Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

SQL Server 2016 : La réplication

Créer une publication de fusion

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Découvrez comment créer une publication de fusion. Faites le tour des options spécifiques de ces publications, de la méthode de gestion des conflits et de la gestion automatique des plages d'identité.
07:35

Transcription

Abordons la réplication des fusions enfin, ce que je vais faire c'est créer dans « PachaDataFormation » une nouvelle table que je vais appeler « ContactGlobal », et le but c'est d'avoir une copie de ma table de façon à l'utiliser dans une réplication de fusion. Je la simplifie un petit peu, j'enlève un certain nombre de colonnes inutiles, je garde mon « IDENTITY » ma « clé primaire » sur un « ContactGlobalID » je vais rajouter « Id » ici. Et puis je vais ajouter le contenu de ma table contact à l'intérieur de cette nouvelle table. Première opération. Maintenant j'ai à disposition ma nouvelle table « Contact.ContactGlobal » et je vais l'ajouter dans une stratégie de réplication de fusion. Pour cela, j'ajoute une « nouvelle publication locale », toujours « PachaDataFormation ». Donc maintenant « publication de fusion » et « L'assistant va configurer la publication pour inclure uniquement des fonctionnalités prises en charge par... », on a plusieurs améliorations de la réplication de fusion. Si je dois inclure des serveurs « SQL server 2005 » par exemple, eh bien je dois changer ces coches. Mais là je suis sûr de 2016 donc je n'ai aucun problème de ce type, je continue. Je vais choisir mes « tables ». Vous voyez que je n'ai plus de limite particulière sur le type de table, il n'y a pas besoin d'avoir une clé primaire parce que la réplication de fusion va ajouter des informations supplémentaires. Vous allez voir, je choisis donc mon « ContactGlobal », je vais prendre toutes les colonnes, et puis comme vous le voyez peut-être, il y a une option supplémentaire ici qui dit : « la table sélectionnée est en téléchargement seul ». Comme la réplication de fusion permet d'échanger des donnés où l'éditeur et l'abonné sont finalement aux mêmes niveaux puisque l'abonné peut modifier ses donnés, eh bien je vais pouvoir choisir pour chaque table si c'est une table en téléchargement seul, par exemple une table de référence que je ne veux prendre que à partir de l'éditeur pour distribuer sur mes abonnés, ou bien si c'est décoché, une table qu'on va pouvoir modifier à partir des différents acteurs. Donc bien sûr pour notre cas, elle ne va pas être en téléchargement seul. Ensuite, eh bien on va regarder les « Propriétés de l'article » parce qu'il y a certaines propriétés spécifiques pour les articles dans une réplication de fusion. On a déjà présélectionné les deux éléments qui nous intéressent, d’abord le « niveau de suivi » qui est ici. Alors, c'est une traduction un peu approximative de l'onglet mais il faut comprendre qu'il s'agit du niveau de suivi de résolution de conflit. Si j'active le niveau de suivi des lignes, eh bien je vais détecter un conflit |entre deux modifications, si elles sont faites en même temps du côté de l'éditeur et du côté de l'abonné sur la ligne toute entière. Par exemple du côté de l'éditeur je modifie le prénom d'une ligne, du côté de l'abonné, je modifie le nom de famille, je pourrais très bien résoudre cette modification en changeant le prénom sur l'abonné, et puis en changeant le nom sur l'éditeur, en fait croiser ces modifications. Mais si je fais un suivi au niveau des lignes, eh bien je considère que les deux lignes ont été modifiées et je vais gérer le conflit. Par contre, le suivi au niveau des colonnes, vous l'avez compris, va considérer qu'il n'y a pas de conflit et mettre à jour de façon croisée. Donc nous allons voir cette idée de gestion de conflit, mais ce qu'il faut comprendre ici, c'est que vous devez choisir directement votre niveau de suivi, lorsque vous créez votre article. En fait, c'est quelque chose de très particulier et on pourrait appeler ça un bug, et ça existe depuis longtemps, cela va influencer sur la création de triggers, de déclencheurs, qui vont permet de gérer les conflits. Or ces déclencheurs sont définitifs si vous voulez, vous pouvez très bien revenir après coup, sur votre article et changer le niveau de suivi mais il n'y aura aucune influence réelle sur les triggers. Donc même si vous changez après création, et que vous voyez que ça a bien été changé dans l'interface, ça ne change rien derrière, réellement, aucun problème avec ça. Il faut bien créer directement les bonnes options. On peut dire que c’est d'ailleurs un principe un peu général dans la réplication, faites attention, faites les bonnes choses des le départ parce que vous avez une technologie un petit peu délicate à manipuler. Je choisis par exemple ici un suivi au niveau des colonnes, je veux pouvoir changer indépendamment le nom, le prénom et l'émail, je sens que ça génère de conflit. Ensuite la gestion des plages d'identité, on a une gestion automatique, on a une « Taille de plage sur le serveur de publication », et une « Taille de plage sur l'Abonné », vous voyez, qui est ici et on a un « pourcentage du seuil de plage ». Je vous l'agrandis un petit peu, ce que ça veut dire c'est que automatiquement les différents abonnés vont avoir une plage de nombre d'identité à gérer. L'abonné numéro un aura une plage prédéfinie dans les valeurs d'IDENTITY qui se remplira aux insertions et qui ne chevauchera pas les autres plages. C'est un découpage fait automatiquement par la réplication pour éviter d'avoir des numéros d'identités qui sont créés identiques sur deux serveurs, et puis lorsqu'on atteint 80 pourcent du seuil de plage, eh bien il va générer une autre plage à disposition d'un abonné. Ce sont donc deux options à surveiller sur la réplication de fusion, je fais « OK », « Suivant » et il me dit : « les colonnes Uniqueidentifier seront ajoutées aux tables », eh bien, ce qui va se passer, c'est que pour chaque table qui est impliquée dans une réplication de fusion, il faut créer une colonne qui est de type « GUID » ou « Uniqueidentifier », un numéro aléatoirement créé qui coûte 16 octets supplémentaires et qui est ajouté dans chaque table. La réplication de fusion a aussi un impact sur le schéma de votre base de données et sur sa structure. C'est-à-dire le schéma, on va ajouter des colonnes et quand je parle de structure, on va ajouter aussi des triggers sur les tables de façon à gérer les modifications, et est ce qu'on veut faire un filtre? Je ne vais pas faire de filtre ici, mais je vais quand même vous montrer : si j'ajoute un filtre, je peux aussi spécifier si on peut envoyer une ligne à plusieurs abonnements, s'il y a des croisements des filtres, ou bien une ligne ne peut aller qu'à un seul abonnement. Ça c'est important quand vous faites des filtres. Sachez aussi que vous avez la possibilité créer des filtres qui contiennent des informations dynamique, par exemple le nom du serveur, et si une colonne contient un nom particulier, par exemple un nom de région, eh bien il peut être déplacé dynamiquement sur le serveur qui aura le nom de la région. Il s'agit de filtre dynamique et vous avez cette possibilité dans la réplication de fusion. Donc pensez-y, je ne vais pas vous le montrer ici mais si vous en avez besoin, regardez un petit peu la « doc », c'est aussi très pratique. Je vais créer mon instantané, je ne vais pas planifier l'exécution de l'agent d'instantané, et puis les paramètres de sécurité, ça on comprend bien maintenant. Et je crée la publication, je vais l'appeler : « ContactGlobal » et « fusion ».

SQL Server 2016 : La réplication

Mettez en place une solution de réplication sur une plateforme SQL Server. Transférez ainsi aisément vos données entre des instances SQL Server.

1h22 (18 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Spécial abonnés
Date de parution :26 juil. 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !