Jeff Weiner – Le management compassionnel

Comment utiliser le management compassionnel pour doper les résultats ?

Testez gratuitement nos 1300 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Jeff Weiner explique comment le management compassionnel contribue à doper les résultats et souligne l'importance de la prise rapide de bonnes décisions, favorisée par la confiance et la compassion.
03:33
  Ajouter à vos favoris

Transcription

Comment utiliser le management compassionnel pour doper les résultats ? En fin de compte, deux des moteurs essentiels de la création de valeur durable pour une entreprise sont la rapidité et la qualité de ses décisions. En étudiant l'historique des sociétés qui ont généré une énorme valeur, vous ne compterez pas plus de 10 décisions marquantes dans le parcours de chacune. Problème : ces décisions ne sont identifiables que rétrospectivement. En cultivant la confiance et grâce au management compassionnel, votre équipe et vous pouvez prendre plus vite de bonnes décisions. Si vous n'êtes pas compatissant, vous ressassez sans arrêt les intentions et les motivations potentielles des uns et des autres : le motif de leur désaccord, la raison de leur attitude, ce qu'ils tentent d'accomplir à vos dépens, etc. Essayez de multiplier cet effet à l'échelle de plusieurs centaines ou milliers d'employés… je vous laisse imaginer ! Cela vous coûte les yeux de la tête car ce temps serait bien mieux employé à lutter contre la concurrence, se renseigner davantage, améliorer une décision, réviser un jugement ou se former. La compassion offre un socle solide dans tous les cas. Reid a mentionné un autre point capital que je veux développer : l'idée que la compassion serait pour les faibles, un concept new age gentillet et lénifiant. Les gens les plus forts sont les plus compatissants. La compassion inconditionnelle requiert une force quasi surhumaine, de l'assurance et le sens de son identité. Ne laissez personne vous faire remettre cela en question. Et ne tombez pas dans le piège des doutes, faiblesses et émotions : dépassez tout cela et mettez-vous à la place de votre interlocuteur. Je vais vous donner un autre exemple de la force nécessaire. On me demande très fréquemment : « Avec votre management compassionnel, arrivez-vous à licencier ? Les deux idées semblent incompatibles. » En réalité, quand un collaborateur ne s'en sort pas, la pire chose que vous puissiez faire est de le maintenir à son poste. Pour ceux d'entre vous qui ont travaillé aux côtés de quelqu'un qui a des difficultés à assumer son rôle, c'est un douloureux spectacle. Cette personne perd son assurance, le sens de son identité ; vous la voyez devenir progressivement l'ombre d'elle-même. Elle ne cesse de s'enliser et cela finit par affecter son équipe, qui perd en efficacité. Vous-même perdez en efficacité en la maintenant ainsi à son poste. Sans compter que cela affecte aussi ses proches. En occultant le problème et en le laissant persister pour éviter de prendre une décision difficile, tout s'envenime et cette personne souffre encore plus. Dans ce genre de cas, la meilleure chose à faire est d'abord de lui enseigner les compétences requises et de la coacher si nécessaire pour doper son efficacité. Faute de résultats, il faudra la licencier de manière aussi constructive et compatissante que possible. S'il y en a qui trouvent que c'est gentillet ou lénifiant, essayez pour voir ! C'est l'une des responsabilités les plus ardues à assumer.