Découvrir PostgreSQL

Découvrir le LIMIT et la concaténation

Testez gratuitement nos 1266 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Apprenez à limiter le nombre de lignes de votre SELECT. Vous allez vous aider des instructions LIMIT et OFFSET. Voyez aussi la concaténation de chaînes de caractères.
05:57

Transcription

Nous allons voir maintenant quelques fonctions spécifiques à Postgres. Comme ça, si vous connaissez déjà le langage SQL de la norme, ou les fonctions qui sont la plupart du temps utilisées, on va voir ici plus spécifiquement des fonctions propres à PostgreSQL. Première chose, j'ai quand même 20000 lignes dans ma table de " contact ". Je vais utiliser cette table de " contact ", pour montrer ici des exemples. Je vais quand même limiter un peu le résultat. Comment est-ce que je fais ? Si vous avez l'habitude de MySQL, vous allez reconnaître une syntaxe assez proche. En-dessous de mon " FROM ", je vais faire un " LIMIT ". Je vais dire par exemple, " LIMIT " aux dix premières lignes. Et là, j'ai effectivement dix lignes. Ce " LIMIT ", bien entendu, peut être précédé d'un " ORDER BY ", de façon à appliquer la limite sur un jeu de résultats déjà triés. Je ne vais pas le faire ici. Une particularité du " LIMIT ", vous pouvez paginer, en disant OK, je fais un " LIMIT 10 ", mais j'ajoute un " OFFSET ", pour dire à partir de combien de lignes je prends, je m'explique. Si je fais un " LIMIT 10 ", ça veut dire que je prends les dix premières lignes. Par contre, si je fais un " OFFSET ", ça veut dire que je vais prendre, les dix premières lignes à partir de cet " OFFSET ". Vous voyez ici, mon " contactid " " 3, 5, 7, 10, " etc. Si je fais un " OFFSET 10 ", je vais commencer à partir de 17. Parce que ça va être la onzième ligne que je vais trouver dans mon " SELECT ". J'essaye sans tout ça, ça prend un peu plus de temps, bien sûr. Et, ici, ma onzième ligne, comme vous pouvez le voir, c'est " l'id " " 17 ". Et effectivement, je dis tu fais un " OFFSET 10 ", donc tu sautes les dix premières lignes. Tu commences ici à la onzième. Et tu prends les dix lignes suivantes. Et voilà le résultat, donc avec cela, on va pouvoir commencer à voir nos fonctions. Première chose, ce n'est pas spécifiquement une fonction, mais il faut en parler, c'est la concaténation. Donc, il s'agit d'une opération avec un opérateur, l'opérateur de concaténation. Si je fais par exemple, " prénom ", je veux avoir un espace, et " nom ", quel est l'opérateur de concaténation ? Ce n'est pas le + comme dans certains langages. C'est la double barre verticale, comme dans Oracle, si vous connaissez Oracle. Voici une concaténation. Évidemment, il n'y a pas de noms de colonnes. Donc, je vais placer un alias, comme dans tous les dialectes SQL. Je vais l'appeler " NomComplet ". Comme dans tous les dialectes SQL, le mot clé " AS ", ensuite le nom de la colonne, et voilà un " nom complet ". Vous voyez une chose, d'ailleurs. Les types de données originaux, " prénom " et " nom ", sont des varchar. Mais le résultat est un résultat de type texte. Ce n'est pas tout à fait important dans PostgreSQL, comme ça peut l'être dans d'autres moteurs de bases de données, de faire la différence entre le varchar et le texte. Parce que le varchar peut ne pas avoir de limites. Je peux faire un varchar sans indiquer la taille limite. Et je peux faire un texte en indiquant une taille limite. En fait, il y a peu de différence en interne entre les deux. Un varchar peut aller jusqu'à un giga de contenu, le texte aussi. Et donc, il y a des débats dans la communauté Postgres. Est-ce qu'on va tout mettre en texte, parce qu'on s'en fiche ? Non, on va continuer à utiliser des varchar, parce que c'est plus lisible, etc. Mais en fait, le type de données derrière n'est pas si différent. Vous pouvez utiliser, donc, des fonctions. Je vous rappelle, au cas où, une fonction, c'est quelque chose qui va prendre un ou plusieurs paramètres, et retourner un résultat comme dans tous les langages de programmation. Donc, si vous voulez utiliser une fonction, il faut connaître son nom. Par exemple, je vais utiliser " upper ". C'est le nom de la fonction. Ensuite, j'ouvre une parenthèse. Et je vais mettre, à l'intérieur de cette parenthèse, un paramètre. Parce que bon, " upper " ne prend qu'un paramètre. Mais je pourrais avoir des fonctions qui demandent plusieurs paramètres, à ce moment-là, il faut que je sépare mes paramètres par des virgules, OK ? Donc, " upper " qui met en majuscules, prend une valeur en paramètre. Ici, c'est la concaténation de mes trois valeurs, les deux colonnes plus l'espace. Cette concaténation, ça me retourne une valeur que j'envoie en paramètre dans ma fonction. La fonction va faire quelque chose et retourner toute cette fonction. Ici, elle retourne une valeur, que j'exprime dans le " SELECT ". Cette valeur, c'est simplement ceci, pris. Tous les caractères alphabétiques ont été transformés en leur équivalent, en majuscules, ce qui nous donne bien sûr ceci. Donc, " upper " et " lower " sont des fonctions traditionnelles. C'était juste pour vous montrer la syntaxe qu'on trouve dans la plupart des moteurs SQL. Vous avez quelque chose de particulier dans Postgres, c'est une fonction pratique qui s'appelle " init ", pas très compliqué à deviner, on met les initiales, " init ", en capitales. Et donc, on va avoir quelque chose comme ça, qui correspond à peu près à ce qu'on avait, de toute façon dans notre table. Mais, si vous avez quelque chose comme des " prénoms " ou des " noms ", qui sont en minuscules ou en majuscules, ça va les transformer avec le premier caractère en majuscules, et les caractères suivants du mot, c'est-à-dire de tout ce qui suit avant l'espace, en minuscules.

Découvrir PostgreSQL

Comprenez le fonctionnement de PostgreSQL ainsi que son architecture. Effectuez les tâches courantes de sécurité, de création de bases de données et d'objets, etc.

2h46 (30 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
PostgreSQL PostgreSQL 9
Spécial abonnés
Date de parution :31 mars 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !