Nous mettrons à jour notre Politique de confidentialité prochainement. En voici un aperçu.

Découvrir PostgreSQL

Découvrir l'éditeur de requêtes

Testez gratuitement nos 1338 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Partez à la découverte de l'éditeur de requêtes de pgAdmin. Exploitez ses capacités de génération de requêtes graphiques.
05:07

Transcription

Avant de créer notre première base de données, je vais vous montrer aussi l'outil qui vient en complément de pgAdmin et que nous allons utiliser pour nos requêtes SQL, qu'on peut avoir ici dans Outils, qui est l'Éditeur de requêtes. L'Éditeur de requêtes s'appelle aussi avec la combinaison de touches ctrl+e et vous permet, avec votre connexion, vous pouvez changer votre connexion ici, de saisir ici une requête SQL, d'obtenir le résultat, l'explication du plan d'exécution, nous verrons ça. Donc, c'est un outil purement de saisie de requêtes pour le développeur ; alors que pgAdmin est un outil graphique, plus pour l'administration. Ici, j'ai un outil qui va me permettre de saisir des requêtes. Vous pouvez écrire vos requêtes à la main ou utiliser le Constructeur graphique de requêtes qui va vous permettre d'aller chercher dans vos différents schémas. Donc, là par exemple, je vais aller dans mon catalogue " information_schema " et je peux aller donc chercher des tables ou des vues. Je vais prendre par exemple columns. Et je vais glisser columns ici. Je vais prendre tables* qui est ici, je le glisse. J'indique au besoin s'il n'y a pas de contrainte de clé étrangère. On va en parler de ça, comment on peut faire une jointure. Donc, je vais prendre table_catalog et le mettre sur table_catalog ici Je vais prendre table_schema et le mettre sur *table_schema de l'autre côté Et je vais prendre table_name et le mettre également de l'autre côté. Pourquoi est-ce que je fais ça ? Parce qu'ici, j'ai une liste de tables d'informations de schéma. Et ici, j'ai une liste de colonnes. Les colonnes sont des éléments d'une table. Je vais donc devoir faire une jointure entre les " tables " et les " colonnes " qui leurs appartiennent. Et la jointure dans ce cadre se fait à travers trois " colonnes ", le catalogue, c'est-à-dire le nom de la " base de données " le nom du " schéma " dans la " base de données ", le nom de la " table " dans ce " schéma " de " base de données " Et ces trois noms sont repris ici sous forme de clé étrangère, sous forme de référence et j'ai en plus le nom de la " colonne " telle qu'elle apparait dans chaque " table ". Je vais récupérer ici des informations qui viennent de la " table ". Je vais afficher le nom de la " colonne " et sa position ordinale, c'est-à-dire la position de la " colonne " dans la table. Est-ce que c'est la première " colonne ", la deuxième, et cetera. Et ceci me fait une " requête ". Cette " requête " peut-être maintenant visualisée dans l'" Éditeur SQL ". Et elle a été générée graphiquement. Ça peut vous aider si vous n'êtes pas familier avec le langage SQL, de faire vos premières requêtes select beaucoup plus facilement Si je reviens sur ce constructeur graphique de requête, je vais voir ici quelles sont les " colonnes " que j'ai sélectionnées. Je peux leur mettre des " Alias ". Par exemple, je peux mettre " c " pour " catalog ", " s " pour " schema ", " t " pour " table ". Et si je regarde dans mon " Éditeur de requêtes ", j'ai l'ajout ici de l'alias. Donc, l'outil est tout à fait utilisable pour pré-générer votre requête plus facilement. Vous avez des critères de where que vous pouvez ajouter ici. Des " critères " de " tri " également. Et vous pouvez modifier même le critère de la jointure parce que vous voyez ici que c'est ce qu'on appelle une équijointure, une jointure avec une équivalence. Il faut qu'on trouve le même " catalogue ", le même " schéma ". Mais parfois on fait des inéquijointures, c'est-à-dire, des " jointures " avec des " critères " différents. Et ce " Constructeur graphique de requêtes " vous permet aussi de les exprimer. C'est assez rare qu'un " Constructeur graphique de requêtes " entre dans ces détails donc, c'est plutôt pas mal. Il y a quand même, de mon point de vue, un défaut. C'est que si vous regardez ici le FROM et le WHERE, la jointure n'a pas été écrite dans la norme ANSI qui est pourtant assez ancienne. Ou, au lieu de faire un FROM avec des " tables " et des virgules, il faut plutôt inscrire le mot clé "" JOIN "" et ici, je vous le réécris. Utilisez cette syntaxe pour exprimer la jointure. Bon, ça pourrait être mieux dans ce sens-là. Mais bon, vu les avantages du " Constructeur graphique de requêtes ", on ne va pas faire trop la fine bouche. Et voilà, j'exécute. Donc, exécution de la requête ici ou bien, avec la touche F5. Et voilà le résultat. Donc, cet " Éditeur de requêtes " va nous aider à saisir toutes nos " requêtes SQL ", bien sûr. Et on va l'utiliser beaucoup pour faire nos " requêtes " et on va utiliser " pgAdmin ", l'interface graphique, pour des tâches d'administration.

Découvrir PostgreSQL

Comprenez le fonctionnement de PostgreSQL ainsi que son architecture. Effectuez les tâches courantes de sécurité, de création de bases de données et d'objets, etc.

2h46 (30 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
PostgreSQL PostgreSQL 9
Spécial abonnés
Date de parution :31 mars 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !