La gestion du temps : Série hebdomadaire

Comment pratiquer la pleine conscience dans le dialogue ?

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Le temps est une notion centrale en management. Dans cette série hebdomadaire, Jean-Marc Pairraud vous donne ses conseils d'expert en matière de gestion du temps, notamment dans le milieu professionnel. Vous aborderez des notions, des préceptes ainsi que des méthodes permettant d'accroître votre performance et votre efficacité à long terme. Chaque semaine, vous découvrirez comment agir sur le temps et transformer cette contrainte temporelle en véritable ressource.
02:43
  Ajouter à vos favoris

Transcription

Bonjour à tous. Le conseil de la semaine en management du temps, c'est ici et maintenant. Combien de fois vous est-il arrivé d'appeler un collaborateur que vous aviez vu le matin même pour lui faire repréciser une information. Nous avons par exemple oublié l'échéance du plan de communication ou bien le nom du client du prochain ouvrage. Vous vous doutez bien que cela induit une perte de temps dont nous nous serions bien passés. Afin d'éviter ce genre de situation, nous devons pratiquer le plus possible à pleine conscience lors de nos phases d’échange, nos phases de dialogue et nos phases de collaboration. La pleine conscience, autrement appelée l'attention juste, nous permet de rester ancré dans le moment présent et de capter le plus de signaux possibles. En communication, nous savons qu’entre ce que j'ai à dire et ce que l'autre retient, il existe un fossé gigantesque. Il ne nous reste en moyenne, selon les experts, que 30 % du message initial. Cela peut, vous le comprendrez, générer d'innombrables incompréhension et, in fine, une marge de temps que vous auriez pu allouer à d'autres tâches. Il est pour ainsi dire impossible de supprimer tout ce que l'on appelle le bruit d'un message. En revanche, il est possible de réduire la marge d'erreur. Pratiquer la pleine conscience en communication demande donc une acuité à l'observation attentive, ainsi qu’à l’écoute active. Posez-vous la question : observez-vous et écoutez-vous pour comprendre ? Ou bien, observez-vous et écoutez-vous pour répondre ? Cette question témoigne toute la différence entre une personne qui fait son maximum pour retenir le message de l'autre et une autre qui perdra de nombreuses informations déterminantes. Avec de l'expérience et de la pratique, vous noterez que les signaux faibles vous donnent de précieuses informations qu'il serait dommage de négliger. Enfin, un outil et non des moindres : la reformulation. La reformulation est un outil puissant qui nous permet de nous synchroniser avec notre interlocuteur. Nous pouvons aussi bien l'utiliser pour s'assurer d'avoir bien capté le message de l'autre et également pour demander à l'autre s'il a bien perçu ce que nous souhaitions lui communiquer. En faisant de la pleine conscience une habitude quotidienne dans vos échanges, je suis persuadé que vous noterez une amélioration de la qualité de ces derniers et que cela représentera un gain de temps non négligeable.