites nuances dans le rendu. Ça, je vais l'expliquer ensuite. Voilà, ça, c'est la géométrie de base du système de l'ombre, vous voyez. Alors, si c'est le cylindre, disons que le cylindre, il est comme ça, peut-être que là, c'est son maximum d'éclairage. Là, on commence à rentrer dans la zone d'ombre que je vais manifester. Alors, vous voyez, c'est un dégradé en fait ici. Donc c'est un passage progressif de la lumière à l'ombre avec un point maximum d'obscurité qui apparaît comme ça. Bon, ça, c'est tout un art, disons, pour faire tourner l'illusion du mouvement de rotation. Et puis, on a l'ombre portée qui est comme ça, qui vient ici exactement à l'aplomb de cette limite théorique, disons. Et vous voyez, là-bas, on a une partie qui peut être plus lumineuse parce qu'on estime qu'elle reçoit la lumière réfléchie du sol alors que là, on a l'effet du contraste qui joue. Donc, là, vous voyez, l'effet sur un cylindre, et là, l'effet sur un parallélépipède. Alors si on veut observer plus tôt la question des nuances, disons, ce que l'on fait en général, c'est une ombre portée nettement plus forte, voire franchement sombre, vous voyez, parce que ça fait ressortir la valeur des choses et puis, ça correspond quand même à une certaine perception avec l'endroit le plus noir avec le point le plus fin ici pour créer un effet de contraste. Ça, ça va être dans l'ombre moyenne, disons. En général, si on veut bien avoir, on s'aperçoit que rien n'est vraiment plat. Donc, il y a toujours des dégradés. Ici, il va y avoir un petit contraste. Ici, il va y voir un petit contraste avec la partie supérieure qui va être la partie la plus éclairée. Et là, on met un peu de teinte simplement pour différencier de ça parce que la verticale, ça dépend si le rayon est à peu près comme ça, c'est à peu près égal. Mais, en général, la lumière descend plus verticalement. Donc, on estime que les surfaces horizontales sont un peu plus éclairées. Et on peut, pour faire un peu plus ressortir ça, vous voyez, avoir un léger fond qui a le mérite de faire sortir, bien sûr, la lumière pour l'arrière. Voilà, ça c'est ce qu'il faut retenir comme base pour la construction des ombres.

Les fondements de l'architecture : Le croquis de conception

Maîtrisez le dessin de croquis en architecture. Assimilez et mettez en œuvre des techniques efficaces de construction de perspectives diverses et d'expression graphique.

4h48 (46 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !