Linux : Les services système

Comprendre le principe des démons

Testez gratuitement nos 1270 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Un démon est un processus qui s'exécute en tâche de fond. Dans cette vidéo, vous découvrirez à quoi servent les démons et vous constaterez leur présence permanente dans la machine.
04:19

Transcription

On va s’intéresser cette fois au daemon. On va s’intéresser au service qui tourne en tâche de fond. On a vu, il y a un certain nombre de services qui tournent déjà en tâche de fond : on a le serveur « ssh » qui tourne, on peut avoir le serveur web qui tourne. Si je fais la commande « ps -ef » et puis je vais faire un petit « less » derrière. Je vois tout pleins de programmes qui fonctionnent sur la machine. La différence qu’on va avoir entre les daemons, programmes qui sont des daemons et ceux qui ne sont pas des daemons, c’est que d’une manière traditionnelle, les programmes que je vais manipuler, on en voit un ici, la commande « ps », c’est un programme que je manipule quand je tape ma commande « ps -ef », il m’affiche le résultat du fonctionnement de la commande « ps » à l’écran. « À l’écran », ça veut dire quoi ? C’est sur le terminal. Mon processus « ps » quand il va fonctionner, lui, il est connecté à deux sorties : il a la sortie standard qu'on voit ici, qui est associée à l’écran et il a également une sortie d’erreurs. Si je passe des options stupides comme celle-là, il m’affiche le résultat sur l’écran également, donc la sortie d’erreurs est également connectée à l’écran. Le processus « ps » qui est un processus interactif, ce n’est pas un daemon, ce n’est pas un service, il est connecté sur le terminal, en sortie. Et ça va un petit peu plus loin puisque ma commande « vi » par exemple, qui est un éditeur, mon « vi », lui, il est connecté en sortie sur le terminal, on le voit, il affiche des choses sur le terminal. Mais si jamais je passe en mode insertion, en faisant « a » ou « i », tout ce que je tape va être envoyé au programme « vi ». Ça veut dire quoi ? Ça veut dire que « vi » va aussi recevoir des informations sur l’entrée via clavier. Et donc le programme « vi » est connecté au clavier, via ce qu’on va appeler l’entrée standard. La plupart des processus qu’on va avoir sont donc associés aux terminaux et quand ils veulent s’exprimer, quand ils ont quelque chose à dire, ils vont le dire sur le terminal. Quand on veut communiquer, nous, avec eux, comment est-ce qu’on va communiquer avec eux ? On va communiquer avec eux en passant par le terminal. Et ça, c’est le cas de la plupart des processus qu’on va avoir sur la machine. Je vais quitter mon « vi » ici. Je vais faire « :q », Échap, « :q! ». Pour les processus qui ne sont pas rattachés aux terminaux. Quels processus ne sont pas rattachés aux terminaux ? Ce sont tous les processus qui ont été lancés sous forme de service pendant le boot de la machine. On a « sshd » qui a été lancé comme ça, on a « rsyslog » qui a été lancé comme ça, je vois ici à l’écran, j’ai le serveur web httpd qui a été lancé comme ça. La caractéristique de ceux-là, c’est qu’ils ont été lancés pour le moment pendant le boot de la machine par systemd ou par un outil système si vous avez un autre système. Ils ne sont pas lancés depuis un terminal. Ils sont complètement détachés du terminal. Ils fonctionnent derrière, en tâche de fond. Mais ça, ça a un impact qui est direct, qui est que quand ils ont quelque chose à dire, il n’y a pas de terminal sur lequel ils vont pouvoir le dire. Ils ne sont pas rattachés à un terminal, donc ils n’ont pas de sortie connectée à un terminal. De la même manière, quand on va vouloir communiquer avec eux, pour communiquer avec eux, on ne pourra pas passer par le clavier comme je le fais ici dans mon « shell ». Mon « shell », il écoute ce que je dis sur le clavier. Il écoute ce que je dis sur le clavier parce que le clavier fait partie du terminal, et donc reçoit sur son entrée standard les informations du terminal. Mon httpd ne reçoit rien provenant du clavier. Il va falloir avoir des mécanismes quand on va vouloir dialoguer avec le service pour pouvoir d’une part savoir ce qu’il a à dire, et d’autre part être capable de lui envoyer des informations. Et c’est là la caractéristique de ce qu’on va appeler un daemon sous Unix. C’est beaucoup plus général que juste sous Linux. Un daemon sous Unix, c’est un programme qui tourne en tâche de fond, complètement déconnecté des terminaux de la machine. Il n’est pas rattaché à un terminal. Et ce daemon, il a pour rôle, d’offrir un service à d’autres processus ou à des utilisateurs locaux ou à des utilisateurs distants. Et son fonctionnement est géré par le mécanisme « unit » et géré par, soit par des scripts de démarrage, soit ici dans notre cas, des programmes lancés par systemd. La caractéristique du daemon, c’est qu’il est détaché du terminal, il est géré par systemd et il fonctionne en tâche de fond. On ne le voit pas au niveau de nos terminaux. On ne peut pas interagir avec eux au niveau de nos terminaux.

Linux : Les services système

Découvrez les services qui tournent en permanence sur votre système et adaptez-les en fonction de vos besoins. Abordez la gestion des logs, la synchronisation horaire, etc.

2h16 (22 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Thématiques :
IT
Systèmes d'exploitation
Spécial abonnés
Date de parution :25 avr. 2017

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !