L'essentiel de Photoshop CC 2015

Définir la taille d'une image et rééchantillonner

Testez gratuitement nos 1300 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Voyez l'incidence sur la qualité lorsque vous choisissez d'agrandir une image artificiellement, au-delà de sa résolution initiale. Découvrez dans quelle mesure vous pouvez agrandir ou réduire une image.
07:05

Transcription

Dans cette séquence, je vais essayer de vous démontrer l'intérêt de travailler avec une certaine mesure dans la taille de l'image. On va voir, par exemple, ici qu'on peut réadapter une image en agrandissant ou en la réduisant. Mais cela entraîne toujours un calcul conséquent et la qualité peut évidemment en subir les conséquences selon ce que vous demandez. Je suis ici sur une image originale représentée à trente pour cent de sa taille. Elle pèse dix-sept mégas. La même image représentée à cinquante pour cent ici montre les 4,29 mégas qui correspondent en fait au quart de l'image, puisque cette image a été réduite à cinquante pour cent, cinquante pour cent dans les deux sens, donc, le quart du poids. Et celle-ci a été réduite encore plus fortement, à vingt-cinq pour cent. On obtient donc une image qui est affichée actuellement à cent vingt pour cent et qui correspond à un méga, soit un quart de la deuxième image, qui elle-même était un quart de l'autre. On va donc avoir ici une différence évidemment notable sur la qualité des images. Il me suffit pour ça de me positionner sur l'original et de demander de me mettre à taille réelle des pixels, ce que je fais en faisant le double clic sur la loupe. Je peux également, avec la barre d'espace, me déplacer pour aller chercher un point de détail, par exemple texte, ou encore l'arbuste. Je vais demander dans le menu Fenêtre de réorganiser mes images en trois vignettes, sous cette forme, c'est-à-dire que je garde ma vignette à cent pour cent et j'ai à côté mes autres vignettes. Je vais demander de changer évidemment le zoom ici en me positionnant à quatre cents pour cent sur celle-là et à deux cents pour cent sur celle-ci, pour visualiser l'image de la même façon que ce que je vois à cent pour cent ici. Je reviens sur cette image en cliquant dessus et je demande maintenant dans le menu Fenêtre de réorganiser en demandant à toutes ces images de prendre la même position que celle que j'ai dans la première fenêtre. On peut donc voir ici la différence de qualité entre les différentes images. Bien sûr, celle-ci pèse quatre fois quatre seize fois moins lourde que celle-ci, et il est évident qu'elle est aussi au moins seize fois moins bonne. Mais tout va dépendre, bien entendu, de ce qu'on a comme besoin pour l'image. Si j'ai besoin d'une petite image, celle-ci est tout à fait correcte, quand je l'affiche à cent pour cent, il n'y a aucun problème. Là, j'ai beaucoup exagéré, puisque je l'ai affichée pour celle-ci à quatre cents, pour celle-ci à deux cents pour cent, là où celle-ci est affichée à son taux nominal de cent pour cent. Alors, on va voir ce que pourra donner le changement de cette image en l'agrandissant. Je sélectionne donc cette image qui est à cinquante pour cent ici, et je vais demander dans le menu Image, Taille de l'image, de faire en sorte d'améliorer cette photo. Notez que le menu Taille de l'image vous montre une visualisation que vous pouvez agrandir en venant tout simplement glisser sur les bords de la fenêtre. Je vais me positionner ici en cliquant sur ce bouton à la taille de deux cents pour cent qui correspond à ce que j'ai là. Mais, en réalité, je voudrais rééchantillonner mon image, la calculer plus grand. Je vais donc la réduire ici et lui demander de la passer à deux cents pour cent. Et pour cela, plusieurs méthodes de rééchantillonnage. La plus simple, c'est Au plus proche. Au plus proche, ça veut dire que si je demande de mettre cette image à deux cents pour cent, d’atteindre donc les dix-sept mégas du poids d'origine, eh bien, je me persuade d'une chose, c'est que le texte me rend le même aspect exactement que celui-là. En effet, quand je demande au plus proche, il redécoupe les pixels en quatre, et au lieu d'avoir un pixel, j'en ai quatre identiques. Donc, on va demander ou plutôt de calculer autrement. Bilinéaire va nous permettre d'améliorer les choses. Le logiciel analyse de par et d'autre et [inaudible] bien effectivement en fonction des pixels du-dessus, du dessous, de gauche, de droite pour obtenir un meilleur résultat. Mais comme vous pouvez le constater, l'image est molle. Deuxième possibilité, le Bicubique (dégradées lisses) va s'adapter en lissant un peu doucement de là. La qualité sera déjà meilleure, sans pour autant, bien entendu, prétendre la qualité de l'original. Et si on monte au-delà, on peut demander du Bicubique Plus lisse pour l'agrandissement, et à ce moment-là l'image va être encore légèrement ramollie pour éviter les effets de pixel. Et puis on peut lui demander au bout du compte de conserver des détails liés à l'agrandissement, mais en essayant en plus de renforcer des détails, de redessiner des choses. Vous pouvez voir qu'effectivement cet élément a été renforcé en plus d'avoir été agrandi pour éviter de perdre trop en qualité. Notez au passage qu'il existe un mode automatique. Ce mode, entre guillemets intelligent, va voir ce que vous demander à l'image. Si vous demandez de l'augmenter, il va a priori se positionner sur le mode de conservation des détails qui permettent, quand on agrandit l'image de garder des traits bien nets jusqu'au bout. Si en revanche vous demandiez de réduire l'image, il serait malin, [inaudible] se positionner tout de suite sur le mode le plus adapté qui est celui qui est Bicubique plus net. En effet, lorsqu'on rééchantillonne une image vers le bas, on a tendance à ramollir, et dans ce cas, le petit plus net qui est émis, ne va que faire du bien à l'image. Je vais maintenant essayer de retravailler cette image à partir de celle-ci et de lui demander avec la taille de l'image, de regarder à nouveau comment je vais pouvoir améliorer cette image. Je vais donc demander de la positionner en Bicubique dégradés lisses et en lui demandant de se mettre à quatre cents pour cent de la valeur pour revenir sur l'image de dix-sept mégas. On peut constater ici les'étendues des dégâts sur la qualité du texte. Si je demande de passer sur le mode automatique qui va se mettre sur Conserver les détails, on va retrouver cette logique, où effectivement un renforcement tente de redonner de la netteté à l'image. Il faut savoir qu'agrandir une image quatre fois ne permettra jamais d'obtenir une image de bonne qualité. On est donc bien contraint à faire attention à bien garder une image dans la résolution dans laquelle on a besoin de travailler Toutefois, derrière, il faut savoir ce qu'on va faire de l'image. Si on va en faire une très grande projection, il faut savoir que l'image n'est jamais regardée de très près et qu'à ce moment-là on acceptera plus facilement quelques défauts. Par contre, si on veut réduire une image, ce que j'ai fait avec celle-ci, je vais donc demander de remettre mon image à cent pour cent et ici également, à cent pour cent. Et puis je vais demander de travailler sur la taille de l'image de celle-ci pour essayer d'égaler celle-ci. Taille de l'image, donc, et je vais lui dire que je veux réduire mon image en l'occurrence à vingt-cinq pour cent. J'obtiens donc un résultat qui peut être légèrement différent de celui-ci. Auparavant, ici je vais demander de me mettre deux cents pour cent, pour bien voir le résultat, voire même trois cents pour cent, et je vais venir sur celle-ci, donc, dans la taille de l'image, en lui demandant de se repositionner donc pour une image à vingt-cinq pour cent de la taille. Par contre, je vais lui demander de l'afficher comme sur l'autre, à trois cents pour cent. Je vois ici que le résultat va dépendre évidemment complètement de rééchantillonnage. Si je demande de mettre au plus proche, j'ai quelque chose de très moche. Si je lui demande de mettre du Bicubique, on va avoir cet aspect, du plus lisse on va lisser encore, et si on lui demande effectivement de conserver des détails, on va avoir le redessin qui nous apporte la petite différence mais la petite touche de piquets qui donne l'illusion que cette image n'est pas molle. On va donc avoir effectivement la possibilité de faire confiance au logiciel pour faire le meilleur de lui-même sur le mode automatique. Mais le meilleur de lui-même permettra, quant on réduit les images, d'obtenir un résultat globalement satisfaisant, mais dans tous les cas de figure quand on va monter, et alors qu'on va dépasser une certaine valeur, déjà à la portée de deux cents pour cent, il est évident qu'on n'aura jamais une qualité suffisante. Il faut donc toujours essayer de faire des images en fonction de l'usage qu'on va en faire en terme du nombre des pixels.

L'essentiel de Photoshop CC 2015

Abordez les principes de l’image numérique pour comprendre son usage dans Photoshop. Parcourez ensuite l’interface, les panneaux, les outils, les calques, les masques, etc.

7h18 (93 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !