Les fondements du design UX : Conception de l'interactivité

Connaître les limites du skeuomorphisme

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Le skeuomorphisme consiste à créer des interfaces imitant des objets réels. Dans cette vidéo, vous aborderez les limites et les contraintes de ce principe.
04:46

Transcription

Pour le designer d'interactions il va falloir se poser la question de savoir jusqu'où aller dans le skeuomorphisme. Qu'est-ce que le skeuomorphisme ? C'est un terme qui peut vous paraître barbare, étrange, il s'agit en fait de la représentation visuelle à l'écran d'éléments qui vont imiter ceux que vous pouvez trouver dans la vraie vie. Un interrupteur, une texture, un type de document, etc. Il va donc falloir que nous puissions peser le pour et le contre afin de décider jusqu'où nous devons aller et d'adopter une stratégie de représentation visuelle qui aille dans le sens bien entendu d'une meilleure interaction. Historiquement, au début du web, on a eu tendance à se caler sur des représentations existantes. Et on voit encore par exemple ici un catalogue que l'on va pouvoir feuilleter comme s'il s'agissait d'un document papier. Vous pouvez même avoir dans certains cas le bruit de la feuille qui se tourne. Il y a bien entendu d'autres outils qui vont permettre de chercher dans ce catalogue. Nous avons ici du zoom et nous allons pouvoir accéder à une table des matières mais vous voyez qu'on est dans un système dont la finalité première est de donner une expérience utilisateur de feuilletage, or si l'utilisateur veut feuilleter un document, il va se procurer un document papier. Il n'est pas du tout évident qu'il soit à la recherche de ce type de sensations mais par contre, l'utilisateur va être à la recherche d'un objet, d'un meuble. Et ce qu'il va vouloir c'est accéder le plus rapidement possible à cet objet ou à ce meuble qu'il recherche. Le skeuomorphisme présente donc un certain nombre de limites en ce sens qu'il n'est pas forcément voulu par l'utilisateur. Nous voyons ici l'évolution d'icônes sur un écran d'un smartphone de type iOS et vous voyez que initialement, on avait des boutons avec des effets de brillance, de reflet, et puis que petit à petit ces icônes continuent de se présenter à peu près de la même manière, si vous comparez le téléphone à gauche et celui à droite l'idée, l'esprit est exactement le même, mais on a procédé à une simplification visuelle. L'intérêt de ce flat design c'est-à-dire de ce design aplati où l'on ne va plus essayer d'exprimer une représentation comme elle serait dans la vraie vie, fait que l'on va gagner énormément de place. Et donc, on va pouvoir espacer les éléments. Les éléments qui se trouvent à gauche sont plus petits, plus espacés et donc vont être plus lisibles et dans le cas d'une interface tactile il y aura moins de risques d'appuyer sur un bouton que l'on n'aurait pas souhaité activer. On va donc passer d'un système de représentation de la réalité pour par exemple des boutons, à un système qui va garder les mêmes symboles mais qui va les simplifier. Il va donc falloir procéder à des tests et déterminer très clairement si par rapport à la cible que nous visons, celle-ci est à la recherche d'une représentation de la réalité ou si elle est simplement à la recherche de la meilleure façon de pouvoir accéder à un contenu. Vous pouvez à ce titre consulter les documents qui sont mis en ligne par Google, avec le site qui est consacré au Material Design, où vous allez pouvoir accéder à des éléments qui sont des éléments de nomenclature, vous allez trouver des icônes et vous allez trouver des composants. Les icônes sont bien entendues basées sur des représentations qui sont proches de la réalité, mais qui ont été considérablement simplifiées. Ces outils sont libres de droits, vous allez donc pouvoir les utiliser et également les adapter en fonction de vos objectifs particuliers. Et puis, il y a également des composants, qui vont vous permettre si vous êtes dans un système de création d'application des éléments modulaires. Par ailleurs, il est intéressant de noter que ces éléments sont disponibles non seulement pour Android qui est dans le système Google, mais également pour des déploiements sur iOS ou pour le web. Vous allez donc pouvoir accéder à tous ces éléments et comprendre comment vous allez pouvoir les mettre en place et les exploiter dans vos mises en page de façon à optimiser l'interaction. Le designer d'interaction va donc devoir trouver le juste milieu entre le skeuomorphisme qui va faire en sorte que les éléments, par exemple de navigation, vont correspondre à la façon de penser de l'utilisateur, et le flat design où ces mêmes éléments vont être simplifiés pour une plus grande clarté, une plus grand lisibilité et in fine, une navigation et une interaction plus facile.

Les fondements du design UX : Conception de l'interactivité

Produisez des interfaces optimisées pour une interaction qui satisfera les utilisateurs avec des parcours plus intuitifs. Optimisez la navigation, le repérage, etc.

2h16 (37 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Spécial abonnés
Date de parution :7 sept. 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !