Déjouer les principaux pièges de la langue française

Concorder sujet de la proposition participiale et sujet de la proposition principale

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Votre formateur vous rappelle une règle essentielle à observer quand vous utilisez une proposition subordonnée participiale : faites en sorte que votre sujet soit le même que celui de la proposition principale.
03:10

Transcription

Un participe présent ou un participe passé peut être la base d'une proposition subordonnée. Quand vous avez un verbe qui se finit par ant, a.n.t, ou é, en début de phrase, vous avez de grandes chances d'avoir une proposition subordonnée participiale. Par exemple : "chemin faisant, nous sommes passés à côté de sa maison". Le participe présent est ici invariable. Il n'a pas valeur d'adjectif, comme dans "un film plaisant". Il décrit bien une action qui est concomitante avec celle du verbe de la principale, en l'occurrence, passé. Autre exemple : "la route étant embouteillée, je suis arrivé en retard". On dit que la première proposition, "la route étant embouteillée" est une proposition subordonnée participiale à valeur de complément circonstanciel de cause. Elle ne peut exister sans la proposition : "je suis arrivé en retard". Son verbe est le participe présent d'être et elle a un sujet propre, "la route", qui ici n'est pas celui de la principale, qui est je. Alors parfois, on n'a pas de sujet. Du moins, il n'est pas explicité. Si je dis : "espérant de vos nouvelles, je vous envoie mes meilleures salutations", le sujet de "espérant", même s'il n'apparaît pas, on sait que c'est moi. C'est aussi le sujet de la principale. Eh bien, il faut savoir que le sujet implicite du participe passé placé en tête de phrase, doit se rattacher au sujet du verbe qui suit dans la principale. On ne peut pas donc écrire : "attendant votre réponse, veuillez agréer mes salutations les plus sincères", car le sujet d'attendre, c'est moi tandis que le sujet de la principale, c'est vous. Même chose d'ailleurs, si je dis : "dans l'attente de votre réponse", je devrais poursuivre en disant "je" puisque c'est moi qui suis dans l'attente et donc, une formule correcte serait : "attendant" ou "dans l'attente de votre réponse, je vous prie d'agréer etc, etc." Avec un participe passé, c'est pareil. Je ne peux pas écrire : "arrivé au sommet, l'orage menaça" puisque le sujet d'arriver, c'est nous ou vous ou n'importe quel grimpeur, alors que "menaça" a pour sujet l'orage. Une tournure correcte serait : "arrivés au sommet, ils furent surpris par l'orage." Quand le participe présent est précédé du petit mot "en", vous savez, "en marchant" par exemple, on a affaire à ce qu'on appelle un gérondif. Cette règle de concordance des sujets s'applique aussi, c'est-à-dire qu'on ne peut pas dire ou écrire : "en travaillant deux fois plus, les bénéfices devraient doubler". Le sujet implicite du gérondif, c'est les salariés de l'entreprise. Celui de "devraient", c'est les bénéfices. Quelque chose ne va pas. On est d'accord ? Donc, dans un tel cas, il faut revoir et réécrire l'une ou l'autre des propositions. On peut très bien résoudre le problème en écrivant : "en travaillant deux fois plus, les salariés devraient permettre à l'entreprise de dégager deux fois plus de bénéfices." Ici, le sujet implicite du gérondif "en travaillant" est bien aussi celui de la principale "devraient permettre." Cela ne demande pas trop d'efforts intellectuels. Encore faut-il savoir repérer ces passages critiques. Ce n'est pas si facile, surtout quand on sait que des expressions populaires courantes intègrent ce type d'erreur. Ne dit-on pas "l'appétit vient en mangeant" ?

Déjouer les principaux pièges de la langue française

Découvrez les principaux pièges de la langue française les plus couramment rencontrés et déjouez-les grâce aux astuces et conseils proposés dans cette formation.

1h18 (39 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !