Photoshop CC 2017 pour les photographes

Convertir en noir et blanc et appliquer des filtres photo

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Le mélangeur de couches convertit en noir et blanc selon les couleurs présentes dans l'image et leurs proportions. Faites également le tour des filtres photo de Photoshop.
06:06

Transcription

Nous allons voir dans ce tuto deux options de réglage de l'image. La première option, dans le menu « Image, Réglages », va nous permettre de « mélanger des couches ». « Mélangeur de couches », cela veut dire qu'il faut travailler avec les couches. Que sont les couches ? Sur cette image, on a une photo en couleurs, et la couleur, elle est faite de la lumière. La lumière est composée de trois canaux principaux, qui sont le rouge, le vert et le bleu. Ce sont les couleurs fondamentales de la lumière, qui toutes les trois additionnées, donnent la lumière blanche. Nous voyons d'ailleurs que notre image ici est bien sous la forme « RVB », rouge, vert, bleu. Tout comme l'image argentique était sensible à la lumière, rouge, vert, bleu, le film argentique possède bien entendu trois couches avec trois sensibilités, aux couleurs différentes. Nous allons trouver, à travers le panneau « Couches », la représentation de ces couleurs. En effet, l'image que j'ai là, montre bien sa perception à travers un filtre « bleu », à travers un filtre « vert », ou à travers un filtre « rouge ». Les couches sont colorées, parce que demandé dans les préférences, Je vais aller dans le menu « Édition », ou Photoshop sur Mac, puis « Préférences ». Et je vais demander dans « l'Interface » de ne pas « afficher les couches en couleurs ». On voit donc l'interprétation en gris, l'interprétation du « rouge », important en quantité là où c'est blanc, beaucoup plus faible là où c'est noir, bien sûr. Ici, l'interprétation du « vert ». L'absence de « vert » dans ces zones. Mais, si l'on regarde bien, la présence de « rouge », bien entendu. Et également au niveau du « bleu », l'absence. Absence de « bleu », absence de « vert », présence de « rouge ». Donc, l'image présente bien des zones rouges ici. Si on regarde bien ici ce que donne la présence de « rouge », elle n'est pas optimum. La présence de « bleu », encore moins. La présence de « vert », oui. On a donc bien ici quelque chose qui contient beaucoup de valeurs en vert. Ce que nous allons faire, c'est rebasculer maintenant à travers les couches, pour pouvoir agir entre elles, dans le menu « Image, Réglages », je vais demander de « mélanger les couches ». « Mélanger les couches » vous permet de prendre un peu de chaque couche, pour en faire une image finalisée. La couche de sortie est le « rouge », mais ce qui m'intéresse ici, une couche « grise ». Je vais demander de basculer sur un mode « monochrome ». Vous pouvez constater que les curseurs sont positionnés ici avec des valeurs de « 40, 40 et 20 ». C'est un réglage par défaut qui permet de faire le passage d'une image couleurs en noir et blanc, avec une interprétation prenant « 40 % » des quantités de la valeur de la couche « rouge », de la couche « verte », plus « 20 % » de la couche du « bleu ». Le tout additionné donnant une valeur de « 100 % » au total. Vous allez pouvoir jouer avec les curseurs, peut-être justement parce que dans cette image en noir et blanc, je trouve que l'interprétation de la différenciation entre les rouges et les verts n'est pas suffisamment marquée. Je vais donc pouvoir compenser en prenant le curseur du « vert », et en demandant de le réduire ou au contraire de l'augmenter. Mais en revanche, peut-être de descendre le « rouge ». Vous voyez qu'on remarque plus maintenant la transition entre les deux. Le cumul total des couches me donne « 95 % », ce qui explique que mon image est plus sombre qu'à l'origine. Il faudrait donc que je sois aux alentours de 100 % pour que ce soit bon. Si je passe au-delà, évidemment, je vais éclaircir l'image. Et au passage j'ai une alerte qui nous dit bien que j'ai dépassé cette valeur de 100 %. Si l'image se trouve trop claire à vos yeux, le curseur « Constant » permettra de la réduire en allant vers la gauche. ou au contraire de l'éclaircir de l'autre côté. On a donc ici une interprétation de l'image complètement différente de ce qu'on avait au départ. Notez qu'il existe dans les « paramètres prédéfinis » des réglages comme « Infrarouge », par exemple. Ou encore du « noir et blanc avec l'utilisation d'un filtre bleu », avec l'utilisation d'un « filtre vert », avec l'utilisation d'un « filtre rouge », ou « jaune ». Et vous voyez effectivement que l'interprétation de l'image en noir et blanc n'est pas du tout la même. J'annule donc cette opération. Je vais vous montrer maintenant la possibilité de travailler sur la couleur de l'image, de façon traditionnelle. Traditionnellement, là aussi, le film argentique, travaillé avec une lumière dite blanche. Mais la lumière varie d'un lieu à l'autre. Si on avait des photos dans un endroit qui était éclairé artificiellement, la lumière n'apportait pas les mêmes quantités de couleurs. À l'époque donc, on travaillait avec deux types de films. Et on choisissait de travailler soit en lumière du jour, soit en lumière artificielle. Les chanceux travaillant en numérique n'ont plus ce problème, puisque les appareils photos sont capables d'analyser la température de la couleur qui illumine le sujet, et immédiatement de compenser, pour s'assurer d'avoir une image qui soit équilibrée en couleurs. Mais traditionnellement donc, pour pouvoir équilibrer dans les cas de changement de lumière, on utilisait des filtres que l'on positionnait devant l'objectif de l'appareil photo. Je vais aller dans le menu « Réglages, Filtre photo », pour vous montrer qu'effectivement, en appliquant un filtre comme celui-ci, on peut donc réchauffer l'image. Ce « filtre réchauffant, numéroté 85 », correspond à des grands classiques de l'époque, où on pouvait jouer, si possible avec un appareil nous permettant de mesurer précisément la température de couleur, on pouvait jouer avec des filtres, pour réchauffer, ou éventuellement, refroidir l'image. Pour pouvoir la rééquilibrer par rapport à une lumière, qui elle avait tendance à trop réchauffer, par exemple. Notez que la couleur peut être modifiée artificiellement, en allant demander à être plus rouge, plus magenta, plus bleu, plus jaune ou plus vert, bien entendu. J'annule les opérations. Et je vous montre que la densité ici est intégrée au niveau du « filtre », à une valeur de « 25 % » seulement. En effet, ce filtre bleu serait très bleu, et ne laisserait pas passer les couleurs, s'il était aussi dense. Je vais « décocher » la case en-dessous, et vous montrer ce que cela donne, si je mets une « densité » forte. Comme il se doit, le « filtre » filtre la lumière et en laisse passer beaucoup moins, ce qui explique l'assombrissement de l'image. C'est la raison pour laquelle cette case nous rend grand service, puisqu'elle va permettre, malgré le « filtre », de compenser comme on l'aurait fait avec une exposition plus forte la valeur, de compenser pour avoir une exposition correcte. Ceci dit, cela nous permet de faire des effets intéressants, en allant filtrer avec des couleurs qui s'imposent directement sur l'image, tout en étant encore, dans certains détails, au niveau des valeurs, particulièrement si on baisse la « densité du filtre ». Voilà donc comment transformer une image de façon particulière, en se servant de chaque couche colorée, pour essayer d'en extraire la quantité de chacune, pour obtenir un résultat qui vous convienne. Ou encore de la même façon qu'on faisait en traditionnel, aller chercher un filtre pour réchauffer ou refroidir une image, par exemple.

Photoshop CC 2017 pour les photographes

Découvrez les fonctionnalités spécifiques à la correction d'images avec Photoshop. Utilisez Camera Raw, configurez votre espace de travail, réalisez des sélections, etc.

8h05 (101 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
Logiciel :
Spécial abonnés
Date de parution :18 janv. 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !