Nous mettrons à jour notre Politique de confidentialité prochainement. En voici un aperçu.

Jeff Weiner – Définir une culture et un plan d'évolution

Comment prenez-vous des décisions complexes ?

Testez gratuitement nos 1340 formations

pendant 10 jours !

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Jeff Weiner explique pourquoi il faut attendre le bon moment pour se décider et ne pas avoir peur d'admettre qu'on s'est trompé. Chez LinkedIn, il s'efforce de prendre de bonnes décisions rapidement mais n'hésite pas à prendre du recul quand il a besoin de plus de temps.
02:49
  Ajouter à vos favoris

Transcription

Comment prenez-vous des décisions complexes ? Ne pas décider si je ne suis pas prêt : j'ai été lent à le comprendre. Or, on n'a pas toujours le luxe d'attendre. Il faut parfois prendre une décision alors qu'on n'y est pas encore prêt. Mais, si vous n'êtes pas forcé de décider avant d'y être prêt, prenez votre temps. Attendez. Les gens ont tendance à se précipiter sans disposer des informations pertinentes. Je ne parle pas de « l'analyse paralyse ». Je ne parle pas de réunir la somme parfaite de données. La perfection n'existe pas. Mais, souvent, les décisionnaires efficaces fonctionnent à la conviction. Ils se fient à des comparaisons et à leurs expériences. Ils se fient aux autres décisionnaires et influenceurs réunis autour de la table. Et ils savent. Ils savent. Généralement, ils prennent la bonne décision. Certes, ils ne gagnent pas à tous les coups. Mais, en cas de doute, ils savent prendre du recul et dire qu'ils ne sont pas prêts. Je ne suis pas sûr que tout le monde comprenne qu'ils ont cette capacité ou cette possibilité. De plus, si vous prenez une mauvaise décision, admettez-le, tirez-en des leçons et corrigez votre orientation. C'est une erreur répandue que de penser que, en tant que décisionnaire, leader ou responsable, vous ne devez montrer aucune faiblesse ni imperfection. Rien n'est plus éloigné de la vérité. Je ne veux surtout pas de mauvaises surprises. Si une équipe relève un problème de performances, je veux le savoir au plus vite afin de pouvoir intervenir. Et je montre cet exemple à mon équipe. Autre corollaire : à un moment donné, il faut se décider. La pire chose à faire est de repousser sans arrêt l'échéance de la décision. Dans une entreprise en pleine croissance, les dossiers ne cessent de se compliquer. Après Yahoo, je suis devenu JER. Je ne savais pas si j'étais épuisé… C'était dur chez Yahoo à la fin. Ce fut une expérience fabuleuse que je ne regrette vraiment pas. Inestimable. Mais, à la fin, la situation était assez corsée à différents points de vue. Je ne savais pas si j'étais épuisé par cette situation-là ou par l'activité d'exploitation. J'ai voulu faire une pause et je suis devenu JER. Et puis, le premier jour – vous allez croire que j'invente, mais c'est vrai –, à mon arrivée chez LinkedIn, je ne pouvais pas m'arrêter de sourire. Notamment parce que nous pouvions prendre en quelques minutes, ou heures, des décisions qui, ailleurs, pouvaient traîner pendant des semaines ou des mois. Et aujourd'hui, lorsque nous pouvons prendre rapidement une bonne décision, cela me fait encore sourire intérieurement. C'est comme cela qu'il faut procéder : décider vite et bien. Vraiment, j'insiste.