L'essentiel de CINEMA 4D R18

Comprendre les différents types de reflets

Testez gratuitement nos 1326 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Ne confondez pas les reflets spéculaires avec les reflets véritables en lancer de rayon. Étudiez ici les différences entre les deux méthodes.
07:28

Transcription

Nous allons, maintenant, parler de réflection spéculaire et de réflection en lancé de rayon. Dans cette scène : Spec_reflexions, nous avons une simple sphère posée sur le sol. Nous avons deux lumières. Regardez, les lumière se situent assez loin dans l'espace et ce sont des omnidirectionelles. Je reviens là-dedans, maintenant j'appuie sur Alt+R afin d'avoir un rendu interactif, j'augmente sa taille et je vais monter la qualité au maximum. Notez que l'une des lumière projette une ombre pour donner un peu plus corps à la scène. Ce qu'on va regarder maintenant, ce sont les deux lumières que vous voyez là, les deux réflections. Ce sont des réflections spéculaires. Quand je vous parle de spéculaire, qu'est-ce que c'est exactement ? Les spéculaires sont de fausses réflections. Attention pour les plus scientifiques et matheux d'entre vous, spéculaire en 3D veut vraiment dire fausses réflections, c'est le jargon qu'on utilise. Donc ces fausses réflection sont de simples degradés noir et blanc appliqués sur notre sphère. Toute lumière par défaut produit une spéculaire, ensuite, l'afflichage de ces spéculaires dépend d'un matériau, c'est là où nous voyons que les matéraux travaillent vraiment conjointement avec les lumières. Je vais double-cliquer sur mon matériau de sphère qui se trouve là. Dans Réflexion qui est activée par défaut, nous voyons cette fameuse specularité par défaut que je vous ai fait supprimer à chaque fois, cette fois-ci on va regarder comment elle fonctionne. Notre spécularité par défaut nous donne un aspect qui apparaît ici, qui dépend des placements de lumière dans la scène. On va regarder ce qui se passe, si je réduis la largeur, ici. Nous la voyons changer à cet endroit-là, et nous voyons bien deux spéculaires qui correspondent à nos deux lumières. Maintenant je vais augmenter l'intensité spéculaire. On se retrouve avec des highlights, des reflets spéculaires plus importants. Bien sûr ces reflets vont dépendre du placement des lumières, si je les déplace, ces reflets vont se déplacer, et si j'augmente l'intensité de la lumière, ils vont également augmenter. Dans notre spécularité Blinn, donc spécularité par défaut, nous avons plusieurs options intéressantes. Nous avons, par exemple, l'atténuation qui nous permet de créer des highlights qui sont plus plates. A l'inverse, en faisant comme ça, on les rend encore plus pointus. Je remets à 0. Nous avons une largeur interne qui permet d'avoir un dégradé qui fonctionne de manière un peu différente. Si j'augmente la largeur, on obtient des effets très intéressants de ce genre. Voyez que les deux spéculaires se fusionnent. Je vais tout remettre à 0. Pour avoir notre spécularité par défaut je vais simplement augmenter son intensité et diminuer sa largeur afin d'avoir mes deux têtes d'épingle. Cette spécularité par défaut provient de l'ancien système de réflexion de Cinema 4D. Dans les anciennes versions, dans la version 16 nous avions un canal de spécularité distinct de celui de réflexion. A parir de la 16, ils ont fusionné les deux canaux, c'est pour ça que pour des raisons de compatibilité nous gardons cette fameuse spécularité par défaut. Je vais maintenant ajouter un nouveau Calque, et on va chercher une réflection Beckmann standard. Voyez, qu'elle remplace totalement le matériau, donc je vais déjà chercher, tout en bas, la Fresnel, et on va chercher un Fresnel Diélectrique. Nous voyons notre réflection et nous voyons, ici, nos spéculaires. Il faut bien comprendre que ça, ce sont les spéculaires par défaut qui sont ici, si je les désactive, elles diparaissent. Nous avons bien notre Calque par dessus qui symbolise cette réflection générale. Ce Calque lui-même possède des options de spéculaire avec 20 %, pourtant on voit rien. parce que pour faire apparaître ces spéculaires qui sont donc sur le Calque de Beckmann, il faut augmenter la rugosité qui se trouve ici. Si je mets 18 %, on voit effectivement apparaître un deuxième point par dessus l'autre. Je vais remonter la rugosité pour qu'on comprenne bien. Maintenant on voit apparaître une tâche plus large qui se superpose, donc à la spécularité par défaut. Je vais d'ailleurs désactiver la spécularité, revenir sur le Calque et je vais descendre ma rugosité, et maintenant, on la voit apparître. Je vais augmenter l'intensité spéculaire au maximum. Vous voyez bien, ça, c'est la spécularité provoquée par le Calque Beckmann, et ici la spécularité ancienne qui se superpose par dessus. Pour que ça soit plus visible je vais encore réduire la taille, nous obtenons cet effet intéressant. Donc on comprend que la spécularité par défaut, ce Calque-là ne fait pas de vraie réflection. On ne verra jamais le sol se refléter, on ne verra pas l'environement non plus. A contrario, les Calques de type Beckmann, ces quatre modèles de réflection sont capables de gérer à la fois des réflections qu'on appelle Raytrace, donc ce sont de vraies réflections en lancés de rayons que nous réglons ici avec intensité réflexion. Ils sont capables en plus de gérer de l'intensité spéculaire pour renforcer l'effet général. C'est pour ça que nous avons ces deux réglages. Alors, quand est-ce qu'il faut utiliser le spéculaire, quand est-ce qu'il ne faut pas l'utiliser, ça dépend. Ca peut être très intéressant de l'utiliser, moi, personnellement, j'aime bien m'en servir parce que des rendus sont très rapides et parfois ça marche mieux encore que les vraies réflexions. On peut souvent utiliser les deux pour simplement renforcer les effets des uns et des autres. Je voudrais terminer ce chapitre en montrant également quelque chose de très important, c'est que, en plus, nos lumières qui déjà provoquent des spéculaires, peuvent apparaître dans les canaux de réflection Raytrace. Une lumière peut apparaître à la fois dans la speculaire et dans la réflexion. Alors, pour vous montrer ça il va falloir changer mon type de lumière, je vais fermer cette fenêtre, et on va chercher ma lumière qui se trouve ici, et je dois la changer ici, de Omni à Surfacique. Voyez que l'aspect général ne change pas. Cependant, si je vais dans Détails et je descends, on va trouver, ici, les options affichées dans spéculaire déjà. Qu'est-ce qui se passe, si je désactive cette option ? Effectivement, ma lumière, parce qu'on travaille sur la lumière de gauche, on la voit bien parce qu'elle est symbolée ici, nous la voyons disparaître, elle continue à éclairer la scène, à projeter l'ombre, mais elle n'apparaît plus en réflection. Donc je vais la réactiver dans spéculaire. Notez maintenant que nous avons quelque chose de très intéressant ici, c'est Afficher dans les réflections, et si je l'active, nous allons voir apparaître la lumière dans la réflection. Pour le moment on ne voit rien parce qu'elle est certainement trop petite, donc je vais monter ici et je vais augmenter son rayon, et vous la voyez apparaître là. Je vais encore augmenter son rayon, et nous avons ici la réflection qui est concrètement la réflection de notre lumière. Nous avons même en bas une option Multiplicateur de visibilité qui permet d'augmenter encore cette valeur et la rendre plus visible. Si je reviens dans mon matériau, je double-clique ici et je vais dans le Calque Beckmann qui se trouve là, je vais diminuer la rugosité, nous voyons apparaître notre réflection. Ces petits points ici sont normaux, c'est comme ça que fonctionnent les lumières surfaciques, ça peut surprendre, là, évidemment, c'est parce que j'ai mis des valeurs de réflection extrêmes pour bien voir le phénomène, c'est un phénomène qu'on peut améliorer, ça va se passer au niveau de ma lumière, donc je vais la chercher, et nous avons ici : Ajouter du grain. Voyez ça résoud le problème, et ça le rend plus visible. Vous voyez bien qu'il y a de nombreuses manières de faire figurer des lumières et créer des reflets de manière personnalisée dans CINEMA 4D. Le spéculaire est toujours intéressant à utiliser, depuis que CINEMA 4D a remplacé sa scène de réflexion beaucoup de gens ont abandonné le spéculaire, ce qui est une erreur, à mon avis, parce que ça peut permettre de créer des effets très intéressants, des reflets exactement là où vous voulez. On verra ça plus tard, quand on va éclairer notre fusée.

L'essentiel de CINEMA 4D R18

Exploitez toute la puissance de CINEMA 4D. Prenez en main l'interface, utilisez les splines​ et les matériaux​, effectuez des modélisation​s​ polygonale​s​, ​ajoutez de la lumière, etc.

7h57 (91 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !