Photoshop CC 2017 pour les photographes

Comprendre les limites du traitement d'images

Testez gratuitement nos 1271 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Assimilez les avantages des objets dynamiques et du traitement vectoriel dans la manipulation des pixels. Vous verrez également que même si cette solution est séduisante, elle ne peut répondre à tous les problèmes de traitement d'images.
06:12

Transcription

Dans cette vidéo nous allons essayer d'analyser le comportement d'objet. Lorsqu'ils sont faits de pixels en comparaison avec ceux qui sont faits de vecteur ou d'objet dynamique. Dans le groupe constitué ici de deux éléments positionnés dans les « Calques », je retrouve un élément texte. Ce texte est toujours éditable. Je peux par un « Double clic » modifier son contenu et ressaisir un autre texte. Juste en dessous j'ai un calque représentant une image de caméléon. Ce caméléon est un calque contenant un objet dynamique. On peut le voir avec la forme de fichier positionné sur la vignette de représentation. Si je regarde d'ailleurs ce calque, en allant à travers le menu « Édition » et en demandant de transformer manuellement le calque, je m'aperçois qu'il y a eu « 8,85% » c'est-à-dire bien en dehors de sa taille d'origine. Je valide cette opération, et maintenant que nous avons compris ce phénomène, nous allons créer un duplicata de ce calque. Pour ça, je peux prendre le dossier puis le glisser sur la petite page. Ces deux calques que j'ai créés ici sont tous les deux des calques restant modifiables comme le calque de texte que je vais donc sélectionner avec un « Clic droit » sur le nom demander de convertir en objet de pixel. Je vais faire la même opération sur ce calque qui a été réduit ici et qui ne mérite pas plus pour l'instant donc je vais lui demander de le réduire en gardant uniquement les pixels nécessaires à l'affichage qu'il obtient actuellement. Dans ce cas, les éléments ne sont ni des objets dynamiques ni des calques mais uniquement des « Pixels ». Dans ce cas, les objets ne sont ni du texte ni un objet dynamique mais bien des pixels. Lorsqu'on va vouloir manipuler un calque fait de pixel, par exemple pour le transformer avec le raccourci « Ctrl+T », dans le but de le réduire, de l'agrandir ou encore de le pivoter, je vais demander par exemple en cliquant sur ce maillon de chaine de positionner l'élément à « 50% » de sa valeur et je vais lui demander également de pivoter de quelque degré « 15 » par exemple. Si je valide cette opération, les pixels ont été recalculés par rapport à l'image d'origine. En effet, cette image est une image constituée de pixel bien rangé verticalement les uns à côté des autres comme tous les pixels. Mais l'image que j'ai pivoté va donc recalculer les pixels qui seront tous bien rangés en provoquant un effet de liseré ce que l'on appelle du lissage. Si je reviens en arrière sur cette image, je vais pouvoir visualiser le texte tel qu'il a été positionné. Si je devais pour une raison ou une autre revenir en arrière sur mon idée, je pourrais toujours le faire en faisant « Ctrl+T », et en venant réajuster la taille en mettant par exemple « 200% » puisqu'il s'agit ici de l'agrandir deux fois. Mais bien entendu avec le maillon de chaine pour le faire de façon proportionnelle. Et puis je demanderai également de le retourner de « -15 degrés » puisque je l'ai tourné tout à l'heure de 15 degrés pour le remettre droit. Comme vous pouvez constater à ce stade dans tous les cas, le résultat n'est pas fameux. Dès que je vais valider, le logiciel va calculer bien entendu pour obtenir un résultat de meilleure qualité. Mais malgré tout, on peut s'apercevoir ici de l'altération des contours. Si je le compare aux textes d'origines et bien je peux me rendre compte ici effectivement que le texte a été très nettement altéré comme on peut le constater. Le point du « i » par exemple correspondait à un rond parfait ou le « i » rectangulaire ici alors que maintenant on voit que tout est bien haché. Si je me mets à la taille réelle des pixels par un « Double clic » sur la loupe, on voit immédiatement le résultat et donc la perte engendrée par ce réglage. Cela prouve que lorsqu'on va vouloir travailler avec des montages, il faudra être vigilant à ne pas manipuler X fois les montages pour éviter de se retrouver dans des situations désastreuses avec la perte de qualité engendrée. Nous retrouverons le même résultat si je prends le fichier qui est tout en bas et que je choisis de l'agrandir. Je vais d'abord le déplacer, et je vais choisir effectivement par rapport à celui qui est en dessous qui est un objet dynamique de l'agrandir. Je vais donc demander pendant qu'on y est d'agrandir les deux simultanément. Je sélectionne donc les deux et je demande avec le raccourci clavier « Ctrl+T » de faire cette transformation qui va me permettre d'agrandir l'un et l'autre bien entendu. Lorsque je vais les agrandir tous les deux, je vais obtenir d'une part ici un résultat de faible qualité, je valide pour le voir. Mais qui correspond finalement à quelque chose de pas si mal. Mais si je viens demander maintenant de prendre uniquement celui-ci et de le ramener dans le champ nous allons pouvoir comparer l'un et l'autre et nous apercevoir que le résultat ne sera pas du tout le même. Regardons bien en allant chercher ce calque qui a disparu et en le ramenant dans le champ, pour comparer l'un et l'autre. Ici je vois que l'image est toute pixélisée. Je suis à 100%, je vois que l'image n'a une définition que de très faible qualité. Si je me déplace ailleurs pour aller regarder cette originale, lui à gardé l'entièreté de sa qualité d'origine. Et d'ailleurs je peux même vérifier que sur ce calque dit objet dynamique en faisant « Ctrl+T », j'ai encore largement de la marge comme vous pouvez constater puisqu'il n'est qu'à « 28% » de sa taille d'origine. Je pourrais donc sans problème me repositionner ici à la taille initiale 100% sans en avoir perdu aucun élément de détail. Si je faisais la même opération en agrandissant autant l'autre fichier il est évident que la comparaison sera évidemment désastreuse. On va le faire rapidement pour voir. Je vais donc sélectionner ce fichier et lui demander de l'agrandir à peu près dans les mêmes proportions. Je vais lui demander d'agrandir encore puisque je pense qu'on est nettement supérieur à cette taille, je valide. Je vais rapidement masquer une partie de l'image pour bien comparer sur les details. Comme vous pouvez le constater nous ne sommes pas du tout dans la même qualité et évidemment l'objet dynamique présentera un avantage énorme pour pouvoir manipuler les opérations sans perte successive. Par contre, l'objet pixel permettra lui de faire des modifications aux pixels près. On va donc pouvoir se servir de l'un et l'autre en fonction des besoins et nous allons le vérifier à travers les différentes séquences de cette formation.

Photoshop CC 2017 pour les photographes

Découvrez les fonctionnalités spécifiques à la correction d'images avec Photoshop. Utilisez Camera Raw, configurez votre espace de travail, réalisez des sélections, etc.

8h05 (101 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Spécial abonnés
Date de parution :18 janv. 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !