Rédiger une lettre de motivation

Corriger ou simplifier la syntaxe

Testez gratuitement nos 1324 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Vous allez apprendre à fluidifier votre expression écrite et à éviter les ruptures de construction syntaxique.
05:19

Transcription

Pourquoi je vous demandais précédemment de faire des phrases simples, avec sujet, verbe, complément ? Tout simplement parce que maitriser la syntaxe de phrases complexes n'est pas donné à tout le monde. Moins on s'engage dans des phrases avec des propositions subordonnées, moins on risque de se compromettre dans une construction bancale. Car oui, les pièges sont nombreux. Même si vous avez à l'esprit une longue phrase complexe qui vous parait correcte, efforcez-vous, en pensant au confort de votre lecteur, de la décomposer en plusieurs phrases autonomes. Prenez la phrase suivante. « Cette expérience m'a permis de me forger une solide connaissance du terrain ainsi que de la palette de produits destinés aux clients qu'on a l'habitude d'avoir, aussi souhaiterais-je continuer à m'investir dans le secteur des assurances à un poste où je pourrais avoir plus de responsabilités que je n'en avais auparavant. » Il faudra l'épurer en supprimant tout ce qui est superflu. Mais aussi en remplaçant des subordonnées en groupes nominaux et en scindant en deux ou trois phrases. Résultat. « Cette expérience m'a permis de me forger une solide connaissance du terrain. Point. Grâce à elle, je me suis familiarisé avec toute la palette de produits destinés à nos clients habituels. Point. Pour cette raison, je souhaiterais continuer à m'investir dans le secteur des assurances, avec des responsabilités accrues. » Point. Plus agréable à lire, n'est-ce pas ? Par ailleurs, le sens d'une phrase peut être limpide, ou au contraire très obscur, selon que la construction est correcte ou incorrecte. Les pièges sont nombreux, il faut faire attention à plein de choses. Premièrement, veillez à associer à vos verbes transitifs indirects les bonnes prépositions. J'avais évoqué l'exemple très classique de la mauvaise formule de politesse. « Veuillez croire en l'assurance ». Eh bien, non. On croit à l'assurance. Tout comme on travaille pas sur Paris, mais à Paris. Si vous n'êtes pas sûrs de vous, vérifiez la bonne construction du verbe dans le dictionnaire Et puis, vous ne pouvez pas coordonner deux verbes qui ne se construisent pas de la même façon, avec un même complément. Par exemple, on ne dira pas « J'assistais et je travaillais avec l'équipe support ». Le verbe « assister » ici appelle un COD, alors que « travailler » a un complément introduit par la préposition « avec ». Il faudrait soit changer le verbe « assister », soit lui attribuer un complément propre, comme « J'assistais le directeur technique, et je travaillais avec l'équipe support. » Deuxièmement. Il faut, de la même façon, s'attacher à employer les bons pronoms relatifs dans les subordonnées. N'écrivez pas « C'est ce dont je me rappelle. » Puisqu'on se rappelle quelque chose. C'est un verbe transitif direct. Contrairement à son synonyme, « se souvenir de ». Donc il faudrait écrire « C'est ce que je me rappelle ». Ou « C'est ce dont je me souviens ». Troisièmement, faites attention à mettre le bon auxiliaire. Par exemple, on écrit « Ce travail m'a semblé facile », et non « m'est semblé facile ». Quatrièmement, ne coordonnez pas des éléments de nature différente, comme un verbe et un nom. N'écrivez pas « Peut-on choisir entre être mère et sa carrière ? » Mais, « Peut-on choisir entre être mère et mener sa carrière ? » Deux infinitifs. Ou bien, « Peut-on choisir entre la maternité et la carrière ? » Deux noms. Cinquièmement, quand vous reprenez un nom d'une phrase précédente, sous un pronom équivalent. Prenez soin de choisir le bon. Ne mettez pas « ils », au pluriel, s'il s'agit de plusieurs noms au féminin. De la même façon, ne dites pas Elles - au pluriel - manquent de confiance en soi, mais de confiance en elles. Au pluriel. Au moment de la relecture, vérifiez bien quel est le référent de tel ou tel pronom. Sixièmement, quand vous commencez votre phrase par un adjectif apposé, ou bien une subordonnée participiale qui a la même valeur, il faut que le pronom ou le nom qui suit immédiatement soit celui à qui s'applique l'adjectif. Ou qu'il soit à la fois sujet de la principale et sujet de la participiale. Un exemple. « Soucieuse de créer une bonne ambiance de travail, à l'écoute de mes collègues, mes précédents employeurs ont pu apprécier mes qualités. » Soucieuse et à l'écoute s'appliquent manifestement à la personne qui écrit, au « je ». Or, grammaticalement, ces qualités sont ici associées à « mes précédents employeurs ». Cela ne va pas. On aurait du écrire quelque chose comme « Soucieuse de créer une bonne ambiance de travail, je suis à l'écoute de mes collègues, ce qu'appréciaient beaucoup mes précédents employeurs. » Vous voyez ? Autre exemple. « Attendant une réponse de votre part, veuillez recevoir mes salutations. » Qu'est-ce qui attend ? La personne à qui on s'adresse ? Le vous ? Non. C'est celui qui rédige ; le « je ». Donc il faudrait mettre « Attendant une réponse de votre part, je vous prie de recevoir... » etc. etc. Là, ça colle. Au delà de ces quelques points, il y a bien d'autres erreurs qu'on peut commettre dans la construction des phrases. Il faut toujours rester très vigilants. Un dernier conseil, pour finir. Soyez humble avec la langue française. Ne partez pas dans des formulations très compliquées pour chercher à en mettre plein la vue à votre lecteur. Car lui ne demande qu'a voir facilement l'information qu'il désire. Et faites-vous relire par un bon rédacteur, qui saura détecter toutes ces fautes de syntaxe.

Rédiger une lettre de motivation

Apprenez à rédiger une lettre de motivation. Mettez toutes les chances de votre côté pour attirer l’attention des recruteurs et décrochez l’emploi de vos rêves !

1h43 (29 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Spécial abonnés
Date de parution :29 juil. 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !