Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

Organisation et traitement d'images : Série hebdomadaire

Comment reconnaître la signification des icônes des outils dans Photoshop ?

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Tous les vendredis, avant de partir en week-end, suivez les astuces d'Yves Chatain pour les photographes ! Dans cette série hebdomadaire, vous verrez des fonctions analysées en organisation et en traitement d'images, pour progresser ou vous faire plaisir. Vous aborderez également des fonctionnalités cachées, ou parfois un simple accès rapide à quelque chose qui semble complexe. Cela concernera les logiciels de traitement d'images comme Photoshop ou Lightroom, ou d'organisation des images comme Bridge. Vous découvrirez aussi des astuces concernant votre système d'exploitation, ou tout ce qui est utile pour vous aider ou vous amuser !
05:05
  Ajouter à vos favoris

Transcription

Bonjour et bienvenus pour un vendredi où je ne vous apprendrai rien de spécifique à Photoshop dans ses fonctionnalités, ni dans une moindre astuce. On va simplement faire un petit retour en arrière pour comprendre à quoi correspondent les différentes icônes, ou plus exactement quelques unes d'entre elles qui ont une véritable histoire. Si un lasso permet d'encercler les pixels, c'est assez logique, une petite pipette, de prélever une encre; un sparadrap, de réparer une plaie; un pinceau, de peindre; un tampon, de dupliquer; certaines formes vont êtres plus difficiles à comprendre. La gomme bien sûr vient évidemment gommer les pixels. On va s'attarder sur des outils comme celui-ci. Tout le monde le connaît et sait à quoi il sert mais pourquoi cette icône ? Si on regarde, rentrant quelques années en arrière, la période argentique. On utilisait des margeurs par exemple sous un agrandisseur. Un margeur était un appareil qui permettait de mettre un papier photosensible et de l'exposer mais avec des lames qui protégeaient le tour de l'image de l'exposition ce qui permettait d'obtenir ce genre de résultats comme vous retrouverez dans les photos anciennes une photo en noir et blanc avec une zone blanche tout simplement parce qu'avec nos lames on l'a interdit d'exposition de la lumière. On va continuer pour voir exactement la signification de l'icône avec une photo professionnelle de l'époque sous la forme argentique faite à la chambre photographique. Ici 4x5 inches donc des formats grands pour des diapositives qu'on appelait alors des ektas. Cette appellation est d'ailleurs une appellation erronée puisque l'ekta est également la même chose que le frigidaire qui n'existe pas puisque ce sont des marques déposées. C'était donc une diapositive géante sur laquelle on pouvait, sur une table lumineuse, quand on était photographe, définir le cadrage On le mettait dans une petite pochette plastique transparente et l'on venait avec deux équerres tout simplement prendre une équerre et la positionner puis une autre et la positionner sur la table lumineuse pour définir la zone de cadrage qui nous intéresserait. Je viens cadrer ici. Tiens c'est étrange, ça me rappelle quelque chose. Effectivement ces équerres permettaient de délimiter la zone de l'image. Et comme vous pouvez le constater, on retrouve bien cette représentation graphique dans l'outil Recadrage. On peut constater également que lorsque vous voyez un peintre travailler en pleine nature, il vient régulièrement positionner ses mains sous cette forme pour cadrer et se rendre compte du résultat de ce qu'il souhaite obtenir en faisant abstraction de tout ce qu'il y a autour. Maintenant on va se préoccuper de l'agrandisseur. L'agrandisseur n'est ni plus ni moins qu'un projecteur permettant à partir du négatif argentique traditionnel de le projeter et donc de l'agrandir, d'où son nom. On va le projeter pour obtenir une image sur un papier photosensible, sensible à la lumière, Dans une pièce complètement noire, on va simplement éclairer la zone de papier pendant une durée donnée pour obtenir un résultat. Cette image sera développée chimiquement et permettra de faire apparaître l'image finale que voici. Elle peut être pour beaucoup en noir et blanc dans les souvenirs mais également en couleur dans les laboratoires professionnels. Maintenant sur cette image couleur, qui est exposée par exemple 10 secondes, je vais voir comment je peux demander de surexposer certaines zones. Pour cela, bien souvent on venait mettre au niveau du laboratoire noir et blanc, les mains sous la forme fermée pour ne laisser passer qu'un faisceau de lumière. Ce faisceau de lumière, évidemment avec des mains qui étaient beaucoup plus grandes que cela pour couvrir la totalité de l'image. on venait tout simplement positionner nos mains de telle sorte qu'on vienne surexposer une partie de l'image pendant un certain temps. On cachait bien le reste de l'image et on venait bouger ses mains, pour éviter d'avoir quelque chose de trop net. Ce travail faisait tout simplement apparaître une surexposition de la zone de l'image qu'on peut voir sur ce résultat. Cet outil s'appelle donc « Densité+ ». On augmente la densité de l'image en la surexposant. Autre cas de figure : une image qui a été exposée sous l'agrandisseur toujours mais pour laquelle on avait fabriqué avec un fil de fer bien souvent et un petit morceau de carton collé un masque. Ce masque, tout comme la main, on venait l'ajouter pendant les 10 secondes de pause sous l'agrandisseur pour ne pas qu'il se repère de façon trop marquée mais l'agiter sur des zones qui étaient les plus claires du négatif et donner donc au final en positif les zones les plus sombre. Si ces zones se trouvaient fort sombres, et ne donnaient pas de détail, en venant agiter ce masque sous la zone sombre, on limitait la zone d'exposition par exemple ici, à 6 secondes au lieu de 10 secondes et on obtenait alors un résultat nettement amélioré. Voilà donc en quoi ces outils densité - représentés par ce masque bien réel correspondent donc à un usage que pour beaucoup on ne connaissait pas. Chaque outil a donc une signification et les trois que je vous ai présentés ici sont des significations liées à l'antériorité du système argentique et donc à ce que les hommes ont utilisé pour obtenir des résultats de photo de bonne qualité avant de passer au numérique. J'espère que cette petite histoire qui ne vous a rien appris vous aura plu tout de même et maintenant je vous promets dès la semaine prochaine, de vous apprendre quelque chose. À vendredi donc.