Le marketing en ligne : Série hebdomadaire

Comment optimiser le partage social et augmenter les performances de ses sites ?

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Les règles fondamentales du marketing s'appliquent également au monde numérique. Cependant, ce milieu présente des spécificités et des opportunités d'actions en constante évolution. Pour tous ceux qui veulent déployer un marketing dynamique en exploitant les possibilités du numérique, cette série hebdomadaire vous propose de faire régulièrement le point sur les avancées, les tendances et les retours d'expérience des professionnels. Didier Mazier vous accompagne dans la découverte du social marketing, de l'e-commerce, du growth hacking, et de bien d'autres techniques et stratégies. En suivant cette série, vous connaîtrez tout de ce qui anime le commerce moderne.
04:21
  Ajouter à vos favoris

Transcription

Bonjour, je suis Didier Mazier, je vous souhaite la bienvenue. Nous allons, cette semaine, nous intéresser au partage social. Vous l'avez compris, il s'agit des boutons qui vont inciter nos visiteurs à partager les contenus que nous publions sur le web sur les différents réseaux sociaux et puis également les icônes qui vont représenter le nombre de ces partages. Nous allons voir comment optimiser les performances de ces fonctionnalités. La première question à se poser est de savoir s'il s'agit de quelque chose d'utile ou, parfois, de quelque chose qui peut devenir contre-productif. Nous voyons effectivement cette fonctionnalité pratiquement sur tous les sites qui proposent des contenus. Effectivement, un contenu qui est partagé va être d'autant plus crédible. Par contre, il va falloir inciter au partage et il va falloir également savoir lorsqu'il faut afficher, ou non, le nombre de partages. Lorsqu'un contenu a été partagé plusieurs milliers de fois, ou plusieurs centaines de fois, selon la cible que vous visez, il est bon de l'indiquer. Mais lorsqu'un contenu n'a été partagé qu'une ou deux fois, cela ne va pas forcément le crédibiliser. Ensuite, il y a un autre problème, c'est que nous avons, vous le constatez, l'embarras du choix avec les réseaux. Alors, ici, bien entendu, j'ai exagéré en présentant tous les réseaux possibles et imaginables mais généralement nous affichons au minimum trois ou quatre réseaux. Ici nous avons Facebook, Twitter, le partage par e-mail, LinkedIn, le partage sur Google+ et puis nous avons en dessous les affichages des partages qui ont été faits sur ces différents réseaux. Vous voyez donc qu'il y a une saturation avec cette information, et que l'utilisateur va se trouver un petit peu perdu au milieu de toutes ces icônes. Il va donc falloir mesurer d'où vient le trafic entrant, de manière à pouvoir mesurer quels sont les réseaux les plus performants. Il va falloir également étudier les données socio-démographiques de nos visiteurs, de notre cible sachant que les mêmes tranches de population ne vont pas toutes se retrouver sur les mêmes réseaux. Selon que vous visez des gens d'une certaine tranche d'âge ou que vous visez des hommes ou des femmes, vous n'allez pas forcément les inciter à partager sur les mêmes réseaux et puis il va également falloir mesurer quelles sont les interactions c'est-à-dire que lorsque vous avez proposé des partages, est-ce que ceux-ci ont bien été suivis. Une fois que nous aurons opéré ces différentes mesures, vous allez pouvoir sélectionner quels sont les meilleurs réseaux en éliminant les réseaux qui ne présentent pas forcément d'intérêt pour vous. Et c'est ainsi que nous allons pouvoir améliorer les performances et puis, de simplifier cette fonctionnalité pour l'utilisateur en améliorant son expérience. Il va également falloir penser CTA. CTA veut dire Call To Action. Vous voyez qu'ici nous avons une icône, cette icône est sympathique, vous la connaissez. Il s'agit d'un bouton qui représente le réseau social LinkedIn. Mais si nous pouvons en toutes lettres préciser que nous incitons au partage sur LinkedIn, eh bien, en termes d'expérience utilisateur on obtiendra de bien meilleurs résultats. Pensez donc à CTA, c'est-à-dire incitez vos utilisateurs à l'action. Et puis, pour terminer, il va falloir se poser la question de la taille et de la position. Usuellement, comme c'est le cas ici, nous avons le titre de notre billet de blog, et nous avons, sous ce titre, la représentation des différentes icônes. Et ces différentes icônes sont perçues souvent un peu comme un magma uniforme par le visiteur qui, d'une part, ne va pas très bien comprendre ce qu'il va pouvoir faire, c'est-à-dire qu'il pourra cliquer sur ces icônes. Et puis, d'autre part, comme elles se trouvent placées après le titre, il n'a pas encore lu le contenu que vous lui proposez et il n'est pas en mesure de décider s'il a envie, ou pas, de le partager. Il est donc très important de placer immédiatement à la fin de votre billet de blog une incitation au partage en toutes lettres, suivie d'une icône. Et vous pouvez tout à fait vous limiter aux réseaux que vous visez pour une cible bien déterminée. Vous voyez qu'en suivant ces quelques conseils, vous allez pouvoir considérablement augmenter les performances du partage social sur vos sites et ainsi optimiser la diffusion de vos contenus. À la semaine prochaine !