Nous mettrons à jour notre Politique de confidentialité prochainement. En voici un aperçu.

Affinity Photo : La retouche d'images

Découvrir les scopes

Testez gratuitement nos 1334 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Affinity Photo vous propose plusieurs aides pour la correction colorimétrique. En plus du traditionnel histogramme, découvrez un panneau étendu qui montre plusieurs scopes.
09:32

Transcription

Pour la correction colorimétrique, on a des tas d'outils pour nous permettre de diagnostiquer les éventuels problèmes de couleur ou de densité des images et si vous les corriger, de voir si vos corrections correspondent aux données physiques de votre image. Pourquoi utilisez cela ? Parce que vous n'avez pas forcément un écran calibré voire bien calibré. Les écrans ne donnent pas forcément les bonnes couleurs. Si vous vous fiez à l'écran et qu'ensuite vous voulez imprimer l'image chez un imprimeur ou un organisme qui fait des tirages photos, vous pouvez avoir d'énormes surprises. De même si vous imprimez vos images avec une imprimante avec une bonne qualité, une qualité art graphique. Normalement, votre écran doit être calibré avec une sonde. À partir de ce moment-là, la luminosité et l'équilibrage des couleurs sont suffisamment fiables pour que vous puissiez simplement regarder l'image et appliquer des corrections. Si ce n'est pas le cas, vous allez avoir des aides comme ce type d'aide, qui est un histogramme qui va vous permettre de voir les couches rouge-vert-bleu de votre image et leur répartition d'un bord à l'autre, c'est-à-dire du noir au blanc. Ici, j'ai une image et un petit indicateur qui me dit que l'image a été calculée de manière rudimentaire. Vous pouvez cliquer ici pour qu'il la calcule le mieux possible. On voit bien que tout est bien étagé et à la limite, on peut voir une indication qui me dit que cela remonte un peu sur les bords de chaque côté. Ce n'est pas forcément une bonne chose : mes noirs et mes blancs sont un peu trop forts. Je ne sais pas si la capture vidéo vous le montrera mais on peut voir que les blancs sont très très blancs et certains noirs sont très très noirs, comme ici. Peut-être un peu trop, justement. Il n'y pas que l'histogramme pour nous aider mais aussi les scopes. Cela a été traduit par «étendus» mais tout le monde parle de scopes, alors on va continuer de parler de scopes. Le principe du scope, c'est la même chose. Vous allez avoir une échelle de 0 à 100 % et les données de votre image vont apparaître sous forme de vagues. Vous pouvez l'avoir en matière de densité ou en matière rouge-vert-bleu où vous allez avoir les trois vagues : rouge, vert et bleu. C'est très fouillis, on a l'impression qu'il n'y a rien à comprendre. Si on regarde de plus près, on comprend que comme pour l'histogramme où j'avais des informations qui ne me plaisaient pas sur les côtés, on retrouve qu'à 0 %, on a des données calées sur le 0. On a l'impression qu'elle sont tombées au fond. Elles sont vraiment calées. Pareil en haut : on a des informations sur le 100 %, ce n'est pas une bonne idée. Pour que l'image soit bien, il faudrait qu'on n'ait rien à 100 % et rien à 0 % : là, c'est un peu fort. En réalité, cette image a certainement des valeurs trop claires et trop sombres. Si je viens sur une image comme cela, extrêmement claire, regardez ce qu'on voit dans le scope : on voit bien que mon image est vraiment calée vers le haut. Je vais repasser sur l'histogramme et lui dire que c'est bon. On n'a absolument pas de noir, on est calé sur les parties claires. Si je vais sur l'étendu, on voit bien ici qu'on a la totalité de l'image qui est plutôt entre 80 % et 100 % mais on n'est pas à 100 %, juste un petit peu en-dessous. Ce qui montre que cette image a bien été équilibrée, soit à la prise de vue, soit en post-production. C'est parfait, on a exactement ce dont on a besoin. Toutes les données sont biens, quelques-unes descendent un peu, sans doute le vignettage qu'on voit ici sur les côtés. Si je passe sur une forme d'onde en rouge-vert-bleu, c'est plutôt le rouge qui a tendance à être haut, on s'en serait douté, tandis que le bleu est plutôt bas. Dans ce qui est en-dessous, il n'y a pas vraiment de valeurs de rouge, plutôt des valeurs de vert et de bleu, certainement le fond. On peut donc comprendre un peu ce qui se passe. Dans la prochaine vidéo, on essaiera de travailler un certain nombre d'images en colorimétrie et on verra que le scope ou les histogrammes vont nous permettre de pouvoir travailler à la fois avec les yeux, les mathématiques et la physique, ce sera vraiment très bien. Ici, on a une image très sombre, on le voit dans l'histogramme : toutes les données sont tassées sur la partie gauche, sur le noir. C'est facile à comprendre. On a juste un petit trait par là qui doit correspondre aux hautes lumières. On va aller dans le scope densité : on est bien calé sur le 0 et puis cela monte un tout petit peu. Le noir est assez noir mais pas complètement. Il y a des tas de données mais seulement un endroit où on est calé sur le noir. En montant, on n'a rien, sauf tout à fait en haut où on a quelques données, sûrement les reflets dans les yeux. Entre les deux, pas grand chose. Cela ne m'étonne pas car la photo est très très noire avec quelques données très claires, donc cela reflète ce qu'on voit à l'écran. Et si je regarde mon scope en couleur, on se rend compte qu'on n'a pas vraiment de couleur particulière, ce qui correspond bien. On a éventuellement un peu de jaune qui traîne. Les valeurs très claires en haut sont plutôt blanches et un peu bleutées, ce qui correspond au blanc et au bleu ici. Après, on va aller regarder cette image-là. L'histogramme me dit qu'il manque une bonne partie des données ici. Je vais lui dire que cela doit être bien là. Là, il nous en manque une bonne partie. Là, on a un petit quelque chose, donc on pourra s'en sortir mais là, on va manquer de contraste et on le sent dans l'image, on sent que cette image est un peu grise. Dans mon scope, il me dit la même chose : entre 0% et 18 %, il n'y a rien. En gros, cette image n'a aucun noir. Cela se sent, on sent que l'image est légèrement grise. En haut, il n'y a pas beaucoup de blanc mais quelques données presque à 100 %. Cela doit être les reflets sur la carrosserie, ou peut-être cela. Il n'y a pas grand-chose mais on comprend bien ce qui se passe à ce niveau-là. Je vais vous montrer le scope couleur qui va me dire la même chose. C'est plutôt vers les rouges qu'il faut aller travailler, car les hautes lumières sont dans la carrosserie. Si je descends sur une autre donnée, un autre élément, on voit que les trois couleurs sont découpées. On peut les voir côte-à-côte, avec du rouge qui monte dans les 100 %, du vert, mais absolument pas de bleu. Le mélange de rouge et de vert doit correspondre à des reflets dans la carrosserie. Le bleu n'est pas très présent en haute lumière et les trois couleurs ne sont pas présentes du tout en basse lumière. Je vous montre aussi le vecteur scope. L'idée est de partir du centre et plus on s'éloigne vers les bords, le plus cela sature et le plus il y a d'intensité lumineuse. On se rend bien compte qu'on à un endroit qui va vers le rouge et vers le jaune. On a «R» pour «red» et «Y» pour «yellow», il est juste entre le rouge et le jaune. Cela doit correspondre à ces parties-là qui ont tendance à être assez intenses. Tout le reste est plutôt proche du centre, donc assez faible. Ces scopes-là, on les utilise énormément en vidéo mais Affinity Pro a décidé de les mettre avec l'histogramme, ce qui est une bonne idée. C'est intéressant car cela permet de pouvoir voir ce qui se passe. Si je reste sur le scope, on voit qu'on a une intensité maximum des tons orangés qui vient presque plafonner, qui est vraiment limite. On est presque trop saturé puisque cela va plutôt mesurer la saturation. En longueur d'onde, on voit que l'image est vraiment hyper chargée. Les parties noires, ce sont les poteaux, on les voit bien à l'intérieur. L'histogramme me dit qu'il y a beaucoup de rouge dans les parties claires. Cela ne m'étonne pas, cela correspond au ciel. Il dit aussi que les ombres sont très chargées. On a beaucoup de valeur dans les ombres puisqu'on est carrément noir. Le silhouettage noir est vraiment à fond, peut-être trop fort par rapport à ce qu'on devrait avoir. Par exemple ici, on n'a que du jaune et du noir mais vous voyez que l'image est bien étagée. On peut donc dire que l'image est bien équilibrée. Si je vais voir mon étendu, on voit qu'il y a beaucoup de valeur rouge, un peu de vert et pas de bleu : cela correspond à notre image. Si je regarde l'intensité lumineuse, on voit qu'on est très noir à part quelques endroits, sans doute les tiges. Une, deux, trois, une deux, trois... Là, on est très très jaune, dans les 80-70 %. Ici, on n'a rien : il n'y a donc pas véritablement de blanc. On pourrait éventuellement remonter cela, on le verra après, pour obtenir une image plus chatoyante. Si je reviens à la première image, vous comprenez que cela me dit que mes blancs et mes noirs sont plus profonds que la normale. On a donc fait le tour des aides qui vont nous permettre de faire de la correction colorimétrique un peu avancée.

Affinity Photo : La retouche d'images

Exploitez la puissance d’Affinity Photo à son maximum et optimisez votre flux de travail. Corrigez la colorimétrie, prenez en main les piles, la correction sélective, etc.

3h16 (34 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !