Le 14 septembre 2017, nous avons publié une version actualisée de notre Politique de confidentialité. En utilisant video2brain.com vous vous engagez à respecter ces documents mis à jour. Veuillez donc prendre quelques minutes pour les consulter.

Le marketing en ligne : Série hebdomadaire

Comment réagir face à l'hyperspécialisation des applications ?

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Les règles fondamentales du marketing s'appliquent également au monde numérique. Cependant, ce milieu présente des spécificités et des opportunités d'actions en constante évolution. Pour tous ceux qui veulent déployer un marketing dynamique en exploitant les possibilités du numérique, cette série hebdomadaire vous propose de faire régulièrement le point sur les avancées, les tendances et les retours d'expérience des professionnels. Didier Mazier vous accompagne dans la découverte du social marketing, de l'e-commerce, du growth hacking, et de bien d'autres techniques et stratégies. En suivant cette série, vous connaîtrez tout de ce qui anime le commerce moderne.
02:52
  Ajouter à vos favoris

Transcription

Vous avez, certainement, remarqué, comme moi, la tendance actuelle à une hyperspécialisation des applications. Il semblerait que les acteurs majeurs sur le marché aujourd'hui effleurent ce proverbe qui dit : « Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place ». Historiquement, nous avons eu la création de site web et puis, nous avons ensuite fabriqué des sites web qui étaient responsives qui s'adaptaient au périphérique mobile, mais ce n'était pas suffisant, nous avons créé des « Web App », c'est-à-dire des applications fonctionnant sur la base de navigateur Internet, mais proposant des fonctionnalités spécifiques. Et puis, enfin, nous avons créé des applications. Aujourd'hui, nous nous rendons compte que ces applications sont de plus en plus spécialisées. Par exemple, nous pouvons constater que LinkedIn non seulement propose son application linkedIn, mais de surcroît propose « LinkedIn Jobs » destiné à la recherche d'emploi. « LinkedIn Recruteur » qui est destiné aux ressources humaines, « LinkedIn Groups » qui permet de gérer l'interaction de l'utilisateur avec les groupes auxquels il appartient, et puis, « Pulse » qui permet d'accéder aux articles qui sont publiés sur le réseau. LinkedIn n'est pas le seul, la tendance est suivie par Facebook qui va proposer non seulement son application Facebook, mais également Facebook Messenger, et puis, un Gestionnaire de pages. Il y a d'autres acteurs, je pense notamment à « Adobe », également à Youtube qui proposent de plus en plus des applications spécifiques. Quelle va être notre stratégie ? Que devons nous faire face à cette situation qui semble aujourd'hui devenir prédominante. Il va falloir dans un premier temps comprendre que 80% des utilisateurs ne vont utiliser que 20% de ce que nous leur proposons sur notre site Internet. Nous devrons, donc, dans un premier temps, étudier le comportement de ces utilisateurs de manière à comprendre quelles sont les fonctionnalités utilisées, et puis, détecter des fonctionnalités phare. Il peut y en avoir une, mais il peut y en avoir souvent plusieurs, comme c'est le cas sur les exemples que nous avons vu précédemment. Il va falloir, ensuite, ne pas décalquer le site, c'est-à-dire créer une application qui ne soit qu'une reproduction du site adaptée aux mobiles, mais se concentrer sur la résolution des fonctionnalités phare, et donc, créer plusieurs applications. Enfin, il va falloir mettre en place des passerelles entre ces applications de façon à ce que l'utilisateur puisse passer facilement de l'une à l'autre, sans avoir à revenir par son écran d'acceuil, ce qui provoquerait, bien entendu, une fuite vers des concurrents. Vous voyez que la création, aujourd'hui, d'une application ne se pose plus en terme de créer une application, mais de savoir combien d'applications spécifiques nous allons avoir à créer, et celles-ci, bien entendu, devront être calées sur les besoins des utilisateurs. À la semaine prochaine !