Exchange Server 2016 : L'administration

Comprendre les bases de données de boîtes aux lettres

Testez gratuitement nos 1268 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Assimilez le fonctionnement des bases de données de boîtes aux lettres d'Exchange Server 2016. Étudiez également le rôle des fichiers des bases de données.
07:08

Transcription

Toutes les boîtes aux lettres sont stockées dans des bases de données. Le contenu des fichiers, les emails, etc sont bien stockés dans des bases de données. La configuration des boîtes aux lettres est stockée au niveau de l'AD. On va parler des bases de données Exchange. Au niveau des bases de données : une base de données Exchange est portée par des fichiers physiques comme toutes les bases de données traditionnelles. Vous avez ESE : Extensible Storage Engine qui est le moteur de stockage des données. Dans ce format, les données des boîtes aux lettres sont organisées sous forme de page. Qu'est-ce-que c'est qu'une page ? Que contient une page ? Une page contient un en-tête. Par exemple, chaque page a un identifiant et l'en-tête contient l'identifiant. Des pointeurs vers d'autres pages. Les pages ont une taille fixe de 32 Ko. Donc imaginez une pièce jointe dans un message qui fait par exemple, plusieurs méga octets, il faudra plusieurs pages pour stocker tout le fichier. Il y a donc des pointeurs qui indiquent où se trouve le contenu suivant. Vous avez aussi une somme de contrôles dans la page pour vérifier son intégrité. C'est un mécanisme classique, un set de contrôles. Et vous avez évidemment les données elles-mêmes. Chaque page a une taille fixe de 32 Ko, ce qui fait qu'une base de données de 200 Go par exemple, contient environ 6,5 millions de pages. Vous obtenez ce résultat en divisant 200 Go par 32 Ko. Vous avez beaucoup de pages en réalité dans une base EDB. Chaque page possède un numéro interne qui est incrémenté à chaque modification de la page. Ce numéro interne permet notamment de comparer deux pages avec le même identifiant. En effet il faut savoir si l'une des deux pages a été modifiée. Par exemple, quand vous avez une base de données qui est répliquée sur un autre serveur au sein d'un DAG il faut déterminer quelle est la plus récente. C'est la page qui possède le numéro le plus élevé qui est la plus récente. Toutes les modifications faites par les utilisateurs dans la base de données, sont sous forme de transactions. Qu'est-que-c'est une transaction ? C'est défini explicitement grâce à une série d'instructions reçues par la base de données. Autrement dit, vous avez la base de données qui contient les fichiers et les emails par exemple, qui reçoit une instruction qui lui dit : une transaction débute. À partir de ce moment-là, le rôle du moteur ESE précisément et d'assurer et de garantir l'unicité de la transaction, et de garantir aussi que cette transaction soit elle va jusqu'au bout et elle sera enregistrée, soit il y a le moindre problème, et dans ce cas-là, elle ne sera pas enregistrée. Elle sera tout bonnement annulée, comme si elle n'avait jamais eu lieu. Au niveau de l'organisation physique des données. Vous avez des fichiers avec une extension .log. Ce sont les fichiers journaux de transaction. Ce sont les premiers fichiers qui contiennent les informations, c'est-à-dire que ces fichiers, là vous avez des exemples sous les yeux, sont alimentés en premier quand un email est créé par exemple bien évidemment, tout de suite après la mémoire. La taille de ces fichiers est volontairement limitée à 1 Mo pour qu'ils puissent être transmis rapidement notamment à l'intérieur d'un DAG. Combien de temps finalement les données sont gardées en mémoire avant d'être écrites dans des journaux de transaction ? À dire vrai, cela dépend de la charge du serveur. Il n'est pas possible de donner une durée fixe. Généralement, le serveur va le faire assez rapidement quand même. Il n'y a aucun intérêt à le garder en mémoire. Mais elles vont être gardées en mémoire un certain temps, écrites dans le fichier transaction et ensuite, elles sont écrites dans le ficher EDB et supprimées de la mémoire. Effectivement, ces opérations se succèdent en permanence. Il faut imaginer quand même que ça va très vite. Mais cela dépend de la charge du serveur. Finalement, le fichier EDB contient toutes les données certes, mais en réalité, les journaux de transaction ont l'information avant le fichier EDB. Il y a d'autres fichiers aussi : vous avez le fichier CHK dont le rôle est d'assurer la cohérence entre les mises à jour écrites dans le fichier EDB et dans les journaux de transaction. Autrement dit, vous avez plusieurs pointeurs qui permettent de savoir jusqu'où les fichiers de journaux de transaction ont été écrits dans le fichier EDB notamment. Il y a aussi des fichiers qui ont une extension .jrs. Il y en a dix précisément. Ce sont des fichiers journaux temporaires. Exchange utilise des fichiers temporaires pour des raisons de sécurité, notamment vous avez un fichier, par exemple E00tem.log qui est créé en avance pour pouvoir servir de fichier lorsque la mémoire tampon des journaux est vidée. Le fichier E00tem.log est renommé aussitôt évidemment un autre est créé derrière, de façon à ce que Exchange ne perde jamais de temps à attendre qu'un fichier soit créé pour alimenter un fichier journal. Les autres fichiers temporaires sont utilisés pour suppléer à des manques éventuels d'espace disque. Alors c'est une situation qui n'est pas souhaitable évidemment, mais si à un moment il n'y a plus du tout d'espace disque là où Exchange enregistre les journaux de transaction ou la base EDB, il va utiliser les derniers fichiers journaux disponibles temporaires pour écrire ce qu'il reste en mémoire, et il va s'arrêter. Après, il n'y aura plus que l'administrateur qui pourra se connecter sur le serveur Exchange. En cas d'enregistrement circulaire activé, à ce moment là, cela veut dire que les données de la mémoire sont écrites dans le fichier EDB et les fichiers journaux correspondants à ces données sont supprimés. Autrement dit, les fichiers journaux vous en avez, mais vous en avez assez peu finalement puisque les données sont écrites très fréquemment dans le fichier EDB. Les fichiers journaux dont le contenu est écrit dans le fichier EDB, sont tout simplement supprimés. Si vous n'avez pas mis en oeuvre un groupe de disponibilité des bases de données, ce qu'on appelle un DAG, Data Availability Group, vous n'activez pas l'enregistreme nt circulaire car il faut au contraire, garder les fichiers journaux sinon il y a un risque de perte de ces données redondantes. C'est pour cela qu'il est conseillé, si vous n'avez pas de DAG, de ne pas activer l'enregistrement circulaire. Pour un DAG avec des copies multiples, en revanche, il est conseillé d'activer l'enregistrement circulaire tout simplement parce que sinon, vous allez héberger beaucoup de fichiers journaux de manière un peu inutile car ils seront redondants. On parle dans ce cas de réplication continue. Vous avez maintenant une vision plus globale du fonctionnement des fichiers de transaction et du fichier EDB dans le cas d'Exchange.

Exchange Server 2016 : L'administration

Prenez en main l'administration d’Exchange Server 2016. Passez en revue les manipulations pour les tâches de gestion des utilisateurs, les tâches de surveillance de base, etc.

2h29 (32 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Thématiques :
IT
Administration réseau
Spécial abonnés
Date de parution :9 mars 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !