La gestion du temps : Série hebdomadaire

Comment gérer la procrastination ?

TESTEZ LINKEDIN LEARNING GRATUITEMENT ET SANS ENGAGEMENT

Tester maintenant Afficher tous les abonnements
Le temps est une notion centrale en management. Dans cette série hebdomadaire, Jean-Marc Pairraud vous donne ses conseils d'expert en matière de gestion du temps, notamment dans le milieu professionnel. Vous aborderez des notions, des préceptes ainsi que des méthodes permettant d'accroître votre performance et votre efficacité à long terme. Chaque semaine, vous découvrirez comment agir sur le temps et transformer cette contrainte temporelle en véritable ressource.
04:27
  Ajouter à vos favoris

Transcription

Bonjour à tous. Le conseil de la semaine en management du temps, c'est ici et maintenant. Vous arrive-t-il de remettre en permanence certaines tâches à plus tard, et de finir par les faire au dernier moment, souvent à la va-vite ? Il nous est tous déjà arrivé de procrastiner, de retarder l'accomplissement d'une tâche malgré l’attente de conséquences négatives dans un futur plus ou moins proche. Nous allons par exemple refuser de réaliser un dossier important quotidiennement pour finir par le bâcler, les dernières heures qui précèdent l'échéance. La procrastination génère du stress et ne nous rend pas maîtres de nos décisions. Dans le cadre du management du temps, elle constitue un défi considérable. Comment expliquer ce refus de passer à l'acte ? Il s'agit souvent de tâches que nous n'aimons pas particulièrement, ou de tâches qui nous paraissent insurmontables, ou encore, et peut-être même surtout, de tâches qui n'ont pas de récompense ou de punition immédiate. Nous avons tellement été habitués à l'école à avoir des échéances imposées que nous avons parfois du mal à nous les fixer nous-mêmes. Pour beaucoup, la procrastination représente une difficulté de régulation des émotions de court terme liées aux tâches aversives. Je parle personnellement de tension émotionnelle. Cette tension émotionnelle peut même s'accentuer, suite aux reproches et aux critiques que nous nous infligeons. La tension émotionnelle est une force qui s'oppose à la tension créatrice. Avez-vous déjà vu deux personnes en colère résoudre un conflit ? Non. Dans un premier temps, nous devons donc nous affranchir de cette tension émotionnelle pour avancer. La meilleure méthode que je connaisse est la respiration en pleine conscience. Cette méthode consiste à respecter des cycles de respiration complets avec la partie basse du ventre, sous le diaphragme, en portant intentionnellement attention à l'émotion que nous ressentons, sans la juger. Toute émotion qui ne s'exprime pas s’imprime. Pensez-y. Dans un deuxième temps, nous devons adopter une flexibilité psychologique qui nous permettra d'accepter, puis de réaliser la tâche. Je vous propose deux techniques. La première : se référer à des valeurs. Nous avons tous cinq ou six valeurs dominantes qui nous font avancer dans notre vie quotidienne. Après les avoir décelées, nous pouvons transformer notre tâche. Imaginons que mes valeurs soient l'esthétisme et l'amitié. Je vais donc me concentrer sur le fait de produire un beau dossier clair, bien présenté. De plus, je vais également m'engager auprès d'un collaborateur que j'apprécie à avancer chaque jour sur mon dossier. Je n'aurais évidemment pas envie de le décevoir. La seconde technique, particulièrement utile dans le cas d'une tâche qui nous paraît insurmontable, consiste à visualiser les cinq premières minutes de la tâche en question. Je visualise et me focalise donc sur la première sous-tâche de mon dossier, et j'agis. Le plus difficile est souvent la mise en action. Cette technique permet de sortir de ce que les anglo-saxons appellent les think races, les courses de pensée, qui nous empêchent d'agir. Enfin dans un troisième temps, il est indispensable de se féliciter après avoir réalisé une tâche de ce type. Selon une étude menée par la Fondation de Dublin, 30 % des Français déclarent que ce qu'ils font n'est pas reconnu par les autres, et pas seulement au travail. N'attendez donc pas la gratification externe. Elle peut ne jamais venir. Peu importe l'ampleur de ce que vous avez accompli, valorisez et appuyez-vous toujours sur ce que vous avez bien fait. En résumé, je pense essentiel à notre époque de passer à des leviers de motivation et de valorisation intrinsèque pour avancer. Apprendre à se connaître constitue peut-être la clé pour éviter la procrastination.