Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

SQL Server 2016 : Diagnostic

Comprendre l'architecture de SQL Server

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Découvrez l'architecture du moteur de SQL Server. Il s'agit notamment des moteurs relationnels et de stockage.
04:03

Transcription

Avant d'aborder plus avant l'architecture précise de SQL Server, juste un mot plus global sur ce qu'on appelle la dichotomie des moteurs, c'est à dire la séparation des moteurs dans les systèmes de gestion bases de données relationnelles, SGBDR, comme SQL Server. A ce titre, SQL Server se comporte comme tous les moteurs de bases de données relationnelles, Oracle, MySQL, PostgreSQL, etc. Il est séparé en deux grandes unités ou entités qui sont d'abord, le moteur relationnel qui interprète et exécute le code SQL. Pour vous donner un exemple, vous envoyez une requête SQL à votre serveur SQL server. Le moteur relationnel va prendre en charge la requête, il va l'analyser, la comprendre, créer un plan d'exécution, ensuite l'exécuter. Donc le moteur relationnel va prendre en charge toute la compréhension logique de la requête. On est sur un niveau logique, quand vous faites une requête Select, finalement vous exprimer ce que vous voulez obtenir des données à partir d'une table par exemple. Mais vous ne dirigez en rien la façon dont SQL Server va utiliser le stockage. Vous ne dites rien de physique, vous ne dites pas utiliser un index, ou vous ne dites pas va chercher sur le disque, parce que vous ne savez pas, ce n'est pas à vous de savoir, c'est à SQL Server. Donc cette partie physique est prise en charge par le moteur de stockage, qui comme son nom l'indique gère le stockage que ce soit en mémoire, en RAM ou sur le disque. Gère également les éléments transactionnels. Donc le moteur de stockage est la partie physique, alors que le moteur relationnel est la partie logique si vous voulez. Entre les deux, il y a une nette séparation, ce qui fait que vous pouvez faire un Select sur une table, qui peut être en mémoire, sur le disque, partitionnée ou non. Et tout ça est géré par le moteur de stockage. Vous créez une transaction, le moteur de stockage va récupérer les données, placer des verrous sur des lignes par exemple, pour protéger ces lignes d'une autre action transactionnelle concurrente. C'est vraiment la partie physique, et la séparation entre les deux, ça a été quelque choses de très important dans les moteurs relationnels. Ça permet beaucoup plus de souplesse. Donc cela étant dit, un tout petit peu plus plus de détails sur l'architecture générale. Nous avons ici le moteur relationnel qui comporte quelques modules, mais les plus importants sont le moteur d'éxécution et le moteur d'optimisation. On aura l'occasion d'en reparler. Donc, quand une requête arrive, elle va être optimisée pour qu'on trouve un plan d'exécution, et ce plan va être exécuté ensuite par le moteur relationnel. L'exécution va déclencher des appels au moteur de stockage, donc le voilà, et puis nous avons quelques autres modules périphériques si vous voulez, notamment tout en haut une couche protocole. Évidemment on fait des appels à travers le réseau pour lancer des requêtes et obtenir des résultats. Donc, il y a bien un protocole de communication en en TCPIP par exemple, et le protocole au niveau de l'application qui s'appelle TDS, pour Tabular Data Stream. Si vous voyez un jour passer le mot TDS dans une erreur par exemple, et bien regardez si le réseau est bien configuré. Ensuite plus bas, on a une couche qui s'appelle SQL OS, et dont on va reparler abondamment dans cette formation, qui est une couche qui adressse aussi directement que possible les ressouces de la machine, notamment le temps processeur et la mémoire vive. C'est intégré dans SQL Server parce que comme SQL Server est un serveur qui a beaucoup besoin de ressources et qui connait ces besoins en interne, et bien il est plus efficace de les adresser directement dans SQL Server que de faire confiance au Rooting par défaut ou global de Windows. On aura l'occasion d'en reparler. Et puis j'ai mis ici quelques outils comme DBCC, et c'est vraiment des outils qui sont transverse. Qui vont pouvoir analyser ou obtenir des informations sur le moteur transactionnel, sur le moteur de stockage, sur SQL OS, etc.

SQL Server 2016 : Diagnostic

Prenez en main les outils de diagnostic intégrés à SQL Server. Soyez en mesure de comprendre et d'analyser les problèmes de performance rencontrés le plus fréquemment.

1h58 (20 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Logiciel :
Spécial abonnés
Date de parution :14 déc. 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !