Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

Photoshop CC 2017 pour les photographes

Corriger les couleurs

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Modifiez l'aspect d'une image en ajustant les teintes et la saturation de manière globale ou sélective. Utilisez l'outil de ciblage pour déterminer la plage de couleur exacte. Utilisez-le également lors de la conversion en monochrome.
04:27

Transcription

Une image photographique est faite de lumière, bien entendu, ce qui dessine l'image en elle-même, ce qui donne les zones d'ombre et les zones de lumière, mais également de couleurs. Et la couleur peut avoir, selon les endroits, des couleurs plus ou moins vives. Ici, dans cette image, on trouve des couleurs relativement vives, et d'autres tons plus pastels. La lumière fait bien entendu l'équilibre entre les valeurs d'ombre et de haute lumière. On va aller dans le menu « Image », « Réglages ». Et on va s'intéresser à la notion de « vibrance ». La « vibrance » va permettre de jouer sur la vivacité des couleurs, justement. On trouvera pour cela deux curseurs. Le premier est la « saturation ». Qu'est-ce qu'une couleur lorsqu'il n'y a pas de « saturation » ? C'est tout simplement du noir et blanc. Si je prends mon curseur et le glisse complètement à gauche, je désature en totalité l'image. Seule la lumière intervient pour la perception de l'image, et en aucun cas, la couleur. Si je prends le curseur et que je remonte les valeurs ici, pour me mettre aux valeurs initiales de l'image, à zéro, je retrouve l'image colorée. Globalement, correctement colorée. Si j'aime une image plus pastel, je peux évidemment descendre mon curseur sur la partie gauche. Ou si au contraire, je la veux plus saturée, je vais renforcer les teintes en allant sur la partie droite. L'inconvénient de ce curseur de « saturation », est qu'il va monter la saturation de tous les points de couleur, quels qu'ils soient. Ainsi, dans l'image de départ, certains point étaient déjà relativement peu saturés, comme les tons chairs, et d'autres beaucoup plus comme certains verts, ou certaines couleurs comme des roses ou des ocres. Pour ces couleurs, monter de dix points permet de les amener quasiment à une « saturation » totale. Là où monter de dix points cette valeur n'amènera pas évidemment à une « saturation » totale. Ce qui faut comprendre c'est que si on monte d'une certaine valeur, dix, 20 points, par exemple, tous les éléments, les pixels qui sont à une valeur de 10 % de saturation peuvent monter jusqu'à 20, 30, 40. Mais, les éléments qui sont à 90 % de « saturation » ne pourront pas atteindre 130. On va donc obtenir fatalement ici un tassement des valeurs, au bout, où tout le monde tombera sur l'extrême. Ce qui se passe quand j'exagère évidemment avec mon curseur ici. Où je n'ai plus aucun détail, par exemple, dans le vert, puisqu'on a atteint le niveau de « saturation » maximum, bien avant que j'aille jusqu'au bout du curseur. Toutes les valeurs de vert se tassent donc sur la « saturation » maximum. On peut remarquer également que les tons chairs passent à l'orange, dans les zones les plus saturées. La « vibrance » est exactement la même chose que la « saturation ». Lorsqu'on ira sur la gauche, on va baisser la « saturation », passer par les tons plus pastels. Lorsqu'on ira sur la droite, on va augmenter la « saturation » des couleurs plus flashy. Mais, la différence est que dans l'algorithme pour la « vibrance », nous allons avoir une protection à deux niveaux. Une protection qui va faire que les valeurs qu'on va monter en « saturation » et qui sont proches d'une « saturation » maximum, vont monter de façon beaucoup moins rapide que celles qui sont loin d'être dans la pleine « saturation ». On va donc faire en sorte que tout le monde n'avance pas au même pas de plus 20 %, par exemple, mais que les points les plus proches du but avancent, de façon beaucoup plus limitée, ce qui évitera des problèmes d'écrêtage, donc de zones sur laquelle on ne pourra plus déceler de détails tellement toutes les couleurs seront saturées. Deuxième faculté de cet algorithme, la possibilité de protéger certains tons, et entre autres, les tons chairs. dont on voit quand on les sursature qu'ils se dénaturent complètement. On va donc pouvoir ici demander de jouer sur de la sursaturation, tout en protégeant certaines zones. Vous voyez bien que quand je monte la « saturation » ici, toutes les couleurs montent évidemment en « saturation », mais avec une protection évidente des tons chairs qui évite les zones d'aplat qu'on trouvait tout à l'heure, et qui évite aussi de perdre toute signification de différence, dans les différentes valeurs du vert, par exemple, qui est bien sûr beaucoup plus saturé, mais en gardant du modelé. De la même façon, si je prends le curseur et le positionne totalement à gauche, je vais donc passer par les couleurs pastels, de plus en plus légères. Mais, si je vais jusqu'au bout du processus, je m'aperçois qu'effectivement, les tons qui se rapprochent des tons chairs ont été protégés, certains verts aussi, même le bleu, dans une certaine mesure. On va bien voir qu'effectivement ici, tous les tons ne réagissent pas de la même façon. La « vibrance » va donc être probablement plus utilisée, surtout sur de l'humain. Malgré tout, il faudra faire attention aussi sur d'autres sujets, lorsqu'on a des couleurs déjà fort saturées. Il est bien sûr possible de jouer sur les deux curseurs à la fois, d'une part pour légèrement sursaturer, et d'autre part, pour contrôler plus la saturation encore, avec le deuxième curseur. Faites attention bien sûr à ce que l'image vous convienne, sur votre écran calibré, et qu'elle corresponde réellement à ce qu'on est capable de reproduire également en termes de pigments. Une image sursaturée sera décevante une fois imprimée, puisque jamais les pigments n'arriveront à donner une telle valeur aux couleurs.

Photoshop CC 2017 pour les photographes

Découvrez les fonctionnalités spécifiques à la correction d'images avec Photoshop. Utilisez Camera Raw, configurez votre espace de travail, réalisez des sélections, etc.

8h05 (101 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Spécial abonnés
Date de parution :18 janv. 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !