Nous mettrons à jour notre Politique de confidentialité prochainement. En voici un aperçu.

Organisation et traitement d'images : Série hebdomadaire

Comment produire dans Bridge selon une première méthode ?

Testez gratuitement nos 1343 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Tous les vendredis, avant de partir en week-end, suivez les astuces d'Yves Chatain pour les photographes ! Dans cette série hebdomadaire, vous verrez des fonctions analysées en organisation et en traitement d'images, pour progresser ou vous faire plaisir. Vous aborderez également des fonctionnalités cachées, ou parfois un simple accès rapide à quelque chose qui semble complexe. Cela concernera les logiciels de traitement d'images comme Photoshop ou Lightroom, ou d'organisation des images comme Bridge. Vous découvrirez aussi des astuces concernant votre système d'exploitation, ou tout ce qui est utile pour vous aider ou vous amuser !
04:50
  Ajouter à vos favoris

Transcription

Bonjour, c'est vendredi, c'est une astuce, c'est normal, c'est le jour, c'est comme ça. Juste une chose, l'astuce va être la mise en place d'un processus de production. C'est sérieux. Plus exactement, on va voir que quand on travaille dans Photoshop et qu'on a toute une série d'images à faire, on a beau passer par le bouton « Ouvrir », lorsque la liste est longue, on va ouvrir le premier fichier, faire le travail, l'enregistrer, ouvrir le deuxieme, faire le travail, l'enregistrer. Là, je suis encore concentré, le téléphone sonne et je ne sais plus où j'en suis. C'est parfois très compliqué de faire un travail très simple. Donc, ce qu'on va essayer de faire ici, c'est de se mettre justement un processus qui demande une petite installation qu'on voit ensemble, mais qui, derrière nous, libère pour savoir exactement où on en est dans notre travail. Le processus, ici, ça va être d'ouvrir chacune de mes images et de les détourer, par exemple. Pour ce processus, je vais m'appuyer, deviner sur quoi ? Non, pas sur Photoshop dans un premier temps, mais sur « Bridge ». Je vais aller dans le menu « Fichier », puis, demander de parcourir dans « Bridge ». Oui, je vous parle beaucoup de « Bridge » parce qu'il est souvent oublié. Je vais demander, à partir de « Bridge », d'ouvrir une photo. Quand je fais deux clics, l'image arrive bien dans Photoshop. On va dire que mon processus est un processus de détourage, et pour les détourages à la plume, on ne peut que vous laisser faire, mais pour toutes les opérations intermédiaires, celles qui demandent un peu de concentration, malgré tout, on va pouvoir demander de les limiter à un seul clic. Je vais venir ici, dans les « Scripts d'actions » et je vais lui demander de supprimer tous les scripts en cours. Ça peut être les scripts, par exemple, qui sont là par défaut. Je prends ces scripts, s'il ne me servent pas et je les supprime. Ne supprimez pas ceux sur lesquels vous travaillez, bien entendu. Mais ici, je repars de zéro et je crée un ensemble qui va me permettre de mettre ici tous mes processus. Parmi les processus de travail, celui que je vais mettre en œuvre, ici, est un processus de détourage. Je vais l'appeler « Détourage » et lui mettre une couleur de bouton. L'enregistrement est en cours et je vais pouvoir prendre ma plume et dessiner mon travail. Non, l'enregistrement ne sera pas en cours au moment où je dessinerai, ça n'aurait pas d'intérêt de mémoriser un tracé, même s'il serait possible de le faire, puisque je ne pourrais pas appliquer le même sur les autres images, bien entendu. Donc, je fais mon travail de tracé et c'est ensuite, que je déclenche l'action. C'est à partir de maintenant où j'ai crée ce qu'on appelle un tracé de travail, que grâce à l'enregistrement je vais définir ce que je vais en faire. La première opération, je vais faire deux clics dessus pour le transformer en tracé. Puis, dans un deuxième temps, je vais lui demander, ici, de l'enregistrer en tant que masque. Je clique en validant le nom « Tracé 1 ». J'ai, donc, créé un masque. Je vais maintenant demander à cette image de l'enregistrer, et comme je voudrais savoir à quel format je vais l'enregistrer, je vais lui demander de l'« Enregistrer sous ». Ça va me permettre de l'enregistrer en remplacement de l'image précédente, mais juste avant cela je vais marquer mon image pour être sûr de la repérer. Dane le menu « Fichier », je vais aller ici, dans les « Informations », et dans ces Informations, je vais ajouter un mot-clé, je vais dire que cette image, elle était faite dans l'image. J'ai bien défini ces informations dans mon action, avant même de demander de l'enregistrer. Et je vais de l'enregistrer, bien sûr, au même format JPEG en l'écrasant, mais en spécifiant dedans que je voudrais être au curseur 10 ou moins, ou encore avec d'autres réglages, par exemple, et je valide l'opération. J'ai mémorisé mon tracé dans mon image qui vient d'être enregistrée. Il ne me reste plus qu'à demander une chose, c'est de fermer ma photo, mais également de passer dans « Bridge », c'est ce que je viens de faire. Alors, je rebascule dans Photoshop et je demande, d'ailleurs, maintenant de repositionner, ici, sur mon « Espace de travail » qui me permet de retrouver mes actions. L'action est en cours d'enregistrement, et je m'arrête ici. Et je vais lui demander, tout simplement, de me mettre en « Mode bouton ». Je retourne dans « Bridge ». J'ai, ici, une liste de fichiers qui peut être conséquente, pour leur principe, je n'en ai mis que cinq, mais bien évidemment, si vous regardiez, vous pourriez avoir des quantités. J'ai demandé, ici, de ne plus voir l'image qui est faite pour être sûr de ne pas me tromper, si le téléphone sonne, savoir exactement où j'en suis. Je vais me servir, ici, de ce qu'on appelle les « Mots-clés ». Si je lui demande de montrer des images sur lesqelles il y a le mot-clé « fait », voilà ce que j'ai fait. Mais à l'inverse, je peux demander toutes les images que je n'ai pas encore faites. Donc, dès que j'ai fait une image, automatiquement, elle disparaît de ma vue. Alors, on regarde le processus : je marque bien les images « faites », comme elles ont disparues de ma vue. Je fais deux clics sur mon image, je l'ouvre, je prends la plume et je détoure, ce que j'ai fait ici, J'ai, donc, un tracé de travail. Maintenant que j'ai fait montré ce travail, je clique sur ce bouton, il ne me reste plus que les images à faire. Un double clic : je fais mon tracé qui me prendra le temps nécessiare avec la plume, mais juste après cela, un simple clic sur le détourage, et l'image est stockée, enregistrée, je suis de face uniquement aux images, ce qui me reste à faire. La liste descend, et je n'ai plus aucun risque de faire des erreurs, même si je suis dérangé entre deux. J'appelle ça un processus de travail, parce que ça fait sérieux, et ça va faire sérieux au moins jusqu'à vendredi prochain où je vous propose une autre alternative.