Les fondements de la couleur

Comprendre les deux systèmes de colorisation

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Il y a deux façons de créer de la couleur, selon que vous utilisiez une technique traditionnelle du type peinture, ou un outil informatique. Parcourez les avantages et limites des deux espaces colorimétriques utilisables.
05:35

Transcription

Nous allons parler maintenant des deux systèmes de colorimétrie, le système additif et le système soustractif. Alors qu'est-ce qui se cache derrière ces mots qui peuvent vous sembler un petit peu compliqués ? On va commencer avec le système soustractif. Ici, nous avons une feuille de papier blanche. Pourquoi est-elle blanche ? Elle est blanche parce que lorsque la lumière arrive dessus, eh bien contrairement au petit pull mauve de tout à l'heure, elle ne capture rien, et donc tout repart. Pourquoi appelle-t-on ça un système soustractif ? Au départ, notre feuille de papier est blanche. On peut dire que cette feuille blanche, c'est donc le maximum de luminosité. Maintenant, je vais commencer à dessiner par-dessus avec un feutre virtuel et je vais mélanger des couleurs. Eh bien cette feuille va devenir de moins en moins blanche. Cette feuille, au fur et à mesure que je vais dessiner dessus, va capturer de plus en plus de rayons lumineux, elle va capturer un maximum de couleurs. Ce qui fait qu'à force de dessiner dessus, je peux aller jusqu'au noir, si je veux. Donc on appelle ça le système soustractif puisque, plus on rajoute des informations, c'est à dire de la couleur, moins il y a de lumière qui repart. Voilà pourquoi le système soustractif s'appelle ainsi. Et en fait, c'est le système que vous utilisez tout le temps lorsque vous travaillez à l'aquarelle, lorsque vous travaillez à la peinture, aux crayons de couleur. Au fur et à mesure que vous dessinez sur celle-ci, elle capture de la lumière, elle capture des informations, elle soustrait. Dans le système additif, c'est autre chose. Si votre écran est noir, c'est parce que vous ne l'avez pas allumé. Ici je symbolise un écran qui n'est pas allumé, donc on met de l'énergie, on met de la lumière et là, une image apparaît. C'est pareil pour tous vos écrans, que ce soit l'écran du mobile, l'écran de l'ordinateur, l'écran de la télévision. Donc dans le système soustractif, au départ la base est blanche là où il y a le maximum de lumière, et dans le système additif au contraire, sans énergie, l'image est noire. Alors une des particularités du système additif, c'est lorsque l'on va vouloir modifier une image. Là on est en RVB, je vais le positionner de côté pour que voyiez bien le résultat. Supposons que je prenne la couche du rouge, puisque là j'ai trois couleurs primaires dont on a déjà parlé, le rouge, le vert, le bleu. Si je diminue le rouge, j'arrive sur des cyans. Si j'augmente le rouge, là je vois un peu plus que je vais vers du rouge, et encore, c'est beaucoup plus du rose. On va se rendre compte que corriger les couleurs en mode RVB, c'est bien plus difficile. Vous voyez que là, quand je baisse le vert, j'ai beaucoup plus de magenta qu'autre chose. Néanmoins il faut savoir que tous vos écrans fonctionnent en RVB. Alors quand on utilise des logiciels professionnels comme Photoshop, on passe dans ce qui s'appelle le mode quadri, et là on va retrouver un mode de mélange de couleurs qui est beaucoup plus proche du système soustractif. Mais en fait, l'ordinateur fait ça parce qu'il est bien gentil, il sait qu'il travaille avec des humains et que ces humains ont besoin de se repérer dans les couleurs de façon un peu simple. Donc nous avons vu cette notion théorique, qui est un petit peu difficile à comprendre des fois, qui est celle du système soustractif et du système additif. Il nous reste une petite chose à voir, qui a son importance pour les illustrateurs, c'est : que recouvrent, en termes de gamme de couleurs, ces différents ensembles ? Pour cela, on va d'abord partir de toutes les couleurs qui existent, symbolisées avec la mappemonde. On va dire que cet ensemble, défini par ce trait bleu, ce sont toutes les couleurs qui existent. Est-ce que notre oeil peut tout voir ? Eh bien non, notre oeil y voit moins que toutes ces ondes qui existent et vous savez qu'il y a des couleurs, comme les infrarouges, que l'oeil humain ne peut pas percevoir. Donc notre oeil, c'est déjà un ensemble de couleurs plus restreint que tout ce qui existe. Alors les écrans ? Les écrans peuvent afficher des millions de couleurs. Selon qu'ils soient plus ou moins performants, on peut arriver à des nombres vraiment impressionnants. Néanmoins il y a des couleurs, en système donc additif, en système RVB, qu'on ne peut pas visualiser à l'écran. Le doré, les couleurs fluo, les couleurs argentées, tout ce qui brille, eh bien non, on ne peut pas représenter ça à l'écran. On peut les choisir sur un logiciel comme Photoshop, je peux dire : je choisis un Pantone doré, mais mon écran va m'afficher un jaune un petit peu marron, il ne va pas briller. Donc le système RVB permet de montrer beaucoup de couleurs, mais pas tout ce que l'oeil perçoit. Et maintenant, quand on va passer au système soustractif en impression, c'est-à-dire avec quatre couleurs de base qui sont le cyan, le magenta, le jaune et le noir, eh bien il y a encore des couleurs qu'on ne va pas pouvoir reproduire. C'est pour ça que c'est une notion très importante, de savoir que si vous faites vos illustrations en RVB, que ces illustrations sont comprises dans une gamme de couleurs entourée par le vert ici et qu'elles sont destinées strictement à être vues sur des écrans, il n'y a aucun problème, toutes vos couleurs seront reproduites, plus ou moins parfaitement selon la qualité des écrans de la personne qui va visualiser votre travail. Mais dès que vous allez passer en illustration imprimée, toute cette partie-là ne sera pas visible, c'est à dire que si vous avez fait des couleurs extrêmement saturées, des verts très pointus en termes de vert printemps, des roses fuchsia, tout ça va devenir beaucoup plus fade. Voilà, on a vraiment fait le tour, dans cette partie, des deux systèmes colorimétriques, de leur fonctionnement et de leurs limites.

Les fondements de la couleur

Apprenez et maîtrisez les fondamentaux et les subtilités de l'utilisation de la couleur. Créez des ambiances, captez l’attention, ajoutez de nouvelles possibilités à vos créations.

2h58 (32 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
Spécial abonnés
Date de parution :30 nov. 2015

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !