Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

Gérer un projet collaboratif web

Comparer les méthodes et les approches

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Vous allez faire la différence entre la méthode et l'approche collaborative. Puis, examinez les points forts de l'approche agile.
07:06

Transcription

Le web existe maintenant depuis le milieu des années 90. Nous avons donc des retours d'expérience à la fois sur les méthodes et sur les approches. Il faut dire également que l'informatique est encore antérieure et qu'elle était elle-même porteuse de méthodes et d'approches. Nous allons donc faire le point sur ceci. Premièrement, il va falloir en tout état de cause prendre en compte l'environnement dans lequel vous allez travailler. En particulier, la taille de l'entreprise va compter énormément, mais le périmètre du projet autant. On peut très bien avoir une très grande entreprise sur un tout petit projet ou l'inverse. Le « workflow », le flux de travail de l'entreprise, tel qu'il est organisé, va compter énormément surtout si vous êtes le prestataire qui devra réaliser le projet web. Et puis, la structure matricielle, l'organisation du travail à l'intérieur de cette entreprise, sera également très importante. On a beaucoup parlé de silos. Dans les grandes entreprises et dans les administrations, on a tendance à avoir une organisation qui va être étanche sinon par service, du moins par processus. Ces silos vont être organisés avec des structures qui vont être différentes, on est donc dans une structure qui sera plurimatricielle. Alors la question est : faut-il casser les silos ? On s'est rendu compte que lors d'une gestion de projets collaboratifs ou lors d'une gestion de projets collaboratifs web, casser les silos pouvait être directement contre-productif et mener le projet au désastre. Il est donc préférable de trouver une approche transverse. Nous ne sommes pas ici pour révolutionner ce qui se passe chez notre client, mais pour lui fournir le meilleur produit possible au final. Voyons comment fonctionne un processus de communication et de partage. Nous sommes ici dans un système hiérarchique et nous allons avoir un employé, un collaborateur qui va avoir une idée. Cette idée va être soumise à son supérieur hiérarchique qui, lui, à un moment donné, va décider de la validité ou du rejet de cette idée. Il s'agira donc d'approbation. Et une fois que cette idée aura été approuvée au niveau hiérarchique, elle sera partagée avec les autres collaborateurs de l'entreprise qui, ici, ne pourront pratiquement plus intervenir sur cette idée, ou s'ils interviennent sur cette idée, c'est parce qu'elle aura été validée hiérarchiquement. Une idée rejetée ne sera pas remise dans la boucle. Dans un processus de communication et de partage qui serait transverse, la même personne va avoir une idée, mais au lieu de transmettre cette idée à son supérieur hiérarchique, elle transmettra son idée et elle la partagera avec ses collaborateurs, avec ses co-travailleurs. Ceux-ci vont pouvoir discuter de cette idée, vont pouvoir la valider et elle va retourner vers le producteur initial de l'idée qui, avec les remontées d'information qu'il aura, va pouvoir enrichir cette idée. Bien entendu, elle finira par être proposée à la hiérarchie, mais lorsqu'elle aura été proposée à la hiérarchie, elle aura eu le temps de maturer et elle aura eu le temps d'être enrichie. Des approches ont été théorisées, notamment la fameuse approche « agile » dont vous avez déjà probablement entendu parler. Et nous allons faire le point ensemble sur cette approche « agile ». Tout d'abord, il s'agit d'une approche, il ne s'agit pas d'une méthode. D'autre part, dans l'approche agile, nous n'allons pas parler de gestion de projets, mais nous parlerons de gestion de produits. Ensuite, nous allons travailler dans un système qui sera beaucoup plus empirique que prédictif. Et puis, tant qu'à faire, nous substituerons l'implication au contrat. Nous serons dans un mode de travail qui va reposer sur des exigences et des fonctionnalités. Alors, il y a une idée reçue qui dit que sur un projet « agile », il n'y a pas de spécifications, pas de plans, il n'y a pas de processus, il n'y a pas d'outils et il n'y a même pas de contrat. Nous allons voir que, bien entendu, tout ceci est faux. Il s'agit d'une approche qui va venir se superposer aux relations commerciales normales qui existent entre une entreprise avec par exemple des cahiers des charges et puis des contrats. Le manifeste « agile », lui, va au processus et aux outils, préférer les individus et leurs interactions. À la documentation exhaustive, il va préférer la mise en place de logiciels opérationnels pour la gérer. À la négociation contractuelle, il va préférer bien entendu une collaboration, voire une co-création avec les clients. Et puis, au suivi d'un plan qui serait trop strict, il va préférer l'adaptation au changement. Dans la méthode « agile », on va parler d'entrer dans la mêlée. Il s'agit de la méthode " Agile Scrum ». « Scrum » voulant dire en anglais « mêlée ». Nous allons avoir ici essentiellement un « product owner », c'est-à-dire un responsable du produit. Nous allons être en présence d'un « Scrum master » qui est garant de la méthode. Et nous allons avoir un « team », qui va être une équipe de développement. Le processus « Scrum », dans la réalisation d'un projet, va fonctionner sur d'abord un « backlog produit ». Il s'agit d'une liste hiérarchisée des exigences qui peuvent être fonctionnelles ou non fonctionnelles. Il peut très bien s'agir d'exigences d'images de marque Et puis, on va ensuite réaliser un certain nombre d'itérations que l'on appelle des « sprints » pour lesquels on procédera également à un « backlog », c'est-à-dire à une liste hiérarchisée des objectifs de l'itération. Et puis, nous allons procéder ensuite à l'itération. Cette itération va se déployer sur des durées qui peuvent être variables, aller de deux à quatre semaines, avec des mêlées quotidiennes qui sont des réunions debout où, en un quart d'heure, chacun va pouvoir expliquer ce qu'il a fait dans les 24 heures précédentes, les objectifs qu'il a atteints, les problèmes qu'il a rencontrés et comment il compte régler tout ça dans les prochaines 24 heures. Et puis, le sprint sera remis dans la boucle autant de fois qu'il faut pour pouvoir, au final, gérer le meilleur produit possible. Il y a quelques précautions à prendre dans le déploiement de ce type de méthodes. Premièrement, il va falloir éviter le dogmatisme. Ensuite, il est très clair que l'approche « agile » n'est pas une absence de contractualisation. Il va falloir que les relations commerciales traditionnelles soient bien entendu respectées, tout simplement pour des raisons budgétaires. Et puis, il faut comprendre que le sage va vous montrer la lune et le fou va regarder le doigt. Ici, la lune, c'est le produit, et le doigt, c'est la méthode. ll va donc falloir se concentrer sur les objectifs de réussite par rapport à la mise en ligne par exemple d'un site web ou d'un applicatif web et non pas se focaliser complètement sur la méthode. Vous voyez que nous avons, au final, des méthodes qui sont déjà existantes et qui vont pouvoir nous aider à mettre en place des méthodes de gestion collaborative de nos projets.

Gérer un projet collaboratif web

Gérez un projet web qui implique plusieurs intervenants ou prestataires. Mettez en place un travail collaboratif qui optimisera les processus et assurera le succès des projets web.

1h20 (24 vidéos)
Aucun commentaire n´est disponible actuellement
 
Spécial abonnés
Date de parution :23 juin 2016

Votre formation est disponible en ligne avec option de téléchargement. Bonne nouvelle : vous ne devez pas choisir entre les deux. Dès que vous achetez une formation, vous disposez des deux options de consultation !

Le téléchargement vous permet de consulter la formation hors ligne et offre une interface plus conviviale. Si vous travaillez sur différents ordinateurs ou que vous ne voulez pas regarder la formation en une seule fois, connectez-vous sur cette page pour consulter en ligne les vidéos de la formation. Nous vous souhaitons un excellent apprentissage avec cette formation vidéo.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions !